Casterner suspend la grenade GLI F4

Christophe Casterner suspend immédiatement l’utilisation des grenades GLI F4 dans le cadre des opérations de maintien de l’ordre.


Cette décision officielle est annoncée cette après midi du dimanche 26 juin, lors des Concours de plaidoiries pour les droits de l’homme au Mémorial de Caen.

Christophe Castaner, présent samedi 25 juin au Mémorial de Caen, a ainsi répondu à la magnifique plaidoirie de Fabien Bourdon, École des avocats de Poitiers, lors du concours de plaidoiries des élèves avocats réunissant 11 élèves avocats concourant. 

Fabien Bourdon, originaire de Saint-Nazaire, territoire de mouvements sociaux, a choisi de plaider contre  « Cette arme qui déshonore la République » les grenades GLI F4.
Une arme classée  « arme de guerre  » et dont la dangerosité est caractérisée dans différents rapports sur les armes utilisées lors d’opérations de maintien de l’ordre, comme le Flasb-Ball ou le LBD, rapports du Conseil de l’Europe, du Défenseur des droits qui dénoncent les blessures graves et souvent mutilitantes qu’elles provoquent.

La Grenade GLI F4 qui handicapait à 75 %, comme le rappelle Fabien Bourdon, en 2009, dix ans avant le mouvement des Gilets Jaunes, avant Notre Dame des Landes, un manifestant touché par une grenade GLI F4.
Cette arme qui mutile et c’est un jeune Gilet jaune, Gabriel, qui le 24 novembre 2019, aura la main arrachée par une grenade GLI F4. 

Fabien Bourdon s’est attaché lors de sa plaidoirie à défendre l’humain, à défendre la dignité, à porter la terrible souffrance que Gabriel vit depuis  que cette arme a détruit sa vie, a mutilé son corps. 

Le respect fondamental du corps humain, l’injustice subie, la démocratie blessée, saccagée quand la violence politique se fait violence contre l’humain. 


Il est d’interdire aujourd’hui la Grenade GLI F4 et de ne pas interdire le LBD qui mutile, crève les yeux ? 
C’est demander à une mère de sacrifier un de ses enfants. 
L’injustice divise, condamne, renie. La justice, elle, ne peut-être qu’universelle pour vivre sa réalité. Sa réalité sera quand plus un seul manifestant-e sera grièvement blessé-e, mutilé-e lors de manifestations, quand toutes les personnes dont la vie a été gravement impactée par cette blessure de l’injustice entravant le droit à manifester ne sera plus, elle, une réalité. 


© Fédora Hélène

À lire : LBD, l’arme de la honte https://liberterrajournal.com/2020/01/19/violences-politiques-et-policieres-quand-la-cruaute-construit-un-systeme-flash-ball-et-lbd-les-armes-de-la-honte/

Copyright © LiberTerra 2020, Tous droits réservés

© LiberTerra photo 2020
© LiberTerra photo 2020

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s