Macron – Quand l’Hydre capitaliste gouverne, les manipulations se font lois

Le gouvernement Castex annonçait jeudi 12 novembre le fait que les mesures sanitaires prises restent en vigueur du fait de l’accélération de l’épidémie qui enregistre 42 535 décès en France depuis le début de la pandémie.

Le Premier ministre met l’accent sur la pression que subissent les soignants affrontant l’épidémie au cœur d’un hôpital qui souffre depuis de longues années d’une politique économique destructrice.

Ce qui est la première incohérence dans le fait de la volonté de sauver des vies annoncée par le gouvernement et la poursuite du piège économique qui enserre nos vies et génère de graves souffrances.

Castex souligne sa solidarité avec les familles endeuillées et par leur présence, la douleur que toutes ces familles traversent, l’idée même du complotisme définie par certains et qui serait en théorie dans un documentaire « Hold Up » si tel est le cas, paraît s’éteindre très rapidement.

Le virus existe, son origine est incertaine, tant les manipulations sont, et ce virus est mortel pour certaines personnes dans une définition médicale précise et pour également des personnes en bonne santé comme cela a été le cas au début de la pandémie.

Il est donc une vérité , la pandémie de Covid-19 existe bien et pourtant l’incohérence qui apparaît par les mesures prises par le gouvernement persistent . Ainsi qu’elles persistent par un capitalisme mondialiste en hydre dominante provoquant une souffrance humaine qu’il n’est plus de nier. Les incohérences ne sont pas nouvelles et elles étaient également présentes dans les gouvernements précédents.

Le déséquilibre que nous vivons actuellement était déjà auparavant sauf qu’il fallait un événement qui change irrémédiablement notre société pour qu’on en prenne conscience.

Nous pourrions émettre l’hypothèse qu’Emmanuel Macron ne fait que tirer avantage de la pandémie pour s’assurer un pouvoir dominant et anticiper une révolte populaire qui pourrait éclater par la crise financière que la population vivrait en première ligne et d’autant les populations fragilisées.

Ce qui est frappant, c’est que lors des Gilets jaunes, il apparaissait une division forte entre les uns et les autres par l’intérêt individuel que chacun tentait de préserver.

Ainsi nombreux commerçants étaient très critiques envers les Gilets jaunes et aujourd’hui de manière différente mais par ce même déséquilibre, la colère gronde parmi eux et parmi de nombreuses professions comme celles liées à la culture, à l’évènementiel, à la création ainsi que parmi les enseignants et les soignants qui pour le moment se consacrent aux soins. 

Les enseignants qui d’ailleurs se déclarent en grève le 10 novembre pour protester contre l’incohérence des mesures sanitaires au sein des établissements scolaires et l’impossibilité de dire que les élèves ainsi que les enseignants sont véritablement protégés de potentielles contaminations. D’ailleurs Les Stylos Rouges précisent sur Twitter que depuis la rentrée de septembre, selon GEODES, le taux de positivité a plus que triplé chez les 0-9 ans et triplé chez les 10-19 ans.

Puis, les photos démontrant la situation au sein de collège et lycées qui se trouvent à disposer d’infrastructures inadaptées pour appliquer de véritables mesures sanitaires ne manquent pas. Cantines et cours, couloirs où les élèves sont les uns contre les autres faute de place. Sans parler des classes trop petites par rapport au nombre d’élèves et le fait que des enseignants expliquent que le fait de désinfecter les tables et tous les locaux quotidiennement n’est pas appliqué ! D’ailleurs , est-il une augmentation du personnel permettant un nettoyage long et scrupuleux quotidiennement 

Une enseignante dans une école primaire confie à LiberTerra le contresens permanent des mesures prises, selon elle. Elle explique que lors de la cantine, des élèves de tous niveaux ne peuvent respecter des mesures sanitaires faute de locaux le permettant. Elle souligne l’incohérence du masque obligatoire en classe alors que durant tout le temps de la cantine des élèves sont les uns près des autres sans masque et par logique puisqu’il est de pouvoir manger. Cette problématique se révèle être dans de nombreux établissements publics et privés.

Pour éviter cette configuration, il faudrait des cours en distanciel et des petits groupes alternés en présentiel.

De plus, l’enseignante précise l’impossibilité de faire cours toute une journée à des enfants de 6 à 10 ans qui portent un masque. Il aurait fallu définir un emploi du temps adapté à la situation et permettre une école qui ne soit pas une garderie mais véritablement là pour transmettre un savoir dans le respect du bien être des enfants et du personnel enseignant chargé des élèves.

Actuellement, un enfant peut rester avec un masque près de 10 heures par jour au sein d’un établissement scolaire de la garderie du matin à celle du soir.

