Ukraine – Une enquête dénonce des crimes de guerre commis par la Russie – Insécurité nuclaire, crises majeures, la paix mondiale est-elle en péril ?

@liberterradaily

C’est ouvert le 20 septembre, le débat général de la 77 -ème session de l’Assemblée générale des Nations Unies

Antonio Guterres, Chef de l’ONU exprime l’inquiétude des populations, dit ce que des millions de personnes ressentent, et chacun met des mots sur cette intense émotion qui prend place, quand nous constatons que « Notre monde est en péril ».

ONU

Un monde en profond déséquilibre, un monde qui rencontre un bouleversement climatique planétaire, qui met toute l’humanité face à une responsabilité qui engage nos futurs possibles. Les enfants et les générations futures ont besoin d’un monde en paix pour pouvoir vivre.

Vivre sans que soit le chaos d’une Terre en souffrance, qui montre déjà les conséquences dramatiques de la pollution que les activités de l’ère industrielle ont provoqué. Nous savons cela, nous savons l’urgence d’apaiser notre humanité, de lui donner la chance de s’unir à la nature, de revenir vers sa source : cette eau libre et pure.

Une eau vivante qui illumine la vie, car elle est cette première lumière, celle qui permet à l’énergie du soleil, d’être cette étoile à la juste chaleur pour offrir à notre monde ses couleurs, sa générosité, ces jours et ses nuits, qui sont cette œuvre de renaissance que la Terre possède et qu’elle nous demande de protéger.

Être les protecteurs de la Terre, c’est être le protecteurs de notre humanité, et le verbe protéger ne peut vivre dans la guerre. Le Chef de l’ONU appelle les nations à s’unir dans la paix, à privilégier le maintien de la paix, dans son allocution du 20 septembre.

« Notre monde est en péril et paralysé », dit-il, la solution pour ne pas demeurer dans cette immobilité, comme si un mur infranchissable se dressait contre tous les efforts faits, toutes les bonnes volontés, il nous faut pas à pas, mais à chaque seconde, sans en oublier une seule, bâtir l’universalité de la paix. Une juste réconciliation, une « coalition du monde », cite le Chef de l’ONU, pour « surmonter de toute urgence les divisions ».

La guerre, et il souligne « la destruction généralisée déchaînée en Ukraine », la souffrance des plus fragiles, des femmes et des enfants d’Ukraine, et de prendre conscience de l’urgence de réaliser le maintien de la paix.

La guerre en Europe – La Commission d’enquête de l’ONU en Ukraine a conclu que la Russie a commis des crimes de guerre

Une information grave qui signe une fraternité rompue. La Russie lourdement mise en responsabilité, c’est un choc pour toutes les Nations, au moment crucial où la paix doit vivre.

Les experts de l’Onu se sont rendus en juin en Ukraine, et l’enquête faite, établie, selon la déclaration vendredi du Président du groupe tripartite d’experts, Erik Mose, au Conseil des droits de l’homme de l’ONU, que « Sur la base de ses enquêtes sur les événements survenus dans les régions de Kyïv, Tchernihiv, Kharkiv et Soumy, la Commission internationale indépendante d’enquête sur l’Ukraine a conclu que des crimes de guerre ont été commis en Ukraine ».

Le juge norvégien a exprimé, « Nous avons été frappés par le grand nombre d’exécutions dans les zones que nous avons visitées ». La Commission a mentionné des actes de torture, de détention préalable des victimes, les marques des liens attachant les mains dans le dos, ainsi que la violence extrême de gorges tranchées, de balles dans la tête.

La Commission a documenté les graves violations, comme des attaques aveugles, l’utilisation illégales d’armes explosives, des violation de l’intégrité personnelle, des actes de torture et de mauvais traitements.

Le trois enquêteurs ont pu également entendre des témoins faisant part qu’après avoir été détenus en Ukraine, des victimes ont été conduites en Russie et détenues dans des centres de rétention. Les victimes font par de mauvais traitements, et témoignent avoir subi des violences, la torture.

Les enquêteurs ont pu aussi constater sur le terrain, la destruction d’école et d’hôpitaux, les dégâts causés dans des zones urbaines par des armes explosives. 

