LiberTerra – PO AIME EN LIBERTÉ – j’écris à un prédateur

J’écris à un prédateur

J’ai écrit à un prédateur
Pour lui faire honneur
C’est pas que ces temps-ci c’est à la mode
La culture du viol est un vieux code
De mettre le corps d’une femme hors humanité
Un signe de virilité d’être en criminalité

Qu’est-il quand il ne chasse pas, quand il ne viole pas
Ordinaire, hors des clous
Qui es-tu quand tu n’agresses pas, ne manipules pas
Personne, bourgeois en loup
Je vais répondre aux pourquoi qui font mal, même s’ils n’existent pas
Violer n’est pas une raison, c’est une agression
Même si on dit à la victime qu’elle n’avait qu’à faire attention
Même si le crime se fait de lames en larmes qui effondrent en silence

Je sors de ma tombe vivante puisque je suis en survivance
Les plaies se font invisibles plus qu’un coup de couteau
Même s’ils en tiennent un de leurs mains sur ma peau
J’entre en résilience, un mot pour vivre en douleur
Même si la force a dépassé la mort pour que renaisse mon coeur
Je me lève au bonheur d’aimer puisque je vis en espérance

Fais-toi mon frère pas mon ennemi, puisqu’il est d’en perdre aucun
Je sais bien que cela est impossible, qu’il est un rêve défunt
Que les prédateurs ne reconnaissent l’humanité du sang de leur veine
Que l’amour ne coule pas de la haine
Qu’il n’est pas d’eau au désert
Je ne me ferai pas leur semblable ni la bise légère
Pour épuiser leur sable, les enterrer dans leur misère
je suis fidèle aux combats à mains nues comme mon corps le fut

L’avenir se compte aux pages de l’innocence violée
Il dira qu’il y a eu une guerre , que les lances n’étaient pas aux romains
Mais aux barbares de nos cités évoluées
Que les révolutions sont aux Amazones luttant contre les porcins
Qu’il n’y aura eu ni pardon ni oubli ni trève accordée
Comme les chariots de feu, les premiers entraînent les seconds
Les agresseurs ne seront plus les héros ni leurs coups de bâton

J’ai écrit à un prédateur
Pour lui faire honneur
C’est pas que ces temps-ci c’est à la mode
La culture du viol est un vieux code
De mettre le corps d’une femme hors humanité
Un signe de virilité d’être en criminalité

© Fédora Hélène

Copyright © Fédora hélène

Cpyright © LiberTerra 2020, Tous droits réservés

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s