Cette enseignante ainsi que des élèves se plaignent de mal respirer avec les masques. Il est la contrainte pour les enfants de devoir jouer, courir avec un masque en cours de récréation, d’être interdit de manger une collation car il ne faut pas enlever le masque, d’avoir mal derrière les oreilles de manière douloureuse, de ne pouvoir communiquer convenablement en classe pour participer à une leçon.

L’enseignante note également que les élèves ne peuvent se concentrer sur toute une journée de cours dans de telles conditions. Et que les apprentissages en pâtissent alors que si le gouvernement avait réfléchi un tant soit peu à concevoir l’école en temps de pandémie, les élèves seraient plus réceptifs aux cours et à l’acquisition de connaissances. 

De ce fait, à quel moment le ministre de l’Éducation nationale, Jean-Michel Blanquer peut justifier respecter les apprentissages en imposant des mesures sanitaires de manière autoritaire sans compréhension de la réalité, de la souffrance qui s’installe au fur et à mesure au sein du personnel enseignant et au sein des élèves dont certains n’en peuvent plus de ces conditions lamentables pour étudier.

La sérénité n’est pas et pourtant celle-ci est un Droit humain fondamental et il est alors l’incohérence forte qui paraît non complotiste mais bien réelle et vécue au quotidien par des milliers d’élèves et enseignants.

Les enseignants sont atterrés par le fait de ne pas être écoutés par le gouvernement mais là encore ce n’est pas chose nouvelle.

Nous pouvons également nous demander pourquoi le gouvernement a maintenu une rentrée commune au 1er septembre pour tous les élèves et le monde économique provoquant en logique des rassemblements de personnes dans les transports en commun et dans les établissements scolaires et universitaires.

Là encore , au sein des universités, un programme inédit et adapté aurait dû être mis en place dès la rentrée universitaire.

Toute cette incohérence politique était déjà là depuis des années mais hors une pandémie. En réalité, les enjeux sont depuis plus d’une décennie les mêmes sur le plan du pouvoir économique et politique et les contraintes imposées par les lobbies, systèmes bancaires, puissance du FMI, rivalité européenne.  

Les grèves et prises de conscience des populations à travers le monde étaient avant l’arrivée de cette pandémie.  De plus, les étudiants se sont à plusieurs reprises mobilisés et ont réalisé des occupations d’universités pour protester contre les réformes gouvernementales, contre un système qui devient inhumain. Des manifestations avaient également lieu et des personnes de différents métiers s’y rassemblaient.

Il était également ces dernières années une succession de mouvements sociaux importants pressentant l’imminence d’une catastrophe mondiale et lançant le slogan populaire au peuple, « Réveillez-vous ! »

Un mouvement social était visible à travers le monde. Une envie de se libérer du pouvoir des politiques pour donner à la liberté sa capacité de renaissance pour notre humanité en souffrance car extrêmement divisée par ceux appelant à la paix, au respect de la nature et ceux oubliant leur conscience et se dirigeant cupides vers une humanité dominante sur tous les éléments. Le danger qui serait pour notre survie si l’homme venait à penser tout reproduire du vivant par la science , tout résoudre des problématiques du 21ème siècle par les progrès technologique Big Data et IA militaire entre autres.

Nous constatons aujourd’hui la grave division qui est au sein des scientifiques, des intérêts liés aux lobbies pharmaceutiques,  la santé conçue en produit financier, dans cette folie de tout transformer en valeur marchande. 

Quand Emmanuel Macron fabrique son armure anti-bouleversement 

Emmanuel Macron certainement traumatisé par l’épisode des Gilets jaunes, tient à pénaliser les occupations de facs pour s’assurer qu’aucune protestation aura lieu par peur d’être condanmé comme il tient au projet « Surveillance Globale » instaurant les drones et l’inderdiction de diffuser les vidéos représentants les Forces de l’ordre.

Ce qui est contraire à la liberté puisque les vidéos sont des témoins de transparence comme les politiques au gouvernement aiment à prononcer ce terme, et elles veillent à l’usage proportionné de la force par les Force de l’ordre. Les vidéos sont des preuves qui peuvent alerter des ONG, contribuer à l’élaboration de rapports alertant sur des dérives autoritaires, dénonçant des failles mettant la liberté en danger, des ordres pouvant mettre en danger la démocratie. 

Mais , la politique est aussi l’art des manipulations, de détourner tout à son avantage et Emmanuel Macron semble ne pas oublier de calculer la mise en place rapide de mesures visant à rendre opérationnelle une surveillance grandissante de la population.

Les drones en place, les IA opérationnelles, pourraient contribuer à un déconfinement approprié puisque les libertés seraient mises sous clés. C’est cette hypothèse qui peut être émise puisque les politiques imposent leur pouvoir de manière autoritaire quand ils savent qu’ils sont étape par étape en train de le perdre.

