Une nouvelle justice est-elle à fonder pour être en Paix ?

Peut-on devenir des ignorants de justice et vouloir la Paix ?
Pouvons-nous être heureux en vivant le poids lourd de nos consciences qui savent, elles, sans détour, que la justice n’est pas dans notre société, et que des vies sont brisées ?
Mettre une jeune homme de 20 ans en prison car il a volé 5 euros de nourriture par faim, cette brutalité de notre système servira-t’elle la réconciliation dans notre sociétè qui courre vers son instabilité ?
Une réconciliation dont notre pays a besoin.
La blessure d’apprendre dans le même temps que des prédateurs qui ont maltraité leur compagne, secoué un nouveau-né, attendent tranquillement dans leur canapé.
Puis, cette terrible information de ce dimanche, un homme de 50 ans, alcoolisé, a aspergé sa compagne d’essence avant de l’immoler, samedi 15 juin, dans un village près de Cavaillon dans le Vaucluse.
La victime a été plongée dans un coma artificiel et se bat pour vivre. Actuellement hospitalisée à Marseille, les médecins ont déclaré que son pronostic vital était toujours engagé ce dimanche après-midi.


Rappelons qu’un féminicide a lieu tous les deux jours en France en 2019.


Notre France, c’est aussi des prédateurs impunis depuis des années, bien que des plaintes soient, des prédateurs qui ont porté un titre émanant de nos institutions, croyons-nous que cette douleur profonde, cette cruelle injustice qui envahit nos sociétès vont la combler de bienfaits, la rendre heureuse et prospère pour l’avenir de nos enfants ?
Comment pouvons-nous être dans un système où le mensonge prend force et croire que nous en serons heureux ?
Ce système du plus fort, de la rentabilité, des apparences par l’argent, ne peut que conduire à l’irrespect de l’être humain, à la brutalité de faire de ceux qui ont l’esprit violent et manipulateur, une puissance, un pouvoir.
Sans dignité, ni respect de la vie, ils sont prêts à tout.
Des pédophiles excusés, des prédateurs sexuels excusés, des conjoints frappant leur compagne excusés, des prédateurs sexuels notables en politique excusés, nous sommes cela, notre système est celui-là et à travers le monde, la Femme n’est pas un être Humain ayant le droit de vivre sans avoir peur, sans être bousculée par la violence d’un prédateur qui prend le droit de traumatiser des vies.

Soyons conscients que nous ne pourrons pas construire la paix avec un tel effondrement du respect et de la dignité dûs à chaque être humain qui est dans une disproportion énorme avec le progrès technologique . Nous pourrions penser alors que l’IA a déjà dépassé nos sociétés humaines.

Les algorithmes commandant la justice, la politique, la pensée, ne serait-ce notre monde actuel et non notre futur ?
Des algorithmes décidés par des Hommes alors il est à craindre de l’utilisation de ceux ci dans les strates de notre société politique si ils sont utilisés avec l’archaïsme de la cruauté humaine.
Est-ce-que nous n’en avons pas assez de toute cette souffrance, de cette folie consciente qu’est la méchanceté, de cette indifférence qui a déjà tant blessé notre Histoire, notre mémoire collective ?

