Faux – Quand la vérité est écrasée, les victimes niées, oubliées comme mortes

La réalité, la vérité !

Pas plus loin que le bout de la lorgnette – Paru en 2014, quand l’habit ne fait pas le moine mais farde un escroc multiricidiviste et prédateur sans scrupule.

🛑 Restos – Hôtels souvent victimes d’escrocs profitant des normes de sécurité imposées par la loi et des renards s’y glissent pour proposer leurs services !

Un escroc propose une aide qui se transforme en cauchemar !

Des plaintes déposées pour escroqueries et divers par des professionnels de la restauration et de l’hôtellerie contre Philippe Palat, le faux conseiller .

Dans le vif du sujet comme les victimes mises en état de choc par ce prédateur, traumatisées à vie mais la vie doit être plus forte que tout !

«Chacun a le droit de s’exprimer librement » Bourdin sur RMC le 02 juin 2020.

Parole donnée aux victimes

«Le courage, c’est de chercher la vérité et de la dire; c’est de ne pas subir la loi du mensonge triomphant qui passe » Jaurès

Les victimes aux années de silence quand la vérité est cette innocence à la plume des souffrances pour s’écrire en une respiration, un courage de vivre. Fédora Hélène

📣 🔷 ONU – ZÉRO VIOLENCES FAITES AUX FEMMES ET AUX ENFANTS POUR 2030

🔷 L’engagement pour la nouvelle décennie

🌀 La mémoire traumatique

Non, sa vie n’est pas cela, pas volée par un prédateur ! Survivre après des violences, survivre quand elles sont quotidiennes.

Vivre et mourir

Un prédateur impose l’angoisse alors que la victime aime vivre, aime la vie, sa joie, sa beauté et qu’un prédateur veut imposer ce qui tue, détruit.

La jalousie atroce des pervers narcissisiques ne supportant pas de voir l’autre heureux et vivant !

Quand il faut tout dépasser

On en parle sur LiberTerra

Croire en la justice était sa question.

Une femme martyrisée enceinte et Philippe Palat se prélassait à l’hôtel, paraissant dans un article comme si de rien n’était, une hôtelière en faisant son mentor, et les victimes toujours niées, oubliées comme mortes et devant survive, dépasser les traumatismes à force de courage, de devoir avancer, se reconstruire sans droit à la justice, à la résilience, à la reconnaissance, à l’apaisement par la réparation, à ne plus affronter seule car ça aurait été à la justice de porter la criminalité de Philippe Palat et non aux victimes d’être écrasées.

La Convention d’Istanbul est toujours à l’indifférence. La bonne vieille culture patriarcale domine et le mensonge laisse sans voix et sans espoir les victimes.

L’habit de l’escroc qui se farde en petit notable

Les apparences et la réalité écrasée quand un article est du grand n’importe quoi qui accrédite le faux.

Manipulations, le piège, et l’escroc pouvait l’article sous le bras accréditer d’autant plus son personnage pour tromper, voler, escroquer.

Puis, il serait intéressant de savoir la somme d’argent que Françoise Leroy, ex- présidente, a dû lui donner depuis bien 2010 où elle ne « jurait que par lui« , selon un des avocats du dossier. Elle confiait à Philippe Palat ses affaires, lui offrait ses bières, l’hébergeait à son hôtel, lui payait des nuits d’hôtels, selon une hôteliere qui affirme que Philippe Palat lui doit plus de 3 000 euros de factures pour avoir occupé une chambre dans son établissement, le tout pendant que Philippe Palat avait plongé sa famille dans la pauvreté.

Il se prélassait à l’hôtel se reposant tranquillement de tous ces actes criminels.

D’autres hôteliers expliquent la même chose et il serait de connaître le montant des impayés de cet escroc usant et abusant de la confiance et trompant d’autant s’il présentait cet article assurant de son sérieux !

Quand à l’autre jusqu’où va-t-elle car elle n’ignorait pas le personnage, sa terrible violence contre une femme et des enfants , son alcoolisme, et les témoignages des victimes.

