LiberTerra : PO AIME EN LIBERTÉ – UNE VOIX

Je suis une voix dans la douleur
Celle qui parle aux étoiles
Je suis une voix du coeur qui sourit à la nuit
Je suis une voix qui porte l’écho des souffrances
Une voix qui quitte les chemins de pierre
Une voix qui mène à un jardin
Celle qui pousse la fenêtre
Celle d’un matin
Celle qui laisse entrer le chant de l’oiseau
Quand tout dort encore
Je suis une voix qui annoce la liberté
Je suis une voix qui connait le chagrin
Console de la pauvreté
Je suis une voix qui est la larme des espoirs
Je suis la voix de l’amour
Celle qui berce l’enfant
Celle qui serre dans ses bras la vie
Je suis la voix patiente qui a combattu la peur
Je suis une voix si petite, petite dans ce monde
Je n’en connais qu’un ruisseau
Mais de l’humain, j’ai vu le chaos
je sais ce qu’est notre humanité sans l’amour
J’ai vu la violence, je l’ai vu frapper
Je sais ce qu’est notre humanité sans l’amour
J’ai vu la haine, je l’ai vu tuer
Et, du ruisseau de la Terre
Il me suffit de fermer les yeux
Et d’imaginer l’immensité
Ce monde a besoin d’amour et de liberté
Ce monde a besion de casser les murs
De briser les cités de pierre
De laisser l’eau s’écouler
De réparer les blessures
Faites aux mères en mers de vie
De sauver les océans
Avant de guérir la Terre
De la guerre des hommes
Ce monde a besoin
Que les hommes abandonnent leurs armes
Qui sera le premier à cesser le pas de son armée ?
La vie est peu
Quand des hommes deviennent des soldats
À qui on apprend à tuer.
Leur vie volée à former des bataillons
Ce monde n’est pas un combat, il est une alliance
Nous avons encore tant à apprendre
Apprendre à aimer
À ouvrir les frontières
Rendre à la Terre son unité
Nous avons tant à apprendre
Apprendre à être fraternel plus que tout
Il faudra réparer nos erreurs
Nous séparer de l’argent
Il faudra imaginer une nouvelle civilisation
Pour que vive notre humanité
Trop de souffrances, de maltraitances
Le monde quitte notre humanité
C’est cela qui nous rappelle notre naissance
Notre innocence
Il faudra abandonner les guerres, les richesses
Ne cueillir que le nécessaire
Qui sera le premier qui abandonnera ses richesses ?
La vie est peu
Quand les hommes se battent pour de l’argent
Quand l’esclavage met les chaînes
Aux hommes sacrifiés à la pauvreté
Mes yeux se ferment un instant
Pour pleurer en silence
Un homme dort à terre
Devant une église fermée
Ouvrons les portes fermées
Soyons les clés des palais
Ouvrons le pouvoir
Ne rentrons pas avant que l’oiseau
Est de nouveau chanté
Dans ce ciel qu’ils quittent tous
Où leurs ailes ne volent plus
Je sais que le peuple peut tout
Quand en paix il sait aimer
Je suis une voix en pauvreté
Dévétue sans nulle richesse sans arme
Je sais qu’une étoile peut se lever
Unissons-nous à l’espérance
Imaginer la liberté
Imaginer un rayon de lumière
Imaginer une autre civilisation
Pour sauver notre humanité
S’endormir sans se réveiller
Dans un pays où des enfants sont martyrisés
Et les prédateurs rois
Ne plus écouter les procureurs
Les présidents, les juges
Et demain voir une autre voix
Fendre les ténèbres
D’une société qui viole
Qui maltraite, vole la vie
Je suis une voix si petite, petite dans ce monde
Il me faut imaginer l’immensité
Voir les milliards d’étoiles
Être une anonyme
Une vie sur cette Terre
Être une vie, une liberté pour rester en vie
Je suis une voix dans la douceur
Des terres lointaines
Où seule la nature
Respire en paix
À l’unisson parfait
« Aimez-vous les uns les autres »

©Fédora Hélène

Étoiles

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s