Donc nul besoin de complotisme, nous savons les intérêts puissants des lobbies, des 95 milliardaires qui sont en France et la catastrophique pandémie de souffrances à laquelle nous allons certainement devoir faire face durant  l’année 2021.

Puis, il n’est de pas oublier que la pollution de notre environnement est dramatique et ces conséquences se font déjà présentes par le décès de près de 67 000 personnes en France en 2019 des effets de la pollution sur la santé et de près de 9 millions de décès dans le monde. 

Pourtant les gouvernements précipitent notre humanité dans le chaos en poursuivant une économie que nous savons destructrice et dont le capitalisme se disant vert n’est qu’une façade d’écologie mais non une réalité respectant la Terre.

Puis, il est une population prise au piège du pouvoir donné à l’argent par les puissants de ce monde. Elles se retrouvent à générer ce qui détruit leur avenir et celui de leurs enfants par cette course éfreinée vers les richesses marchandes s’établissant par des conflits permanents dans le monde, par une compétitivité absurde, par une volonté folle d’acquérir des richesses supplémentaires qui ne font que produire une pauvreté supplémentaire.

Plus que d’avoir une réflexion complotiste, nous pourrions réfléchir à un délit de mise en appauvrissement des populations contre les politiques économiques actuelles lançant leurs milliards en bouées de sauvetage à l’annonce d’un péril imminent quand l’ONU alerte sur le fait que si aucunes mesures fortes contre la pauvreté sont prises par les gouvernements, il pourrait être en 2021, plus de 265 millions de personnes souffrant de famine aiguë à travers le monde.

La faim n’épargne pas la France et des populations vulnérables ne peuvent manger de façon normale et sont contraintes de sauter des repas faute de moyens financiers pour se nourrir. 

Ce qui était avant la pandémie mais qui sera fortement aggravé en 2021, si le gouvernement ne prend pas des mesures inédites pour stopper l’augmentation de la pauvreté et permettre ainsi à des personnes de se nourrir convenablement.

On ne peut dire protéger la santé d’autrui, garantir la sécurité sanitaire de la population quand une partie de celle-ci a faim.

En France, sans les associations, collectifs et maraudes, encore une fois la situation serait dramatique  pour des millions de personnes. 

La pauvreté se fait pandémie et les mesures prises par le gouvernement sont insuffisantes car dirigées vers des catégories alors que l’équilibre nécessite qu’il soit une harmonisation du partage des richesses et il est à parier que l’industrie de l’armement bénéficie de plus d’écoute que ceux ayant faim au 21ème siècle, en France.

La violence est donc récurrente et les manipulations politiques apparaissent au grand jour et elles sont avec ou sous Covid. 

Emmanuel Macron semble juste accélérer le mouvement d’une emprise sur la population déjà par une surveillance accrue de celle-ci notamment concernant sa liberté d’expression qu’est le droit de manifester et le droit d’occuper des universités car la protestation, la critique des pouvoirs politiques en place est simplement le sang de la démocratie qui coule dans les veines de la liberté.

Les contraintes imposées par le gouvernement pourraient  s’opposer à ce qui est vital et les conséquences seraient alors dramatiques.

Emmanuel Macron devrait faire preuve de sagesse et de comprendre que « Être ensemble », « Tenir ensemble » qu’il affiche, signifie anéantir la pauvreté. Comment être ensemble quand l’un mange et l’autre pas, quand l’un vit une pandémie dans la dureté de la pauvreté et de l’hiver et que d’autres passent leur temps à contrôler leurs actions en bourse bien au chaud et le ventre plein dans une indifférence qui ne signifie que inhumanité  ?

La conclusion est à l’équilibre : seuls les droits humains fondamentaux nous protègeront d’un bouleversement actif qu’ aucune politique autoritaire ne pourra ralentir, ni confinement ni politique de masques. Une politique totalitaire ne ferait que servir les manipulations, ambitions financières sans aucun sens dans notre monde qui a changé de manière irrémédiable.

Soit, il est de saisir la chance extraordinaire de construire un monde meilleur par la paix vivant en nous et allant vers les autres par un partage, par une harmonisation des richesses sans pouvoir politique arbitraire et manipulateur, soit il sera un langage algorithmique en présence de drones au-dessus de nos têtes et la liberté effondrée. 

Le choix nous devons le faire en paix et maintenant. 

Il est un chiffre à retenir : 25 000 personnes meurent chaque jour de faim dans le monde et il pourrait être en 2021 : 6 000 enfants mourant de faim chaque jour, selon l’ONU. 

© Fédora Hélène

Copyright © LiberTerra 2020, Tous droits réservés , Tous droits de reproduction et de représentation réservés

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s