Elle ne peut ignorer ses appels et sms envoyés au père de cet escroc pour le défendre sous fond de donneuse de leçon, de jugements d’une famille qu’elle ne connaît absolument pas mais buvant toutes les paroles de son prédateur adoré et demandant lamentablement de l’argent pour cet horrible Philippe Palat .

Puis, il serait à déterminer si elle conduisait bien cet escroc quand il a encore une fois agressé son ex compagne devant l’école des enfants.

Elle qui selon des hôteliers serait venue fêter au champagne avec Philippe Palat la vente de son hôtel qui en réalité était en faillite et qui aurait été vendu aux enchères.

Philippe Palat brisant un être humain par sa cruauté s’attaquant en atroce lâche à sa femme enceinte de son enfant.

La cruauté par valeur de toute sa haine accentuée au fer rouge de l’alcool qu’il se plaisait à boire pour propulser sa violence, devenir hors toute limite et avoir l’impression d’être puissant.

L’autre qui lui servait ses bières quand il était devant ces piles de dossiers de toutes ses affaires dont elle semblait terriblement incapable de s’occuper pour penser qu’il lui sauverait son héritage de la faillite !

Philippe Palat qui disait d’elle « Elle est bête » méprisant, cynique, vicieux, il en avait fait sa marionnette tirant tout son nocif vers le haut.

La cruauté de Philippe Palat lorsqu’un soir ivre, il décide de rentrer avant plus de minuit comme à son habitude.

Ce soir là, une femme enceinte et ses enfants dont deux petits en bas âge, une fillette de 8 ans, et deux jeunes collégiens étaient à table pour le repas.

Ce soir d’hiver perdu en pleine campagne au milieu de maisons de vacances fermées, Philippe Palat ivre se mit à hurler, insulter dès son arrivée.

Il était avec non plus l’apparence du « conseiller juridique », de conseil pour les hôteliers et restaurateurs dans ses manipulations, ni le faux journaliste ou avocat, il était lui même, sa réalité.

Un visage aux traits de haine, son regard terrifiant de méchanceté, sa masse se ruant hurlante de violente sur une femme enceinte, traînant son ombre de lâcheté pour terroriser.

Il s’avança vers la table, la saisit, la souleva et renversa tout le repas, la vaisselle qui se brisa par terre. Il continuait ses sordides injures salaces, obscènes, d’une violence démente à l’égard de cette femme qu’il agressait quotidiennement, qu’il violait, brisant avec son plaisir sadique un être humain.

Il fallait rester calme, ne rien répondre, et tenter de se protéger pendant qu’il hurlait de plus en plus fort assommant ses victimes, détruisant sa proie.

Dans le chaos des meubles renversés, chaises et tables, du repas gisant par terre, il s’avança menaçant de mort sa femme enceinte.

Ses enfants réunis près d’elle, elle décida de fuir sur cette route déserte en cette nuit d’hiver. Sans rien d’autres que leur vie, sans pouvoir prendre un manteau, sans rien d’autres que leur vie, les victimes fuient ce prédateur.

Philippe Palat fier, se sentant si puissant les poursuivit en continuant ses menaces et devenant par sa rage de haine s’imprimant sur tous les traits de son visage de plus en plus violent. Sur cette route de campagne, il s’approchait de sa compagne qui avait osé partir, osé s’échapper et un cri strident perça cette nuit froide.

Une seule maison était occupée près de la leur. Au son de ce cri de détresse, de souffrance, la lumière s’alluma dans cette maison voisine.

La voisine vit alors l’horreur de Philippe Palat et cria aux victimes « Entrez, entrez vite », les invitant à venir se réfugier chez elle.

Philippe Palat lâcha ses proies et rentra comme si de rien n’était dans la maison qui gardait les cicatrices de sa violence.

Pendant ce temps sachant qu’il y avait un témoin, il prit ses affaires et partit très tôt le matin.

Sadique, vicieux et calculant tout ce qu’il fait et son impunité, sa capacité à partir se « cacher » comme diront les gendarmes, il avait vidé le compte familial et fait verser les allocations familiales sur son compte pour bénéficier de l’argent destiné aux enfants.

