Palestine – 11 jours d’une guerre violente – l’urgence de bâtir une paix durable

Cette image a un attribut alt vide ; le nom du fichier est psx_20210523_084520.jpg

Palestine, je te vois. Mes yeux voient ta terre d’ocre, de rouge du sang des douleurs ; je porte en moi, cet indéfinissable lien avec tes pierres, la poussière brûlante de tes plaines et tes champs d’oliviers, je me transporte en leur cœur.

Mon visage éclairé par ta lumière, je suis fille de ta terre, sœur universelle. Je ressens tout de toi, porte ta mémoire. Et, au loin, je prie pour toi, Palestine. Tes enfants, leurs rêves, je les porte. Ils sont ce foulard blanc, un appel à la paix, que je noue autour de mon cou. Palestine, ta terre vibre en moi, et l’ombre sur ton sol est un peu de mon corps absent, mais mes pas avancent toujours vers toi. C’est ce feu qui brûle en moi. Tout ne s’explique pas, tu es en moi.

Palestine, je pleure tes enfants blessés, tes enfants tués ; je n’ose, j’espère, je veux plus que tout la paix pour ton avenir, ton ciel au bleu éclatant qui chasse les fumées noires des bombes, et je dépose une lumière pour consoler tes peurs, tes douleurs.

Palestine, étoile Yémen, aux rivages de Syrie où la violence frappe aussi la beauté de l’enfance, et les enfants serrent contre leur cœur la liberté que nos systèmes volent à notre humanité. Je voudrais tant que nous puissions arrêter l’infernale machine des armes en production, en profits, nos marchandises nous perdent. On ne voit plus que le voile sombre de l’économie quand nos enfants nous appellent pour ne recevoir que la paix pour avenir.

Nous ne sommes rien sans la terre entière réconciliée sous le même ciel. Nous pouvons juste tendre nos mains vers toi, liberté. Tu relèveras les pierres effondrées de nos corps ébranlés par trop de souffrances. La paix panse nos blessures à la source d’aimer. Ce verbe en lien avec chacun de nous, notre fraternité universelle attend que nous voulions nous unir.

Le jour où les hommes comprendront que l’argent n’existe pas, que cette économie n’est qu’une illusion qui détruit ce qui est véritable, nous connaîtrons pour la première fois le sens de la liberté, son immensité, ses possibilités, et tout le bonheur que nous pouvons vivre !

Nous devons être sur la valeur de partage. Penser autrement la notion de travail, et libérer les populations vulnérables d’une économie qui les tient en esclavage, qui maintient un appauvrissement de leur pays, alors que toute terre porte la manne qui nourrit.

L’engagement premier du développement durable est : Pas de pauvreté. La Palestine affronte une crise humanitaire, Gaza en ruine, son réseau d’eau lourdement endommagé ne permet pas aux enfants de boire en toute sécurité et des maladies peuvent survenir par l’état de l’eau insalubre.

Cette image a un attribut alt vide ; le nom du fichier est pray-palestine.png

La guerre blesse et laisse des êtres humains dans une longue détresse qui poursuit son œuvre au lever du jour, il devient une nouvelle épreuve.

Notre soutien est d’apporter une aide humanitaire, et celui  de changer la donne partout où nous nous trouvons pour lutter contre la pauvreté qui étreint la vie des enfants de Gaza, les traumatismes qui font revivre sans fin les éclats des bombes. Les larmes pour ce frère perdu, cet enfant parti et son souhait de voir la paix naître, celle qui n’aurait pas effondrée sa vie, nous devons le porter. Soyons ce sens du partage. Chacun de nous peut agir sans attendre les gouvernements. Chacun selon ses moyens, il n’y a pas d’actes inutiles. Donner, partager, changer la donne !

Les prix de l’alimentaire ont augmenté de manière inquiétante en France où il est au moins 10 millions de pauvres, où des personnes sautent des repas faute de moyens financiers. Nous sommes un pays riche et les milliardaires ont augmenté leur fortune de 1 000 milliards en quelques mois en pleine pandémie de Covid-19 et de confinement mondial; ce qui provoque un bouleversement sans précédent s’évaluant en adéquation avec le pouvoir donné à l’argent, l’enrichissement des plus riches et l’appauvrissement alarmant des populations vulnérables, des crises humanitaires s’aggravant comme nous le vivons actuellement. Le PAM, Prix Nobel de la paix 2020, rappelle l’urgence à sauver la vie de milliers d’enfants qui chaque jour est menacée par la famine aiguë.

