LA FRANCE VA T-ELLE VERS UNE RÉVOLUTION DU CANNABIS ?

Olivier Véran, député LREM, annonce sur les ondes de RTL, défendre un amendement rendant possible la prescrition de cannabis thérapeutique durant une expérimentation de deux ans .
Olivier Véran est également médecin hospitalier spécialisé en neurologie.
Il ne pouvait que s’inscrire par son métier dans une réponse positive à la lettre du 24 janvier 2019 du Directeur de l’Organisation Mondiale de la Santé, le Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus qui invitait à une reconnaissance internationale du cannabis thérapeutique.

L’ OMS encourage la France à légaliser le cannabis médicinal


Olivier Véran qui dans un communiqué de presse du 9 octobre 2019 relatif à l’usage du cannabis médical, déclarait « Le cannabis thérapeutique en tant que député j’y suis favorable, en tant que médecin neurologue j’en suis convaincu ! »
L’OMS qui ne manque pas d’indiquer au gouvernement Français sa volonté de le voir rompre avec des lois prônant une prohébition totale du cannabis.
Faisant référence notamment à la loi du 31 décembre 1970 relative aux mesures sanitaires et de lutte contre la toxicomanie.
Tout utilisateur de cannabis même pour soulagner la douleur dans des maladies comme le cancer sont vus comme des « délinquants« . La france est restée bloquée dans cet esprit fermé et appairaissant aujourd’hui comme particulièrement hypocrithe.
50 ans de blocages en France qui ont empêché la recherche médicale d’avancer vers des approches alternatives qui pourtant se sont développées dans le monde.
L’OMS tient à ce que cette culture archaïque cesse et le dit  » Nous adressons un message fort au gouvernement Français afin de l’inviter à imaginer pour la future expérimentation sur le cannabis médical la mise en oeuvre de projets de production plus locaux. »

Résolution du Parlement européen sur le cannabis thérapeutique


Puis, la France répond également à la résolution sur l’utilisation du cannabis thérapeutique adoptée par le Parlement européen le 13 février 2019.
Par celle-ci, les députés européens demandent que soit une définition claire du cannabis thérapeutique et de ses usages le différenciant du cannabis récréatif .
Ils encouragent la recherche et souhaitent un financement stimulé pour la mener à bien.
Ils demandent que les médicaments à base de cannabis soient remboursés par l’assurance maladie.
Ils invitent les États membres et commissions à lutter contre les obstacles s’opposant au développement du cannabis thérapeutique.
Ces oppositions qui peuvent être administratives, financières, culturelles et qui entravent la recherche précisent les députés européens.
Ils soulignent également que les médecins doivent être libres de prescrire des médicaments alternatifs à base de cannabis.
La résolution avance les avantages de la légalisation en mentionnant l’intérêt de l’État par l’acquis qu’il ferait de recettes fiscales supplémentaires, par des créations d’emplois, par la limitation du marché noir notamment auprès des mineurs et surtout par le fait d’apporter un produit de qualité aux patients-es et d’établir un suivi médical.

Des malades soulagés

La France contrairement à d’autres pays européens est en retard pour libérer le cannabis du carcan de nos principes. Pourtant, L’OMS ne se trompe pas, son utilisation s’adresse à un panel large de maladies.
Le cannabis thérapeutique peut intervenir dans différents symptômes des troubles mentaux mais aussi dans la maladie d’ Alzheimer, dans les cas d’asthme, dans la maladie de Parkinson, pour les symptômes de l’épilepsie, dans les cas de cancer. Il agirait aussi pour réduire le diabète, traiter l’obésité, les douleurs menstruelles, l’arthrite.
Ses nombreuses vertus, l’OMS tient à ce qu’elles soient au service des malades et que la recherche puisse en améliorer nos connaissances, son usage et les possibilités de ses multiples actions sur l’organisme humain pour soigner.

Assemblée Nationale


Olivier Véran soulève l’absurbe puisqu’en France la prescription médicale de quelques traitements à base de cannabis est autorisée mais « se les procurer est interdit. » précise t-il .
Et, les patients peuvent alors avoir recours au marché noir pour obtenir du cannabis.
Sachant que la loi Française est répressive pour tous les consommateurs, pour les cultures personnelles à usage médical et sans vente, tous sont poursuivables.
Une hypocrisie farouche quand les chiffres du baromètre de la Santé publique annonçait en 2017, 5 millions de consommateurs en France dont 700 000 en consomment quotidiennnement. Sachant que le nombre de consommateurs augmentent d’année en année et que ce taux est le plus élevé d’Europe.

2020 expérimentation du cannabis thérapeutique


C’est donc en 2020 d’une expérimentation du cannabis thérapeutique sera à tâtons sur deux ans et devrait conserner environ 3 000 personnes après que l’ ANSM est donné un avis favorable à sa mise en place.

