🛑 ConsĂ©quences du Covid et des mesures sanitaires – Maintenant – Agir pour la paix, c’est agir pour mettre fin Ă  l’injustice

France – 2020

👉 + 9 millions de personnes en insécurité alimentaire

👉 + 3 millions d’enfants pauvres

👉 + 300 000 SDF

👉 Des enfants et leur famille à la rue

Une hausse alarmante du prix de l’alimentaire, des charges plongent des familles, des petits retraitĂ©s, des Ă©tudiants, des chĂ´meurs, petits entrepreneurs, toute une population dans un stress, une inquiĂ©tude majeure quant Ă  l’avenir.

Les psychothĂ©rapeutes constatent une augmentation des Ă©tats dĂ©pressifs, de souffrance, de stress et certains d’entre eux craignent une future vague , mais de stress post traumatique.

Il est dĂ©jĂ  des personnes fragiles subissant ce stress traumatique , et qui ont besoin  de reconnaissance,  de justice, de droits Ă  la rĂ©silience  car il s’agit de personnes victimes de violences, de violences brutales, parfois rĂ©currentes qui ont impactĂ©  leur santĂ© et leur libertĂ©. 

Une force incroyable Ă©mane de ces personnes,  qui dĂ©passent chaque jour une intense souffrance, en Ă©tant le plus souvent seules Ă  lutter pour espĂ©rer garantir leur santĂ© ,  puisqu’ainsi que le dĂ©noncent les psychothĂ©rapeutes,  les associations d’aide aux victimes,  les associations fĂ©ministes, les soins adaptĂ©s pour accompagner les patients ne sont pas remboursĂ©s.

Le stress post  traumatique a des consĂ©quences directes sur la santĂ© physique,  psychologique  de la personne et il est Ă©galement un risque augmentĂ© de suicide , du fait de la souffrance intense qu’il impose aux personnes qui en souffre.

Quand ce stress est imposĂ© par des actes  criminels , telles que les violences conjugales,  sexuelles lesquelles sont en forte augmentation depuis la pandĂ©mie de Covid , alerte l’ONU, les associations fĂ©ministes et humanitaires demandent Ă  ce que les soins soient pris en charge par l’auteur des violences,  ce qui n’est actuellement pas le cas  et pourtant, il s’agit de sauver des vies,  des vies fragilisĂ©es par la violence qu’elles ont subie .

  Il est primordial que la santĂ© soit respectĂ©e , protĂ©gĂ©e au-delĂ  des mesures sanitaires qui entraĂ®nent de graves consĂ©quences pour de nombreuses populations.

Le droit au bien-ĂŞtre, le droit Ă  la santĂ© sont des droits humains fondamentaux qui sont l’objectif 3 de l’ONU dans son engagement pour rĂ©aliser un monde meilleur .
Un objectif qui est directement liĂ© Ă  celui premier « Pas de pauvretĂ©  » .

Bâtir la rĂ©silience, c’est secourir, ne pas laisser en souffrance, et prendre conscience des graves consĂ©quences de la violence, de l’indiffĂ©rence qui fait que les victimes de violences conjugales, sexuelles, les victimes de la violence Ă©conomique, policière, politique qui subissent la pauvretĂ©, la peur , les discriminations, le racisme et ce Ă  travers le monde, y compris en France, ont leur vie en danger.

Et, dans ce système qui génère le chaos, il ne peut y avoir la solution. La solution, le possible est en chacun de nous, en notre volonté de justice, de partage, de mettre nos savoirs en commun, de transmettre et dans ce primordial de se soutenir mutuellement pour perdurer.

Trop de souffrances, la France est un pays, où il est une souffrance profonde, un mal-être car il y a un effondrement de la justice , une entrave à la liberté , une aggravation de la pauvreté et la résilience, les victimes ne comptent que sur elles-mêmes pour avancer, dépasser.

🕊 🌎 La paix appelle, éveille, elle, si menacée, elle, sœur de liberté

La pauvretĂ© , c’est elle , cette guerre qui fait rage des pays pauvres Ă  ceux riches. Et, sourds, nous n’entendons que le bruit et , elle , la paix , est-ce que nous l’Ă©coutons ?

Donner, partager , prendre soins des uns et des autres est cet essentiel pour 2021 oĂą une pandĂ©mie de souffrances  pourraient mettre notre humanitĂ© en pĂ©ril.

Nous avons besoin de partager comme nous avons besoin d’air pour respirer.

S’entraider est vital . Secourir une personne souffrant de stress post traumatique,  c’est sauver une vie ! Sauver la vie d’un enfant qui a faim, sauver la nature d’une Ă©conomie suicidaire, tout ces faits sont les doigts d’une mĂŞme main, issus de ce que l’on appelle, la vie .

Partager doit ĂŞtre le verbe de 2021 qui s’unit au verbe, aimer . C’est ainsi que nous rĂ©ussirons ce que nous nommons, pandĂ©mie et qui est un Ă©lĂ©ment du bouleversement actif.

« Si nous naviguons tous dans les mĂŞmes eaux, il est clair que certains sont dans des mĂ©ga-yachts tandis que d’autres s’accrochent aux dĂ©bris qui flottent » Antonio Guterres, SecrĂ©taire gĂ©nĂ©ral de l’ONU qui souligne que ,  » Les inĂ©galitĂ©s dĂ©finissent notre Ă©poque « 

2021 est l’annĂ©e des grands dĂ©fis et la lutte contre la pauvretĂ©, les inĂ©galitĂ©s , pour le droit au bien-ĂŞtre, le droit Ă  la santĂ© sera dĂ©terminante pour dĂ©finir notre futur.

Tous responsables, Tous unis , nos choix engagent notre avenir, l’avenir de toute une jeunesse et des gĂ©nĂ©rations futures. Chacun est un rayon de soleil de la Terre et c’est par cela que nous rĂ©ussirons. Nous devons mettre en nous, juste un peu de paix.

©️ Fédora Hélène

https://liberterrajournal.com/2021/01/08/juste-un-peu-de-paix-avant/

Juste un peu de paix,  avant

©️LiberTerra vidéo 2021

Copyright ©️ LiberTerra 2021, Tous droits réservés, Tous droits de reproduction et de diffusion réservés

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte WordPress.com. DĂ©connexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte Google. DĂ©connexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte Twitter. DĂ©connexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte Facebook. DĂ©connexion /  Changer )

Connexion Ă  %s