Aujourd’hui, nous sommes face à un choix qui sera déterminant pour des décennies et qui impactera fortement notre avenir.  Ouvrons les yeux, et surtout il faut résister à ne pas céder aux manipulations qui pourraient orienter les choix pris pour notre société vers la violence. Les pouvoirs de droite à l’extrême droite, la division, la haine, les discriminations, pointer du doigt des communautés, se révèlent dangereux pour le maintien de la paix.

La solution ne sera jamais la violence et le piège se tend facilement en manipulant la pauvreté, en accusant celui fragilisé par les fortes inégalités, par le racisme, la méchanceté redoutable qui nourrit les ambitions de domination, se fait cette violence sournoise, et qui nous saisit sans que nous puissions alors qu’elle surgit lui opposer une résistance.

Nous devons rester vigilants et protéger ceux qui sont constamment mis en état de vulnérabilité, enfermés dans un engrenage qui met en danger leur avenir.

En oubliant que la justice est un don de paix, et que par cela elle a un caractère d’universalité, c’est-à-dire qu’elle ne se donne pas à une victime, mais à toutes les victimes – nos systèmes politiques, économiques et judiciaires ne font que progresser que l’injustice. La manifestation des policiers du 19 mai, où les représentants politiques étaient, et surtout ceux prônant les valeurs de droite à l’extrême droite, a démontré qu’il n’était pas l’écoute d’une volonté de refondre la justice pour qu’elle soit à sa valeur première, la paix.

La justice doit se lever pour protéger les plus fragiles et pourtant elle est l’absente abandonnant les plus pauvres, les victimes traumatisées par la violence d’hommes renouvelant leurs actes portant atteinte à la liberté, à la vie d’un être humain.

Nous sommes tous des êtres humains et la tâche la plus difficile à réaliser est d’accomplir notre humanité, d’être un être libre, et non riche, si ce n’est du verbe aimer.

Revenir à l’origine de notre humanité, la liberté qui lui a donné le jour et c’est à elle que nous devons faire confiance. Les échecs menant à l’atroce de guerres sont issus de la séparation de notre humanité avec l’humain, être libre. C’est cette immensité qui est notre richesse, comme l’air est cette immensité qui nous permet de respirer, nous avons en notre corps les éléments vivants de la liberté et qui nous permettent de vivre.

Nous ressentons notre Terre, la nature, et le bouleversement qui nous touche impacte déjà nos vies. Son mouvement ne peut s’arrêter et ne pourra que s’amplifier si nos choix se conforment aux volonté d’une économie destructrice qui fonde les guerres ; et leur violence est à la valeur exponentielle du bouleversement. Puis, plus nous voulons posséder des fortunes matérialistes, plus nous mettons la paix en danger et donc la vie.

Ce que nous ferons subir à la nature, nous le ferons subir à notre humanité. Nous sommes ce lien universel et peu importe l’endroit où nous nous trouvons sur terre, nous sommes cette fraternité, cette solidarité universelle et nos veines portent le sang de notre humanité, ces rivières abondantes de vie.

La générosité fait partie de nous, non la haine. Ne soyons pas ce qui détruit et qui n’est pas en nous, mais que nous acquérons par l’envie de posséder comme un état de survie, alors que nous sommes conçus pour vivre.

Cette image a un attribut alt vide ; le nom du fichier est 20210524_004705_0000.png
©LiberTerra photo

Écouter notre cœur comme boussole, et on bâtira ensemble un chemin de paix ; il suffit d’avoir envie d’aimer. Un jour, vous verrez, on marchera tous ensemble pour hisser une voile blanche, la paix. Faire confiance à la liberté, défaire nos économies et comprendre plus loin que l’annulation de la dette : sans inexistence.

Palestine, étoile Yémen, aux rivages de Syrie, aux côtes de France, il n’y a qu’un pas, notre humanité. Ensemble, nous pouvons tout rendre possible, alors rendons possible une paix durable pour tous les enfants de tous les continents.

© Fédora Hélène 

Pour aller plus loin :



Cette image a un attribut alt vide ; le nom du fichier est arc-en-ciel-1.png
©LiberTerra photo

Copyright ©LiberTerra 2021, Tous droits réservés, Tous droits de production et de diffusion réservés

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s