Violences sexuelles envers les femmes

Des femmes ont témoigné en juin, avoir été victimes de viols commis par des soldats russes, la Commission souligne, aujourd’hui, que certains soldats de la Fédération de Russie ont commis des violences sexuelles, qui constituent des crimes. Le viol est un crime, le droit international humanitaire condamne les violences sexuelles, qui sont cette arme de destruction contre notre humanité.

L’enquête a établi que l’âge des victimes de violences sexuelles allait de 4 ans à 82 ans. Les enfants ont été victimes d’une grave violation de leurs droits humains et ont subi des déplacements forcés, ont pu être séparés de leur famille. C’est aussi la violence d’engins explosifs, et des enfants ont été grièvement blessés et tués.

Deux soldats russes maltraités –

La Commission révèle deux cas de maltraitances par l’armée ukrainienne envers des soldats de la Fédération de Russie. Le Président de la commission soulignant, « Nous avons traité deux cas de mauvais traitements infligés à des soldats par les forces ukrainiennes. Bien que peu nombreux, ces cas continuent de faire l’objet de notre attention ».

La guerre blesse profondément notre humanité

L’horreur de la guerre et de ses crimes, ce que notre humanité doit anéantir pour laisser place à une paix durable, sûre et pour que plus qu’aucune violence archaïque, cruauté sans définition possible que celle du néant, se produisent sur Terre.  

Le Conseil de sécurité pour la maintenance de la paix et de la sécurité en Ukraine s’est ouvert vendredi

Ukraine – « Les sept derniers mois ont été marqués par une souffrance et une désolation indicibles » a déclaré le Chef de l’ONU. Les annonces récentes faites par Vladimir Poutine, la menace de l’utilisation d’armes nucléaires, « Nous éloignent de toute perspective de paix. Et nous rapproche d’un cycle sans fin d’horreur et de carnage » a-t-il déclaré.

Une guerre absurde blessant l’espoir de paix de nos communautés internationales et mettant en danger « tout le reste du monde », la guerre que lève la Russie des lointains passés, de ce temps de l’atroce qui a marqué le 20 -ème siècle, par la guerre et la seconde guerre mondiale, venant elles-mêmes d’autres âges, de siècles d’affrontement entre les hommes. L’armée de l’ombre, sortant de sa tombe, ce long hiver qui se promet à la terre, la violence déchirant la paix, menant la guerre de la faim contre des millions d’enfants à travers le monde, des femmes démunies, leurs pas frappant le sol et n’y marquant pas d’empreintes tant leurs corps sont fragiles.

La guerre présente, et le coût de la vie met en détresse les plus vulnérables, pendant que insensibles, certains aux lobbies, et autres pouvoirs, accumulent des superprofits. La politique sans justice apporte la guerre.

Les combats sont là contre les plus fragiles, contre toute une jeunesse qui ne peut grandir avec l’assurance de la paix et de la sécurité.

Un conflit nucléaire évoqué par certains, c’est « inacceptable » a souligné le Chef de l’ONU. Russie – User des armes à leur disposition, et Vladimir Poutine a confirmé, « Ce n’est pas du bluff » lors de la transmission précédente de son allocution.

Antonio Guterres appelle les pays à éliminer progressivement les armes nucléaires qu’ils détiennent, car il est de comprendre que celles-ci ne protègeront jamais notre humanité, mais au contraire la précipite toujours plus vers un danger irréversible. Le désarmement est l’action forte pour accéder à la paix. C’est un mouvement contraire à l’armement qu’il faut opérer pour contrer celui de la destruction par la guerre, par les souffrances imposées aux civils.

Nous croyons à tort qu’un armement puissant nous protège, mais de qui ? De nous-mêmes, car ce sont des êtres humains qui alors se détruiront les uns les autres. Si notre humanité en vient à concevoir cet atroce, alors ce ne sont pas les armes nucléaires qui nous protégeront d’une telle détermination à détruire, mais bien le chemin de la paix, et le désarmement inscrivant une volonté de respect de la vie, de l’amour que nous lui portons.

Enfants – victimes de guerre

@liberterradaily

« Des centaines d’enfants ont été blessés ou tués, la plupart par des bombardements russes dans des zones urbaines », selon le Chef de l’ONU, qui précise que « Chaque jour en moyenne 5 enfants sont tués ou blessés ». « Presque tous les enfants d’Ukraine sont traumatisés par le cauchemar de la guerre ». Des enfants sont séparés de leurs proches, sont exposés à des violences. « Ce sont 14 millions de personnes, dont une majorité d’enfants et de femmes, qui ont dû fuir », souligne le Chef de l’ONU.

