SOS – CHU CAEN – LA VIE CHEVILLÉE AU CORPS

L’ hôpital de Caen affichait sur sa façade un SOS dans la nuit du 29 novembre (voir article LiberTerra : SOS – LE CHU DE CAEN LANCE UN SOS DANS LA NUIT) pour alerter sur la souffrance que subit l’hôpital, ses soignants, les patients et leurs familles, chacun de nous puisque la santé, la bientraitance pour la vie nous regarde tous. Nous regarde comme ce SOS lancé dans la nuit.


Dans l’après-midi du 19 décembre pour poursuivre la lutte et être dans la continuité de la mobilisation du 17 décembre, les soignants du CHU de Caen se rassemblaient devant la préfecture de Caen.
Devant cette institution de la République qui se doit de protéger la population en cas d’urgence, de catastrophe.
Alors, le rassemblement ne pouvait qu’être à sa juste place en ouvrant sous les fenêtres de la préfecture une banderole « SOS – SANTÉ EN DANGER« 
Et, le danger à l’hôpital cela signifie la mort.
Dans nos sociétés de confort nous avons oublié la conscience de la vie, ce précieux.

La mort c’est l’injustice quand la maladie ou un accident se saisissent d’une vie.
Dans notre histoire, où la médecine était à ses premières recherches, la société avait conscience de devoir affronter cette injustice de la mort et sauver est devenu le verbe noble.
Dans nos efforts de mémoire, en cette terre normande où en juin nous fétions l’anniversaire des 75 ans du D Day, nous avons pu entendre les témoignages des vétérans.
Leurs yeux qui se rappelaient et vivaient cet hier qui se faisait présent en cet instant de la mémoire.
Leurs larmes 75 ans après, au souvenir de ces jeunes aux visages d’enfant qui tombaient sous les feux de haines, tués, blessés par les violences de la guerre.
Alors, ils étaient des médecins, des infirmiers et infirmières, des soignants, tous avec leur force, leur volonté pour sauver des vies. La vie de civils sous les bombes, les blessés-es.
Le souvenir encore et le Front en 1914, la médecine, les hôpitaux de fortune, les Curies amenant la radiologie au Front .


Il est notre mémoire, notre devoir de ne pas oublier ceux qui ont construit les progrès de la médecine dont nous bénéficions tous aujourd’hui.
Ces hommes et ces femmes d’hier confrontés à la mort savaient ce qui signifiait la volonté de vivre, se battre pour elle, lutter pour dominer la souffrance.
Dominer la souffrance est la véritable signification de ce verbe.
Les manipulations l’ont transphormé en puissance politique et économique blessant l’humain et notre Terre dans cette alliance parfaite dont nous ne pouvons pas nous dissocier.
Sous les fenêtres de la préfecture  » SOS DANGER » signifie la vie est en danger .


L’État ne devrait-il pas ce remettre au coeur du sens et être à se dominer la douleur, la peine, la mort quand nous pouvons sauver une vie même si nos impossibilités sont à ne pouvoir tout sauver, mais nous avons la possibilité de protéger.
L’hôpital est ce but, ce précieux et l’argent n’y a pas sa place.
Par contre les soignants auront toujours leur place au coeur de nos sociétes et ne pas les entendre est revenir à la souffrance .


Agnès Buzyn peut-elle l’ignorer, elle qui fermait sa porte à des médecins urgentistes venus à son ministère pour la rencontrer.
Agnès Buzyn qui n’a pas répondu positivement à la délégation du Collectif Inter-Hopitaux qu’elle a reçu le 17 décembre pendant plus d’une heure.
Le Collectif Inter Hopitaux nous informe qu’ « aucun correctif budgétaire n’est envisagé, car la ministre considère l’évolution des charges citée par la cour des comptes comme « un mythe » « . La délégation du CIH indique également que Agnès Buzyn ne peut pas nier toutes les difficutés et en reconnaît certaines.
L’entretien n’ayant pas porté les fruits attendus, le CIH assure qu’il ne manquera pas « de viser plus haut » et confirme que la mobilisation se poursuit.
Il est aussi d’écouter les témoignages de médecins nous disant que la ministre entendait un raisonnement technocratique et non celui des personnels hospitaliers même si maintenant, elle met le mot « compassion » dans son langage à l’Assemblée nationale.
Il est l’incompréhensible quand nous savons que Agnès Buzyn est médecin.


Il est là l’instable, il n’est plus de l’attendre.
Et, son sens signifie en physique, le chaos. Les scientifiques en mesurent le bouleversement et la gravité. Les médecins, les soignants le vivent.
Dans leur vertueux combat, les personnels hospitaliers ont fait plusieurs vidéos pour alerter sur la détresse que vit l’hôpital , qui ne peut plus accueillir les patients avec respect et dignité, puisque mis en détresse par ceux qui ont conçu la domination de l’argent. Il rappelle que l’hôpital est en premier au service de ceux qui sont à un instant de leur vie dans un état de fragilité, de vulnérabilité.
Des patients en grande urgence ou ceux qui devront attendre cinq heures dans une salle d’attente ou sur un brancard dans un couloir, dans la douleur et se sentant les oubliés, vivant une humiliation, une peur pour leur état de santé, sont à devoir se plier aux décissions politiques car l’argent est rentré dans l’hôpital.


Pour alerter sur cet intolérable, les médecins et personnels soignants ont de nouveau su rassembler leur énergie. Pour ce faire, les hopitaux normands Caen – le Havre – Rouen ont réalisé une vidéo où ils présentent la réalité de l’hôpital , sauver des vies.
Et par cette vidéo, ils démontrent ce qui adviendrait si sa vocation s’éteignait, si ce SOS – un phare dans la nuit disparaissait, si les hospitaliers ne luttaient plus , il serait alors non plus un « si » mais une certitude : la mise en danger de la vie des patients et des soignants .
Les suicides de jeunes internes, de médecins, d’infirmières, de soignants désespérés, épuisés, en grande souffrance, eux qui nous ont quitté dans la douleur , nous ne pouvons pas les oublier et comptons pour que le SOS qui illuminait le CHU de Caen soit une étoile en leur mémoire, une étoile volontaire pour que la lutte triomphe.


La mort, les soignants l’affrontent . Sa douleur, les familles en deuil, ils le vivent et n’oublient pas.
L’humain au coeur est leur métier.
Un SOS, une bouteille à la mer sur ces côtes normandes lancée vers l’océan, ce nous tous ensemble pour éveiller la conscience de ceux qui ont oublié qu’ils en avaient une.

© Fédora Hélène
Copyright ©LiberTerra 2019, Tous droits réservés.

ACTION HÔPITAL MORT

vidéo : Les hôpitaux normands alertent

Rassemblement 19 décembre
Rassemblement du 19 décembre CGT-CHU Caen
Action hôpital mort dans le hall du FEH ( Hôpital Femme-Enfant-Hématologie
Action hôpital mort , 17 décembre

SOS tous solidaires , imagine ton SOS !

SOS HÔPITAL EN DANGER TOUS SOLIDAIRES
Rassemblement du 19 décembre LiberTerra solidaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s