Vanille, âgée d’un an, est décédée ce dimanche 9 février

Grande tristesse en ce dimanche, la petite Vanille, âgée de 1 an, qui était activement recherchée, une alerte enlèvement avait été lancée, a été retrouvée morte dans une benne à vêtements à 17 h 30 à Angers (Maine-et-loire), a annocé le procurreur de la République d’Angers, Eric Bouillard. Sa mère, retrouvée à Nantes, a avoué le meurtre de sa fille. Celle-ci l’aurait étouffée dès vendredi, premier jour où elle en avait la garde. Le conteneur se trouvait près du domicile de la mère.
La petite Vanille était placée dans une famille d’accueil depuis sa naissance. Sa mère s’ouvre de problèmes psychiatriques. Elle n’a pas pu expliquer son geste lors de sa garde à vue.

S’engager contre une société de violences qui génère de grandes souffrances, des drames incommensurables, ce n’est pas vain.

Nous avons véritablement besoin de fonder une société profondément différente et donnant enfin tout son sens, sa valeur, à la vie.

L’anéantissement de toutes les violences faites aux enfants ne doit pas être à l’esprit une utopie mais une volonté forte. Mieux comprendre, écouter, soutenir, donner de véritables moyens pour la santé physique et mentale des personnes, est une nécessité absolue.

Soutenir une victime, c’est sauver une vie

Cela a un but celui de la vie.

Les services sociaux, la justice sont à repenser, à fonder par une raisonnance forte d’humanité.

Si nous entendions les ondes de la Terre, comme la NASA écoute celles de l’univers, nous prendrions conscience de sa souffrance.

Ne dites pas « ça toujours été » quand un tel drame survient et nous blesse  tous.
Dites « ça ne sera plus jamais ».

La vie n’est pas un chaos, c’est notre société qui l’est et elle transmet ce qu’elle conçoit.

Si nous concevons une civilisation d’équilibre qui développe l’entraide, la solidarité, le cœur, le respect de toute vie, nous partagerons une bien autre dimension que celle du néant.

Une lourde tâche, un  fondement nouveau pour notre humanité nous attend. Le 21 ème siècle n’est pas celui du choix ni de la domination de l’homme, il est celui de la vie.

On a toujours le choix ?

Le néant est rien. Il ne peut pas être un choix car la dimension du vide n’existe pas. Elle n’est pas une dimension accessible sur Terre. La Terre porte la vie, il y a pas d’autres choix qui s’offrent à l’homme. Son contraire est son autodestruction.

© Fédora Hélène

© Copyright © LiberTerra 2020, Tous droits réservés

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s