Lors d’une conférence de presse, Erik Mose a déclaré,  » La Commission a documenté des cas dans lesquels des enfants ont été violés, torturés et détenus illégalement« . L’horreur absolue.

Le Chef de l’Onu est fortement inquiet alors que l’hiver approche et les approvisionnements en gaz et électricité faiblissent. Un conflit apportant une crise mondiale de l’énergie, et ce sont les plus pauvres qui en paieront le prix, celui du froid, de cette humiliation qui traumatise. Des logements insalubres, mal isolés, des personnes à la rue, et la crise alimentaire fait rage, pendant que les superprofits se portent à merveille et que M. Emmanuel Macron veille sur cette chandelle qui s’amenuise pour les pauvres et grandit pour les riches.

L’ampleur des crises est portée sur les épaules des plus pauvres, de femmes et d’enfants. Des crises financières, politiques, « qui ont précipité des millions de personnes supplémentaires dans l’extrême pauvreté et la faim, réduisant à néant des années de progrès vers le développement », a affirmé Antonio Guterres. Un bouleversement climatique qui aggrave le déséquilibre, la faim par la sécheresse, les inondations catastrophiques couvrant des territoires. Des cultures sous les eaux insalubres que sont contraints de boire des enfants, que ce monde à l’apogée d’un capitalisme mondialiste a mis en état de grande détresse, mettant leur santé et leur vie en péril.

La guerre est là, forte sur les places, même si les consommateurs de lobbies et chaînes de production sans fin, ne la subissent pas, ne voient pas les souffrances qu’endurent des enfants et des femmes pauvres.  

La peur, c’est enfant tremblant, les vêtements déchirés, le visage couvert de poussière, cette explosion blessant la vie, l’absurde, la guerre et la vie s’en va, sans un bruit. Nos larmes à ce silence, que cette opposition, cette force de résistance. La peur, ces enfants qui ont faim, qui jouent entre les murs des caves. Assis, ils rêvent des espaces, de l’océan, et le bruit des bombardements devient une tempête en pleine mer, ils tremblent.

La guerre fait trembler les enfants et la paix en mirage, ce drapeau blanc, viendra-t-il se hisser, devenir les ailes des oiseaux libres, et flottant au vent léger, sans plus de violences.

Des enfants à travers le monde vivant les conflits armés, l’écroulement de leur maison, de leur école, de leur ville, la perte d’un proche. La rue en tas de pierre, au souffle devenu poussière, cet arbre seul, encore debout, et demain, on pense que naîtront de nouveaux jardins, et des enfants riant, mais est-ce que nous nous prendrons par la main, la posant sur le cœur. Serons-nous une chance, un espoir, la dernière génération pour la liberté, à l’aube des menaces nucléaires. La tristesse et cet hiver à la pauvreté, des enfants sur tous les continents, auront froid et faim.

Des nations divisées entre riches et pauvres, des peuples à cette séparation, des enfants au visage marqué par les traits des nuits angoissées. La misère à leur porte et plus loin les beaux quartiers, où les adultes font comme si rien n’était, se voilant la face au facile déni de l’argent couvrant le ciel d’orages. La léthargie des populations riches se fichant de tout, du moment qu’ils consomment, qu’ils comptent leurs profits aux mensonges politiques.

Peu importe la faim qui gagne les batailles, peu importe ces mères portant leur enfant au sein sans plus de lait, peu importe les familles à la rue, peu importe les guerres, l’indifférence plus forte que tout, et la vie perdant au soleil des pluies.

Nos sociétés avancent coûte que coûte vers le lac où échoue l’espoir, le drapeau blanc, mouillé par nos chagrins. Les discours politiques se font les paroles et nous y répondons par nos silences.

Espoir – Une paix durable aux accords respectant la Charte des Nations Unies

« Des guerres se font sentir dans des dizaines de pays en développement qui peinaient déjà à se relever de la pandémie de Covid-19 et à faire face à la crise climatique » a souligné Antonio Guterres. Un monde basculant vers la guerre, des guerres dépendantes des unes et des autres, sous l’égide de celle faite à la nature, aux plus fragiles, aux femmes et aux enfants. « Les plus vulnérables sont les premiers touchés ».

