UN 5 EN 6 DÉCEMBRE – LA GRÈVE DURE !

Un 5 décembre réussi à Paris et dans les villes de province

Près d’un million de manifestants marchent dans les rues des villes de Paris, Toulouse, Bordeaux, Caen, Nantes, Rennes et bien d’autres encore , toutes se lèvent contre la réforme des retraites et plus largement contre la politique du gouvernement qui impose une dureté de la vie, une injustice forte que vivent les plus vulnérables et les professions les plus exposées à la souffrance et devant chaque jour dépasser leur force pour tenir.
On pense aux pompiers et à tout le personnel soignant des hôpiteaux mais aussi des EHPAD qui affrontent le plus injuste . Il se traduit par une violence financière que soignants, malades, familles subissent depuis plusieurs années. Un mal être profond s’est installé et les réformes de gouvernement Macron ont accentué l’injustice et ses conséquences, la détresse.
Personne ne peut fermer les yeux tant la maladie peut tous nous susprendre et nous mettre dans cette situation de vulnérabilité recevant l’indifférence de technocrates et politiques.
C’est par cette conscience, que nous sommes tous vulnérables face à une économie mettant la compétitivité entre les hommes et le système de rentabilté faisant de l’être huamain une machine, que les des salariés-es du privé ou du public , des chômeurs-es, des lycéens-nes, des retraités-ées, des mouvements écologistes, des Gilets jaunes, se sont unis ce 5 décembre contre la réforme des retraites .
La retraite est le moment de la vie où chacun a le droit à la reconnaissance après toute une vie de travail . Et cette reconnaissance doit-être en respect de l’être humain et non l’accablant par la misère car il s’agit bien de cela, conduire des personnes âgées des classes moyennes vers la pauvreté .
Une obligation sera de travailler de plus en plus vieux et pour la grande majorité des citoyens leur pension de retraite s’avérera être la misère en ressource et non le droit de récolter le fruit de leur travail.
Emmanuel macron et son gouvernement ne pensent pas que leur réforme sera celle que vivront les jeunes d’ici 40 ans, ils savent qu’elle est une passerelle pour permettre un appauvrissement des retraites, et mettant en loi celle du plus fort ou plus excatement du plus riche.
Des retraites qui demain seront non plus garanties par l’État mais par des caisses privées, des banques, assureurs et par eux, bien évidemment les lobbies. Les français soucieux de construire une société de bientraitance refusent ce système et ils le font savoir !

le 5 se tranforme en 6

La voix des enseignants
La grève a mobilisé 40 % des enseignants. Ils étaient près de 3 000 dans les rues de Caen le 5 décembre. Ainsi que l’exprime un enseignant gréviste, « ça faisait longtemps qu’il n’y avait pas eu une mobilisation si forte de l’école maternelle à l’université » . Un autre enseignant déclarant « je n’ai jamais vu le lycée vide lors d’une mobilisation. Là, il y a vraiment personne ! »
Enseignants-es et lycéens-ens ont quitté les bancs de l’école pour rejoindre les cortèges manifestants.

La grève devrait bien ce poursuivre le 6 décembre de l’école maternelle à l’université. Des blocages de lycées sont également à prévoir .
Des rassemblemments seraient également prévus partout en France, souhaitant convaincre le gouvernement que les opposants à la réforme des retraites sont déterminés.

Des gares au ralenti
En Normandie , les cheminots ont décidé de poursuivre la grève et il est à compter que de nombreuses villes en France suivront ce mouvement allant vers la continuité.
Donc des perturbations dans les gares sont à attendre le 6 décembre et pas seulement dans ce secteur, puisque des rassemblements et blocages vont suivre le mouvement de grève du 5 décembre.

Stations services
Des pompes à essence affichent zéro depuis plus de 24 heures. Des personnes se précipitant pour faire le plein ont amplifié la pénurie d’essence et un chaufffeur de taxi s’en justifie « j’ai besoin d’essence pour travailler. C’est pas plus compliqué. Plus d’essence et je suis à l’arrêt ! » Puis, il est à compter que les blocages de dépôts pétroliers vont perdurer.
Il est actuellement maintenu des actions bloquant l’alimentation des pompes en carburant par les grévistes contre la réforme des retraites après que des blocages furent tenus par des entrepreneurs du BTP qui refusent l’annulation d’un avantage fiscal sur le gazole.
Ce sont 7 raffineries sur les huit présentes sur le territoire qui sont en grève ce 5 décembre.

Des rassemblements à venir

Des rassemblemments sont également prévus partout en France. Les grévistes souhaitant convaincre le gouvernement que les opposants à la réforme des retraites sont déterminés et qu’ils ont compris que le gouvernement n’entendra pas l’opposition si seulement une journée de grève manifeste.
Des grévistes confient à LiberTerra « Ce n’est pas avec un manif que le gouvernement va reculer! », « On sait que le gouvernement doit voir que l’on plie pas et que la lutte continue.« 
Concernant les directions de certains syndicats, un manifestant nous dit « On sait très bien qu’en haut, ils négocient avec le gouvernement et on se retrouve toujours dépossédé de nos combats. » Puis un autre gréviste ajoute « Leurs décisions ne sont pas celles de la base. Les directions ont perdu de la force à trop s’asseoir à la table des politiques. » Et un gréviste précise « ils ont aussi perdu notre confiance. »

Des directions syndicales en opposition avec la base et d’autres grévistes qui ont fait le choix de ne plus être syndiqués, pèsent sur les épaules de la lutte contre le gouvernement et sur les possibles réussites de celle-ci. Depuis les manifestations contre le loi travail en 2016, cette division entre les directions syndicales et entre les syndicats puis avec l’ensemble des salariés-es se confirme toujours.

Vers une grève générale

La dépolitisation d’une partie des français fait qu’une grève générale semble difficile à réaliser.
Des divisions fortes s’imposent également au sein de la population et ne permettent pas d’obtenir la présence de tous les français dans la lutte contre les réformes entreprises par le gouvernement.
Le déni et la bourgeoisie sont les bâtons dans les roues qui peuvent mettre en danger un équilibre économique et politique permettant en premier le maintien de la paix dans notre pays par l’union entre ses citoyens. Une désunion qui fragilise l’économie du pays en la rendant encore plus dépendante des lobbies.
Pendant que la grève générale n’est pas au rendez-vous pour contrer une politique ultra capitaliste, les lobbies, eux, s’imposent.
Des lobbies qui deviendront de plus en plus puissants en France et Amazone en est l’exemple.
Et, cette fois-ci, les gens de droite comme de gauche regretteront de ne pas avoir agi plus tôt pour la prospérité de la France, une croissance sereine qui ne peut être sans une prospérité sociale.
Un équilibre crucial pour qu’un pays demeure une démocratie ne vivant pas que pour une minorité de ses citoyens, les plus riches.

©LiberTerra2019

©Fédora Hélène

©LiberTerra photo

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s