BOMBANCE EN REPUBLIQUE

Allez bombance ! Ouvrons le bal !


Ces temps-ci la mode n’est plus au jambon beurre, elle est au homard champagne, il ne manquait que le bord de l’eau pour un pique-nique réussi.
Il fait bon vivre à la table « de Rugy » expose Médiapart qui relate une dizaine de dîners fastueux entre octobre 2017 et juin 2018 à l’Hôtel de Lassay lorsqu’il était Président de l’Assemblée nationale.
Le journal « Le Monde » évoque des photos circulant sur les réseaux sociaux, où Madame, Séverine de Rugy, jamais élue, journaliste à Gala, pose devant une bouteille de « Mouton Rothschild 2004 » et Monsieur, François de Rugy, lui devant « une table de St Valentin ornée de pétales de rose » .
Mais dit-il à la presse, presque choqué par ces révélations -qu’il dit être annoncées par « une présentation tendancieuse »- « il s’agit plus [pour lui, ndlr] de dîners de travail informels ».
Donc puisque Monsieur travaillait, les Français devraient être fiers d’avoir contribué au rayonnement homardesque permettant de valoriser le bonheur de la France et d’avoir pour répresentants, Madame de Rugy et son cercle amical, qui se voit aujourd’hui critiquée à la Une, alors que des journalistes étaient du banquet.
Tout va bien dans le meilleur monde, aucun des invités ne s’est levé de table, offusqué -la liste des invités sera t-elle d’ailleurs rendue publique ? Quand bien même cela le fut durant des décennies de repas pour ,paraît-il, servir la République. Et dans les mêmes lieux, sous Mermaz, Emmanuelli, Fabius, Bartolone, par exemple non exhaustif…
Les avisés penseront aux vieilles lunes de l’affaire Botton…
Dans une entreprise privée ou une collectivité publique, même un café doit être justifié et le citoyen se voit très vite accusé, si tel n’est pas le cas, d’abus de bien social ou d’abus de confiance (pour une collectivité) car contraire à l’objet. Et, le payeur public quand il va valider le paiement sans avoir de mandat pour le faire, peut être déclaré comptable de fait.

Mais là, pour le ministre d’Etat, ministre de la transition écologique, qui aurait la confiance de l’exécutif nous apprend le journal le Monde,  » aucune règle n’a été enfreinte ».
Quand le vin est tiré, il faut le boire !

Ce que le grand écologiste de Rugy s’est visiblement empressé de faire en commençant par limoger sa Directrice de Cabinet .
Lui qui se targuait de longs discours contre Emmanuel Macron, dont il critiquait l’absence de politique écologique, et c’est peut-être dans un souci de sacrifice qu’il est devenu Ministre de l’écologie du gouvernement de Macron, et qu’il prit pour Directrice de Cabinet, la préfète de Nantes, Nicole Klein, qui a procédé à « l’opération d’évacuation », comme poliment dit, de Notre Dame des Landes.
Le champs des oiseaux y avait été alors remplacé par celui des drones survolant la Zad, par des lancements de grenades lacrymogènes GLI F4 libérant du gaz et émettant des désagrements sonores.
Un jeune homme de 21 ans avait eu ,lors d’une intervention des Forces de l’Ordre, la main arrachée suite aux lancements de ces grenades.
La Zad qui signait sa présence renaissante en 2019 en organisant un festival « ZADenVIES » début juillet.

Et, étonnement, en ce mois de juillet, comme un symbole, Nicole Klein vient d’être délogée de son poste de Directrice par de Rugy lui-même, en conséquence d’un logement HLM qui lui avait été attribué et dont elle bénéficierait toujours sans l’occuper.
Un écho ne semble pas résonner aux oreilles de Rugy et son épouse qui apparaissent aussi dans la presse pour avoir fait 63 000 euros de travaux dans leur appartement de fonction dont ils assurent que ce n’était pas du « luxe » ou caprices mais parce que le logement était vétuste.
Interrogeons-nous sur les 2 912 euros de moquette, les 35 390 euros de peinture, et autres détails de la facture permettant de rénover la « grande insalubrité » du logement, pour plaisanter un peu …
Ce qui ne manquera pas de ravir les petits locataires attendant des mois, voire des années pour la réparation d’un ascenceur, et ceux occupant des logements indécents, insalubres, loués par des marchands de sommeil, publics, para-publics ou privés.
Ce mois de juillet accuse à tour de bras des expulsions locatives laissant des familles, petits retraités, à la rue, sans rien que quelques affaires qu’ils ont pu prendre.
La promesse de loger les SDF en réponse à l’abbé Pierre qui disait « Gouverner, c’est d’abord loger son peuple » devra attendre que les dîners et prévarications du pouvoir politique et de ses invités finissent d’être en triomphe.
Quelques années passeront certainement encore avant que cela soit et que l’Assemblée prenant naissance le 17 juin 1789 le rappelle.
Si c’était pour garder le trône un roi se suffisait, il était inutile d’y asseoir des bourgeois ou devenus tels par mandats électifs.
A quand, pour eux, le délit de non-appauvrissement ?
De Rugy peut se permettre d’être « agacé » par le fracas dans la presse que suscitent quelques repas et travaux.
Des mairies à l’Assemblée, aux ministères, les diverses décennies ont traversé ses fastes qui différencient l’élite, ou celle qui s’en arroge le titre, du peuple.
Donnez nous Pantagruel et nous serons de puissants Gargantua(s) au pouvoir !
Une idée d’un pays, où le fait de le servir n’est pas de posséder une cuillère d’argent, tel que dans cet ancien monde que dénonçait de Rugy lorsqu’il disait qu’Emmanuel Macron y appartenait.
« Faite ce que je dis mais pas ce que je fais. »
Servir l’Etat et non se servir. Vieille règle que ses prédécesseurs Edgar Faure, Philippe Séguin ou Jean-Louis Debré respectèrent et firent respecter.
Cette devise que des politiques nationaux et certains journalistes prompts donneurs de leçons oublient quand il s’agit du luxe flatteur du microcosme parisianiste où tout le monde est à table !

Sans parler de ce qui se passe dans les régions, intercoms, communes, mais là les « personnalités » étant locales, tout le monde s’en accomode quand il n’est pas de bon aloi de s’y montrer voire ,pire, être mis au ban pour l’avoir moralement refusé…

De plus, si atteinte à la réputation et à l’image de l’Etat il y a, tout au moins l’exécutif dont il participe par nomination et non élection François de Rugy, ce dernier devrait démissionner avant que d’être limogé d’office… comme sa directrice de cabinet.
Les photos très choquantes de ce couple gérant depuis 20 ans un Super U en région lyonnaise ont donné lieu à leur éviction sur le champ, alors qu’il s’agissait de faits privés payés sur leurs deniers personnels et dans des conditions, aussi écoeurantes soient-elles, légales.


Il s’agit du principe intangible d’égalité et d’équité du citoyen, quel qu’il soit, devant la Nation. Dont François de Rugy semble avoir oublié qu’il en fut l’un des représentants.

©Fédora Hélène

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s