Le Chef de l’ONU a rappelé ses déplacements en Ukraine et en Russie, où lors de ses visites, il a rencontré M. Zelensky et M. Vladimir Poutine, pour poser les jalons d’une paix à espérer, alors qu’aujourd’hui, la mobilisation est en Russie, et qu’il est la menace d’utiliser tout un dispositif d’armes nucléaires. Il souligne que l’ONU a pu apporter une aide humanitaire à 13 millions de personnes, ce qui démontre ce que signifie l’action concrète de l’espoir. Une nécessité d’apporter une aide humanitaire à toute personne, où que ce soit, précise-t-il.

Le chef de l’ONU, le ton grave, évoque les actes cruels commis par la Russie

Le chef de l’ONU a évoqué les rapports du bureau du Haut-Commissaire aux droits de l’homme, et a souligné le grave impact sur les droits humains que provoque cette guerre. « Une longue liste d’actes cruels, exécutions sommaires, violences sexuelles, tortures, et autres traitements inhumains et dégradants à l’encontre des civils et prisonniers de guerre ». Il a souligné la douloureuse découverte de charniers à Izioum en Ukraine. L’ONU indique que toutes ces atrocités de guerre doivent faire l’objet d’enquêtes en profondeur.

« Les auteurs devront rendre des comptes lors de procédures judiciaires équitables et indépendantes ». Les victimes ont le droit au recours à la justice, à la reconnaissance et à réparation. La justice en véritable don de paix, nous devons avoir l’assurance que chaque victime à travers le monde ayant subi des actes de maltraitances, des actes cruels, comme les violences sexuelles, ait le respect de ses droits humains et puisse obtenir réparation. « Mettre un terme à des crimes internationaux est essentiel », souligne Antonio Guterres.

Situation de la centrale nucléaire en Ukraine

La situation de la centrale nucléaire de Zaporijia se situant en pleine zone de combat, inquiète fortement l’ONU. Le pouvoir ukrainien accuse la Russie de frappes sur la plus grande centrale nucléaire d’Europe.

Le Chef de l’Onu a informé que l’AIEA consulte « toutes les parties concernées sur des mesures permettant de garantir la sécurité de la centrale et de la zone environnante ».

« Toutes les attaques envers des centrales nucléaires doivent cesser et le caractère exclusivement civil de ces centrales doit être rétabli », exhorte le Chef de l’ONU. « Le monde ne peut se permettre une catastrophe nucléaire ».

Notre monde a besoin de paix et de liberté. Et, les crises multiples actuelles émanant d’une crise civilisationnelle majeure, d’un effondrement climatique, dans cette période où tout se conjugue au temps d’un bouleversement planétaire, ont tendance à faire monter les politiques conservatrices, l’extrême droite au sein de l’Union européenne.

L’éclatement de l’Union européenne sera par la mise en danger des libertés à travers le monde, par les discriminations, fortes inégalités toujours plus graves par l’augmentation du coût de la vie, des besoins humains fondamentaux et de l’énergie.

Cette déstabilisation de l’Europe, les divisions régnant, les accusations portées par certains de l’extrême droite contre la politique de l’Union européenne pour soutenir l’Ukraine, et donc les démocraties, pourraient avoir de lourdes conséquences à venir dans le contexte d’une aggravation du conflit, d’une mobilisation en Russie, et faire peser toujours plus gravement l’insécurité nucléaire.

Les impérialistes s’affrontent, et à l’intérieur de cette faille majeure, l’extrême droite risque de s’engouffrer.

Les superprofits, profiteurs de détresse, profiteurs de guerre, tous ces éléments s’ajoutent contre la paix, contre un monde équitable, juste et libre. Les droits humains sont menacés partout dans le monde. La souffrance des plus vulnérables est terrible. Apaiser les douleurs que subissent les plus fragiles sera cet acte d’espoir réalisé, et assurant la protection de notre humanité, comme jamais, une arme nucléaire destructrice pourrait le faire.

Les armes nucléaires ne protègent pas, elles détruisent. C’est la liberté qui protège par son expression lumineuse, la paix. 

Fédora Hélène

Copyright © LiberTerra 2022 -Tous droits réservés – Tous droits de production et de diffusion réservés.

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s