Pour un 21 ème siècle en paix

Un partage, un moment qui fut fort lors de la plaidoirie pour lutter contre l’excision de Maître Déborah Dallio. 

Et, il est de lutter contre toutes les violences faites aux femmes et aux enfants. Au 21 ème siècle, la cruauté d’un homme à toujours le droit de blesser une vie. En France, au 21 ème siècle, un homme peut concevoir de briser la vie d’une femme et d’un enfant.

Le silence, l’indifférence, il ne faut pas déranger. Être au cœur de la lutte par la connaissance de la souffrance pour connaître la valeur des mots de paix, de liberté, du droit de vivre sans peur d’être maltraité quand on est une femme ou un enfant. Sans peur d’être brisé par la violence d’un homme. Un 21 ème siècle qui se doit d’anéantir la culture patriarcale pour  pouvoir bannir les violences faites aux femmes et aux enfants. Pour pouvoir bannir la barbarie de l’excision.
Une change extraordinaire, le combat de millions de femmes à travers le monde. Saisir cette chance d’élever les voix des victimes car se sont les témoignages qui font le droit, les Conventions internationales, la prise de conscience, la valeur de vie que défendent toutes les victimes. Des témoignages forts de vérité, des témoignages dépassant la peur, les traumatismes provoqués par les violences subies. Dire, écrire, agir, tous selon nos moyens, selon nos chagrins.

Saisir une chance, aujourd’hui, pour la liberté et l’ universalité de notre humanité. Vivre réconcilié et par le fait qu’un homme ne se fera pas l’ennemi d’une femme mais son frère. Celui qui la respecte, qui l’aime, qui avance main dans la main avec elle et en égalité.
Une petite fille ne doit plus jamais subir la violence de la culture patriarcale. Les mutilations, les mariages précoces, l’interdiction d’étudier, de se déplacer, le devoir d’obéir à un homme, tout cela doit être anéanti.


Ce devoir d’obéir à un homme est toujours dans nos sociétés et en France.
Devoir ne rien dire, s’éteindre, accepter la violence d’un homme , ses agressions, ses manipulations, sa domination qu’il excerce par sa peur farouche de la vie et qu’il est incapable de dépasser. Dominer une femme, contrôler sa vie, lui confère une puissance sur ses peurs face à la vie, face à la femme, sa sexualité, son droit au plaisir, ses droits de vivre en paix, sérénité et sécurité.

Elle porte la force de vivre et malgré toutes les humiliations, injustices graves qu’elle subit, elle est debout et lutte. Des femmes dans la pauvreté qui élèvent seules leurs enfants, leur donnant avec force et abnégation, tout leur amour pendant que ceux censés être père les agressent, les abandonnent et vivent sans conscience dans l’oisiveté.
La société ne leur reprochera rien mais si une faille est dans la vie d’une femme, tous la jugeront et même dans sa douleur, dans son chagrin, elle est jugée par les mêmes qui dressent l’ indifférence.

Face à eux est toujours la force d’aimer et se seront des hommes qui eux seront à leur humanité qui aideront les femmes.
Contre les viols qui sont des crimes et une arme redoutable contre les femmes, une arme de guerre, le Prix Nobel de la paix, le Dr Denis Mukwege, surnommé  « l’homme qui répare les femmes », œuvre chaque jour pour donner à ces femmes le droit à la reconnaissance, à la résilience, à la réparation. Il dénonce l’impunité des hommes ayant commis cet acte barbare. À travers le monde, violer une femme, tenter de la violer, l’agresser sexuellement est considéré avec négligence. Les témoignages des victimes sont minimisés ou pas entendus. Et, souvent les femmes témoignent sans recevoir de respect et droit à la justice.
Cette même année, en 2018, Nadia Murad recevait également le Prix Nobel de la paix. Elle témoigne avec courage de toute sa souffrance et de celles de 3 000 victimes Yézédies. Témoigner c’est vivre une souffrance intense de livrer sa vie qui a été brisée par la violence, dans l’espérance que la justice sera, que la cruauté prendra fin pour l’ensemble des femmes et des enfants.

Des femmes sont victimes d’agressions tout au long de leur vie. Cette violence impacte gravement leur développement et ne respecte rien de notre société, de tous ceux luttant pour que ce système patriarcal ne soit plus. Les Conventions de L’ONU et de l’Europe demandent que soit pour la prochaine décennie, 2030, l’anéantissement des violences faites aux femmes et aux enfants.

C’est tous ensemble que nous pourrons vivre ce 21 ème siècle loin de la barbarie. N’acceptons plus jamais que la vie d’ une femme, d’un enfant  soit blessée par la violence d’un homme.
L’excision, le viol, les violences sexuelles et sexistes sont des crimes d’homme.
Pour que cette violence ne soit plus, faisons tous, aujourd’hui, notre demain de paix et de liberté.

© Fédora Hélène

Copyright © LiberTerra 2020, Tous droits réservés

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s