11 mai – Réouverture des Fast Food – Témoignage d’une étudiante sur les conditions de réouverture

Le confinement en obligation, mais quand l’homme s’arrêtera car prenant véritablement conscience que la pandémie n’est autre que son propre piège alors il ne sera plus ce confiné durablement, cet homme dans sa propre cage, acceptant la cruauté pour prévaloir son système

Déconfinement de l’argent pas de la liberté !

Les Fast Food ont par le drive maintenu une activité importante puisqu’il pouvait être près de 3 heures d’attente pour obtenir le menu choisi.

Ces derniers jours ont été les formations aux mesures sanitaires liées à la pandémie de coronavirus afin de préparer l’ouverture de l’ensemble des infrastructures de restauration.

Dans un premier tant seront uniquement les ventes à emporter et le personnel devra assurer une mise en place du travail totalement différente pour répondre à la demande en respectant la sécurité des clients et pour les entreprises de restauration celle des salariés et des clients.

Le chiffon rouge des assurances est agité car un client ou un salarié pourrait vouloir porter plainte contre les responsables d’un restaurant en justifiant avoir été contaminé sur les lieux de celui-ci.

Donc tous les dispositifs mis en place visent également à empêcher toutes plaintes possibles.

Marine*, étudiante en troisième année , a lundi 4 mai reçu une formation pour pouvoir reprendre le travail dans un Fast Food dès le 11 mai.

Elle livre à LiberTerra son témoignage :

« Je suis étudiante et venais de trouver un emploi dans un Fast Food avant le confinement. Normalement, cet emploi est polyvalent. Je peux être en salle comme à la caisse comme à devoir faire le ménage. Et, ceux qui sont en caisse peuvent aussi être à préparer les fritures par exemple. On touche à tout.

Lundi 4 mai, nous avons eu une formation concernant les mesures sanitaires à mettre en place car nous allons préparer toutes les ventes à emporter.

Outre le rappel des mesures barrières, on nous a surtout indiqué que les conditions de travail allaient être totalement modifiées.

Contrairement à ce que nous faisions avant le confinement, nous serons tous à un seul poste sans pouvoir le quitter. Le travail polyvalent prend fin.

Je pourrais être pendant 4 heures à servir les boissons sans pouvoir me déplacer, sans être en contact avec un ou une collègue. On nous a indiqué que des chaînes seraient mises en place pour nous séparer les uns des autres et rappeler ainsi l’espace à ne pas dépasser.

L’espace sera divisé en plusieures parties séparées par une chaîne pour marquer la limite. Puis, on nous a prévenu que notre superviseur nous surveillera sans cesse pour contrôler qu’on ne dépassera pas la limite fixée par la chaîne.

Si nous sommes à travailler dans un Fast Food, c’est parce qu’on a besoin d’argent pour vivre, payer nos charges car en France le coût de la vie est très excessif . On travaille et tout part dans le loyer, la nourriture, les abonnements de transport, téléphone. Bref on va jusqu’à ne pas acheter les bouquins nécessaires pour nos études car cela aurait un coût trop élevé.

Perso, je manifestais contre la réforme des retraites, pour l’écologie, pour un monde meilleur et là on va tous accepter des conditions de travail intenables sur la durée, car cela est pour des mois, juste parce qu’on ne peut vivre sans argent. L’argent domine tout.

En même temps beaucoup de personnes continuent comme si de rien n’était. On attend un monde fou dès l’ouverture ! Les gens consomment comme avant et peut être qu’ils consommeront encore plus en réaction de devoir se priver de vacances du fait de la pandémie, se priver de certaines sorties.

C’est juste dingue ! J’ai 20 ans et je voudrais découvrir, apprendre, aller à la rencontre de pleins de gens différents. J’avais le projet tout en préparant une thèse de voyager à moindre frais et pouvoir vivre ce rêve , cette envie de connaître différentes cultures, et la beauté de la nature.

J’ai reçu des gaz lacrymogènes en pleine figure, un coup de flash ball dans la jambe car je manifestais pacifiquement, toujours pacifiquement pour le climat et pour les conditions sociales et économiques. Les politiques refusaient de nous entendre, disaient n’importe quoi sur les mouvements écologistes.

Aujourd’hui, on constate que la pollution aggrave la pandémie par les particules, que la pollution tue près de 67 000 personnes par an rien qu’en France et la seule chose que les politiques savent faire, c’est nous faire vivre l’invivable pour continuer leur tout argent.

Il faudrait que les gens prennent vraiment conscience et arrêtent de consommer tout et n’importe quoi. Perso, je ne mange jamais ce qui est vendu dans les Fast Food et les gens, ils vont faire des heures de queue pour avoir du congelé !

J’ai besoin d’argent pour vivre et en tant que jeune, c’était cet emploi ou rien. Et, il n’y a aucune liberté dans ce choix».

Prénom modifié*

© LiberTerra

Copyright © LiberTerra 2020 Tous droits réservés

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s