Les gendarmes furent avertis, le maire de la petite commune et l’assistante sociale également. Mais aucune plainte ne pu être déposée.

La grossesse à risque et l’on comprend pourquoi, les traumatismes graves que la victime devaient dépasser chaque jour pour survivre.

Elle se souvient s’être interdite de pleurer pour toujours sourire à ses enfants et protéger l’enfant qui grandissait en elle.

La voisine appela la famille de la victime pour que celle-ci prenne conscience de la gravité des violences subies, faites à une femme enceinte et des enfants.

Philippe Palat parti sans laisser d’adresse. Il se trouvait en fait à Lourdes où il était acoquiné avec des hôteliers, dont un qui a également jamais porté secours aux victimes mais qui hébergeait Phillippe Palat ivre et s’amusait à parier sur son ivrognerie et le racontant satisfait de lui à la victime.

Où celle qui « pocharde » comme certains l’appelaient qui l’hébergeait contre services rendus comme tous d’ailleurs.

Et, de l’autre côté, comme légitimisé par ces individus nocifs, Philippe Palat abusait, escroquait des hôteliers compétents, aimant leur métier, affrontant les difficultés de celui-ci, comme cet hôtelier lourdais à qui Philippe Palat avait volé la carte bancaire et avait effectué des achats avec.

Cet hôtelier a porté plainte ainsi que les sociétés abusées par Philippe Palat.

Lourdes n’a porté qu’un miracle à ce moment là , introduire Philippe Palat dans le milieu des hôtels, nombreux dans cette ville aux célèbres pèlerinages. Il y cultivait son extrême violence alors qu’il se soûlait dans un des bars de la ville en compagnie d’une ténardière à qui il rendait « service » avant de rentrer agresser très violemment sa famille.

Il sortait très tardivement de ce bar où il était connu pour y rire, y injurier la femme qu’il martyrisait dans cet enfer des bouteilles au comptoir où Philippe Palat y vomissait toute sa haine.

Anéantir psychiquement une femme enceinte, la violer, voilà les capacités de Philippe Palat diffamant horriblement ses victimes et buvant avec son regard haineux sur cette maman qu’il voyait passer à la sortie du parc près d’un ex-hôtel, pendant qu’il trinquait fier, hautain avec celle qui l’hébergeait dans son ex- hôtel vieillot et en faillite.

Françoise Leroy qui se vantait auprès du père de Philippe Palat, âgé de près de 84 ans, et que Philippe Palat avait agressé et publiquement, de lui payer ses courses d’alimentation entre autres .

Leurs mensonges affirmant qu’il n’était qu’une relation professionnelle !

Une relation extrêmement nocive qui a tant fait de mal aux victimes comme tous ceux et celles qui riaient avec ce violeur des victimes qu’il maltraitait comme encore en 2020 avec une autre ex-hôtelière et son restaurant en faillite usant des services de cet escroc en toute connaissance de cause .

Loin du sordide d’une vieille culture patriarcale et fasciste, où il est normal de violer et de martyriser, où la cruauté d’un homme est acceptée, la complainte des ratés-es des ratés-es aux crochets de Philippe Palat qui leur promettait l’argent de leur faillite, des articles dans la presse !

La réalité et la vérité, l’article paru dans Ouest France l’a coulées à pic !

Article paru en 2014 dans un journal pourtant sérieux et de confiance, mais Philippe Palat est un redoutable manipulateur faisant de tout son être l’incarnation du mensonge et de la cruauté.

La réalité ! Très loin de ce paraît dans l’article paru dans Ouest France
SMS de Philippe Palat

Philippe Palat n’a jamais cessé d’être un escroc depuis ses 16 ans. Il a choisi d’être ce prédateur roulant, manipulant, agressant, très hautain et froid dans sa violence sans scrupule, cultivant la haine, sa paranoïa et mythomanie « prenant plaisir à faire du mal » selon sa propre mère, toujours conscient et responsable de ses actes.

En fait de « conseiller auprès des hôteliers et restaurateurs » comme il s’est inventé l’être, figure contre lui des plaintes pour escroqueries et divers, viols et violences, harcèlement et des envois de messages dégradants, obscènes, injurieux sans aucun respect des droits humains fondamentaux.

