Pandémie – Pourquoi je suis tout seul ? La vie doit fédérer notre énergie

L’ONU s’inquiète fortement pour les femmes et les enfants en situation de vulnérabilité, de pauvreté

Il doit y avoir une mise en responsabilité grave des hommes violents, maltraitant, traumatisant et abandonnant ceux qu’ils ont considérés comme leurs proies.

Les prédateurs et manipulateurs, commettant des violences conjugales ou ayant commis des violences conjugales faisant subir à leurs victimes un stress post traumatique, une condition économique de pauvreté, doivent être mis en grave responsabilité de mise en danger de la vie d’autrui.

L’Onu s’inquiète fortement du devenir de femmes et d’ enfants qui sont les premières les victimes de situations de crises dramatiques.

2020 doit marquer l’année de la décennie qui inscrit zéro tolérance pour les violences faites aux femmes et aux enfants, selon l’ONU

L’ONU qui établit une liste de la honte inscrivant le nom des hommes ayant commis des violences sexuelles.

Inscrivons le nom des prédateurs ayant martyrisé des femmes et des enfants par cette légitimité cruelle que leur a accordé un culte patriarcal et les dysfonctionnements graves de la justice.

Nombreux prédateurs resteront plus que jamais impunis et les victimes devront encore faire le deuil de toute justice.

Des conjoints et ex-conjoints violents, dont certains sont des psychopathes, ne doivent pas demeurer en cette grave impunité pendant que les survivants de leurs multiples agressions, de leur criminalité ont le courage de dépasser toute souffrance et de combattre au mieux de leur capacité, au plus fort de leur volonté, donnant toute leur force pour protéger leurs enfants.

L’injustice ne doit pas dominer et ces hommes prédateurs se balader tranquillement certains de leur impunité et continuant à user de leur cruauté.

Celui qui est capable de détruire sa propre famille ne sera qu’un prédateur continuellement dangereux et cela pour tous .

L’ONU pense que tous les efforts faits pour combattre les prédateurs peuvent être anéantis par la très grave crise sanitaire, politique, économique, sociale qui va certainement prendre place.

L’ONU craint que les femmes et les enfants continueront à subir les conséquences des actes des prédateurs, à être encore les victimes de maltraitances par la pauvreté et la violence de notre système.

Si notre société n’a pas la volonté de protéger l’enfant, la mère, les vieux travailleurs comme le déclare la constitution de 1946, elle ne sauvera personne.

Ne conjugons pas au passé la Convention d’Istanbul, les droits humains dus à tous et notamment à l’enfant, la mère et aux vieux travailleurs.

De plus, il doit être certain qu’une impunité ne peut pas être pour les prédateurs ayant martyrisé une femme enceinte

Cœur de pierre

Une société peut-elle accepter qu’un homme puisse martyriser une femme enceinte en grande vulnérabilité et se proclamer digne, responsable, respectable et libre ?

© Fédora Hélène

Copyright © LiberTerra 2020, Tous droits réservés

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s