La ministre des solidarités et de la santé qui rappellait dans une réponse publiée du 12 février 2019, que l’ANSM a créé pour un an un comité scientifique spécialisé temporaire (CSST) qui a rendu des avis sur l’autorisation du cannabis thérapeutique en décembre 2018. Le CSST se réunissant de nouveau le 30 janvier 2019 et indiquant quatre réunions à venir pour définir le cadre de l’expérimentation retenant le cannabis médical comme une alternative si les médicaments prescrits ne soulagent plus. Les maladies retenues par l’étude sont pour « certaines formes d’epilepsie sévères et pharmaco résistantes, les soins de support en oncologie, les situations palliatives ainsi que la spasticité douloureuse de la sclérose en plaques.« 
Nous sommes encore loin de la demande d’ouverture de la France au canabis médical faite par l’OMS qui transmettait un « message fort » au gouvernement Français.
Pendant ce temps là, 19 pays européens autorisent déjà le cannabis médical.
Une nouvelle étape est cependant franchie en France mais la résolution adoptée par le parlement européen exprimait aussi une levée significative des obstacles administratifs et culturels pour une recherche médicale optimisée.

Le Cannabis en Europe


Au delà de l’Uruguay qui en 2013 légalise la consommation, production et distribution du cannabis, de 8 États américains et du Canada l’autorisant aussi sous ses formes récréatives le 17 octobre 2018, 29 États américains en ont perms l’usage médical.
En Europe, l’Autriche en libère la consommation dès 1971 au contraire de la France qui venait de bloquer totalement le cannabis.
Autorise le cannabis thérapeutique : 19 pays européens dont

  • Royaume-Uni 1er novembre 2018
  • Allemagne Janvier 2017
  • Danemark 2017
    autorise le cannabis médical et sa production. Première en Europe une société danoise de cannabis StenoCare qui produit et cultive du cannabis médical et exporte entrait en bourse. Stenocare élu meilleur IPO en 2018
  • Croatie 2015
  • Grèce juillet 2017
  • Italie 2007
  • Pologne 2017
  • Pays-Bas 2002

Et l’histoire ?

Les vertues médicinales du cannabis sont connues depuis l’Antiquité. Il était utilisé aussi bien dans la médecine chinoise, en Inde ainsi que chez les Egyptiens.
Il sera ensuite utilisé par les Grecs et les Romains.
Au Moyen Âge, l’emploi du cannabis médicinal est lors des épidémies comme le choléra mais aussi utilisé pour soigner l’asthme, les migraines, les rhumatismes et autres maladies. Au XIX ème siècle les recherches découvrent au cannabis de plus amples vertues médicinales et le cannabis va devenir petit à petit à exclure avec l’avènement dans les années 1950 de l’industrie pharmaceutique.

Vers une Révolution du cannabis ?
Lente dans encore beaucoup de pays dont la France mais il est à penser qu’étape par étape, le cannabis sera par la recherche un soutien important dans le traitement de nombreuses maladies et pouvant considérablement soulagner les malades. Les secrets médicinales du cannabis, la richesse de ses propriétés ne va pas manquer à l’avenir de nous étonner. La nature intelligente a mis en cette plante des ressources au delà de nous soigner puisque un hectare de cannabis absorbe autant de CO2 qu’un hectare de forêt.

©Fédora hélène

2 réflexions sur “LA FRANCE VA T-ELLE VERS UNE RÉVOLUTION DU CANNABIS ?

  1. Il ne faut pas attendre après l’Etat, qui par la légalisation, à laquelle ils seront forcés de venir un jour ou l’autre, rendra le cannabis hors de prix. Ils en feront un produit réservé aux riches, et aux malades(s’ils sont remboursés par la sécu). Il faut en revanche militer pour le droit légitime à l’autoproduction dans le cadre privé. Ce que nous faisons pousser, et ce que nous fumons chez nous dans un cadre privé ne regarde pas l’Etat. Autoriser la production personnelle, et l’usage privé à domicile serait la meilleure solution pour mettre un terme aux trafics. Enfin, le jour où je serais malade, et à quelques encablures de la mort, je me passerais de l’autorisation de ces gens là. Petit rappel, l’alcool(drogue dure, et addictive)49’000 morts par an en France, le tabac fait quant à lui entre 73 et 78’000 morts chaque année en France(suivant les statistiques), les décès directement lié à la consommation de cannabis sont proche de 0, bien qu’il existe des exemples de personnes qui soient morte accidentellement après en avoir consommer. Il y a eu une brève étude sur les liens de causes à effet sur 15 personnes consommatrices décédées, seules 2 personnes sur les 15 auraient peut-être succombées à une intoxication au cannabis. Bref, la loi de 197

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s