Le syndicat UMIH 33 a en 2016 adressé un mail aux professionnels afin de les alerter sur la dangerosité de cet escroc sans limite.

Contrairement à Françoise Leroy qui « ne jurait que par lui » selon un témoignage.

En 2020 est toujours contre cet escroc des plaintes pour escroqueries et divers ainsi que pour des violences très graves sur une femme enceinte.

Les graves dysfonctionnements de la justice se sont les victimes qui les portent à vie !

Devant subir les traumatismes de cette matrice comme si ceux infligés par un prédateur ne suffisaient pas !

L’ONU a pour engagement zéro violence faite aux femmes pour 2030, l’engagement de la nouvelle décennie .

Il serait temps que la France lutte contre le patriarcat et la culture du viol en refondant profondément son système judiciaire pour qu’il soit digne du 21 ème siècle et d’un monde nouveau où le mental de prédation ne sera plus celui qui a le droit de détruire, de saccager la vie.

Dans tout environnement un prédateur détruit conscient et responsable par la haine de la vie, de l’amour contre ceux qui aiment la vie et donne leur amour plus que tout.

Un système violent bâtit par le mensonge de l’argent, l’orgueil, la cupidité, les marchands vendant le précieux de la vie, les guerres assouvissant ce besoin de puissance ultime, cette envie de barbarie alors que la Terre resplendit du contraire et ne crée que la liberté.

Des siècles d’une civilisation qui a élaboré un système corrompu, faux faisant de l’homme son propre ennemi.

L’humanité contre elle-même, la voilà la nouvelle guerre qui affronte le bouleversement climatique tant les hommes ont annihilé la vérité, sa fraternité, son universalité.

Un corps, un sang, une Terre auprès de qui nous devons vivre en osmose. Une alliance nécessaire si demain l’homme veut respirer.

En attendant, les prédateus continuent leur chemin et Philippe Palat demeure dans sa grave impunité pour gloire et encore pour très longtemps.

Il pourra trinquer à celle-ci comme il l’a toujours fait avec son public de pantins, de bars, d’ex- hôtelières héritières ratées et leurs rires rougeots d’alcool trinquant avec lui.

Aux victimes, à leur sourire fort de vie.

C’est important de savoir que derrière la façade d’un article présentant Philippe Palat pour ce qu’il n’est pas, il y a des vies humaines, une femme, une grossesse, des enfants qui ont surmonté la douleur, la chagrin à vie en condamnation pendant que la violence d’un prédateur correspond au système, correspond à ce qui est toléré, la cruauté, la haine.

Il faut que les gens sachent la vérité, les mensonges de Philippe Palat, ses diffamations graves salissant les victimes, ses mots obscènes qu’il dit pour définir le corps d’une femme qu’il a souhaité tuer en la violant enceinte, pour que celle qui portait la vie avec le plus grand amour ne soit pas à cette tombe.

Cette France profondément divisée par d’un côté ce fascisme qui interdit de vivre comme Philippe Palat était d’extrême droite et possédait un écusson particulièrement édifiant, honteux, dégueulasse et représentant son esprit de pervers narcissisique extrême, et de l’autre côté une autre France, belle est solidaire, fraternelle et luttant contre les prédateurs, leur haine, contre cet obscurantisme, cette omerta, ce mensonge récurrent , cette injustice, cette indifférence qui humilie les victimes, les abandonne pour satisfaire une petite bourgeoisie de pouvoir, d’héritage, de cols blancs, de privilèges bien propres sur eux.

Un pays qui ne retrouvera jamais sa puissance coloniale sur laquelle il a bâti sa grandeur.

Un jour tout se paix !

© LiberTerra

Articles liés :

https://liberterrajournal.com/2020/05/16/la-haine/

https://liberterrajournal.com/2020/03/07/un-predateur-en-vadrouille-et-faux-diplomes/

Dont la référence de l’article publié dans Ouest France

Copyright © LiberTerra 2020 Tous droits réservés

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s