Puis, avons-nous le droit de dire qu’un homme qui ne respecte pas une mère, l’agresse, ne peut respecter un enfant .
Souvent les enfants voient leur mère maltraitée, et cela brise, détruit une mère, marque le silence qui taira la souffrance.
Parler met la victime dans une souffrance intense.
Elle revit l’agression nette, précise, brutale, aussi aiguisée que la lame d’un couteau.
Sa vie n’est plus rien que ce que l’agresseur fait d’elle. Sa vie appartient à celui qui la blesse.
Les femmes sont mises en état d’extrême vulnérabilité. Une grossesse, peu d’argent, l’isolement, la peur panique, savoir n’être plus qu’un corps qui est agressé, des rêves qui s’éteignent et la vie qui survit, les forces qui restent pour elle, la vie, vivre.
L’indifférence d’une société qui fait semblant de ne pas savoir. C’est l’odieuse hypocrisie qui a couvert les prêtres pédophiles.
On garde son apparence même si elle est au prix de vies qu’elle tue.
Alors, l’espérance tient le choc, le silence se fait mémoire et metoo révèle l’ampleur du drame, une drame qui touche profondément notre humanité.
A cela, la justice a répondu.
Elle condamne sévèrement de pauvres gens car ils ont faim.
Et, cette peur de dire car la justice s’est faite pouvoir, caste et puissance et que parmi elle demeure des femmes et des hommes qui ne veulent pas que leur vie soit cela.
Reconnaitre une victime, son courage pour la vie, est l’essentiel d’une existence.
Notre vie est une unité, qu’elle unité peut-être dans la non reconnaissance de la vie, de la vie d’une victime ?
La pauvreté est une victime, la pauvreté doit-être combattue pour que notre civilisation puisse se construire dans la paix pour accéder à la liberté.
Le contraire sera ce que nous redoutons. Il est un final, un moment où une chose ne plus se faire et nous sommes devant cette finalité.
Si nous ne respectons pas la vie dans son unité pleine et entière, notre humanité sombrera vers ce qu’elle pressent, le chaos.

Lors du Forum Mondial Normandie pour la Paix s’est exprimé une volonté de vérité et que nous ne pourrons être en paix en étant dans le mensonge.

Fondons ensemble par une charte de Paix , une nouvelle justice, qui répond à nos volontés de demain d’offir à nos enfants, aux générations futures ce que nous leur devons, un héritage de vie pour leur donner l’immense bonheur de la liberté, l’immensité de concevoir leur rêve car ils sont cette magnifique espérance qui a tenu durant tous ces siècles notre Humanité éveillée, capable dans un élan de créer sa prospérité.

La vie est l’élan d’un rêve, la jeunesse est le fruit de ce rêve qui s’élance vers la vie.
Un prédateur rêve-t-il ?

Nous sommes en ce dimanche, la fête des pères.
Un père transmet l’amour, un père, c’est l’amour .

Au plus profond de notre humanité, de nos imperfections, de nos erreurs, il est un cœur et en son centre un soleil.
Il est d’espérer que ce soleil vive, soit puissant, d’une affection forte et sincère.

Tout homme peut mal agir, faire des erreurs et a ce cœur pour s’en excuser, pour réparer, pour sa victime, pour lui aussi, être humain, être en paix, par amour de la vie.

Un père, c’est ce trésor d’aimer, de protéger, cette chance d’être là, d’être cette amplitude de la vie.

Un enfant, c’est l’amour pur, libre, précieux, sacré, le plus beau. Le sens de vivre, transmettre, recevoir, comprendre que l’être humain ne donne pas, il reçoit.

Un prédateur, un manipulateur, c’est son esprit, sa volonté d’être sa perversion, son esprit d’inversion, son incapacité à recevoir les émotions humaines, de respecter son prochain et lui-même. Sa violence fait qu’il agresse, brise, détruit.
Cet homme ne sera jamais un père.
L’apparence, la manipulation mais jamais l’être, jamais l’amour, jamais la vérité, jamais le but de la vie.

Un homme qui ne respecte pas une mère, ne peut respecter un enfant.
Une mère, c’est précieux. Elle donne la vie, l’amour, la liberté. Elle transmet le bonheur de l’immensité de la liberté, la construction qui donnera à son enfant sa liberté de vivre, de concevoir ses rêves, de posséder l’espérance, la joie de vivre, ce Yallah de sœur Emmanuelle, celui que je comprends, Allez, la vie !
La vie d’une femme, d’une mère ne peut plus être mise en danger, assassinée, sans que nous nous levions tous pour une volonté de vie, donc de la paix et de ce qui est sa source et sa réalité, celle première, la Liberté.

Fédora Hélène

Copyright Fédora Hélène pour Liberterra

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s