Chloroquine – Le traitement contre le coronavirus affirme Didier Raoult

Chloroquine – Le traitement contre le coronavirus selon Didier Raoult

Didier Raoult l’affirme, la chlroquine peut sauver des vies et juge « immoral » que ce médicament ne soit pas donné aux patients contaminés par le coronavirus.

Olivier Véran , ministre de la Santé, ouvre les essais cliniques pour le traitement à la chloroquine dès ce mardi, ce à quoi répond Didier Raoult au Parisien, qu’il se « fiche » de cet essai clinique alors que pourrait être l’application de ce médicament à grande échelle. Et, déclare « J’estime ne pas avoir le droit en tant que médecin de ne pas utiliser le seul traitement qui ait aujourd’hui fait ses preuves. »

Le Maroc a d’ailleurs acheté les stocks de chloroquine à Sanofi.

Qui est Didier Raoult ?

Didier Raoult est infectiologue et professeur de microbiologie. Il est considéré comme un des plus grands experts mondial des maladies infectieuses. Il crée en 1983 son propre laboratoire « L’Unité des Rickettsies » spécialisé dans la culture des bactéries intracellulaires. Actuellement, 400 personnes y travaillent.

En 2008, le Professeur Raoult obtient le « Prix Sackler lecturer ». De plus, Didier Raoult est classé parmi les dix premiers chercheurs français par la revue Nature et compte à son actif plus de 2 000 publications et ses travaux sont régulièrement cités. En 2013, le chercheur, Didier Raoult, signait 185 publications.

Il est également dans la liste des « Highly Cited Researchers » de Clarivate Analytics qui enregistre les chercheurs les plus influents et qui font partie des 1 % les plus consultés dans les revues académiques. Didier Raoult apparaît également comme l’un des 400 auteurs les plus cités en biomédical. En 2017, selon Kathleen Gransalke pour Labtimes, le chercheur Didider Raoult apparaît au sommet du classement européen avec 18 128 citations. Puis, ses articles figurent dans les revues les plus visibles selon l’indice N&S du classement de Sanghaï.

Coronavirus – Un essai clinique en quatre traitements se déploie en Europe

Environ 800 patients français sur 3 200 feront partie de cet essai baptisé Discovery., annonce Olivier Véran, ministre de la Santé.

Les quatre traitements sont : le remdesivir, le lopinavir en combinaison avec le ritonavir, ce traitement étant associé ou non à l’infection bêta, et l’hyroxychloroquine, selon l’Inserm.

L’Inserm déclare « Il est prévu d’inclure 3 200 patients européens incluant la Belgique, les Pays-Bas, le Luxembourg, le Royaume-Uni, l’Allemagne et l’Espagne et peut être d’autres pays dont au moins 800 en France, hospitalisés pour une infection Covid-19 dans un service de médecine ou directement en réanimation. »

Le directeur de la Santé, le pr Salomon, déclare « Un essai, ce sont des malades que l’on traite en milieu hospitalier sous stricte surveillance, et qui ont accès à ces molécules pour en tester l’efficacité sur le virus et sur leur évolution clinique. » et il ajoute, « C’est très important de le faire rapidement et dans ces conditions. »

Pourquoi la chloroquine n’est-il pas le traitement des patients à grande échelle en suivant les recommandations de Didier Raoult ?

Les voix politiques se font entendre et sur France Inter, Bruno Retailleau, LR, pose cette question « la chloroquine, pourquoi ne l’utilise-t-on pas ? Elle a un avantage, elle n’est pas chère. Est-ce que c’est parce que les grands labos aimeraient se faire de l’argent sur le dos de nos concitoyens ? »

Christian Estrosi infecté par le virus, comme l’est Valérie Boyer (LR) défendent le traitement par chloroquine et veulent faire confiance à Didier Raoult.

Tous ceux qui défendaient le capitalisme, le pouvoir des lobbies, de l’argent, des airchaïques « règles standards, académiques, de la recherche de risques » comme le dit Bruno Retailleau, qui ajoute « Peut-être faut-il simplement le prescrire en milieu hospitalier. (…) De toute façon qu’est-ce qu’on risque ? Les gens meurent. », prennent conscience de la seule valeur véritable, la vie.

Marseille – La population réclame un dépistage massif

Actuellement, à Marseille, la population se presse à l’hôpital et demande à être dépistée pour le coronavirus, pour pouvoir bénéficier du traitement à la chloroquine . Les dépistages sont depuis plusieurs jours réservés aux malades, aux personnes à risque (ce qui n’est pas toujours le cas) , les femmes enceintes et les soignants. Cependant, il apparaît que les personnes se font dépister à Marseille, où se trouve le professeur Raoult, ce qui poserait dans ce cas, un problème d’égalité pour toute la population sur le territoire français. les moyens doit être pour toute la population . Actuellement, le gouvernement prouve la catastrophe de sa politique économique de rentabilité et de compétitivité. De plus, actuellement, le traitement ne peut être administré qu’en milieu hospitalier et sous surveillance médicale dans le cadre des essais cliniques élargis en Europe et qui devraient être déployés en France mardi 24 mars. La question est de savoir si le traitement va être disponible pour tous les malades sur le territoire français.

Chloroquine – Le bémol émis par le Professeur Alexandre Bleibtreu, infectiologue à l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière à Paris

Le professeur Bleibtreu déclare sur RTL «  le travail du professeur Raoult est très bien fait dans l’urgence, mais il ne répond pas à la question du nombre de vies sauvées par traitement. » Un traitement administré à une vingtaine de patients et qui obtient des résultats « assez prometteurs » selon lui. Mais, il estime que «  les premières déclarations de M. Raoult sur la chloroquine étaient basés sur un article chinois quasi-vide en terme de résultats des chinois et sans données vérifiées ». Puis il explique « Ce que j’ai dit à l’époque, c’est qu’il fallait attendre. Les retours qu’on a eu de nos collègues marseillais, c’est que la chloroquine permettait de négativer des prélèvements » ce qui signifie «  quand on donne ce médicament on négative plus rapidement, qu’au bout d’un moment les patients positifs deviennent négatifs et c’est encourageant. » Puis, il précise que l’article « se focalise uniquement sur la négativité des prélèvements mais être négatif ne veut pas dire qu’on est guéri. »

Selon le professeur Alexandre Bleibtreu « être négatif et être guéri, ce n’est pas tout a fait la même chose. » Il explique qu’il y a des « patients qui décèdent et qui sont négatifs pour le virus. » La complexité du virus fait que désormais « On ne teste pas, on utilise Plaquenil à titre compassionnel, car on pense que le bénéfice/risque est suffisamment intéressant pour les malades. » le médecin veut être prudent et ajoute « l’hydroxychloroquine n’a pas fait sa preuve de survie, la guérison clinique. »

le médecin explique ensuite « On a commencé vendredi, il faut se laisser au moins 7 jours car pour ce virus, il y a une ligne de crête au bout du 7 ème jour. », « Pour l’instant, je suis dans l’incapacité scientifique de vous dire si ça marche ou si ça marche pas. » Pour ce professeur, « Aucun traitement n’est miraculeux, il y a des gens qui répondent, des gens qui ne répondent pas. »

Une attente longue et il faudrait de nombreux patients testés. Le Professeur Bleibtreu assure que le suivi des malades s’arrête au 6 ème jour de traitement et ne peut donc pas répondre en ce moment à la question « du nombre de vies sauvées par traitement 

Une chance terrible car par la souffrance

Changer profondement notre société et la rendre consciente de la valeur de la vie.

Les archaïques pouvoirs politiques, des recherches de PIB élévé en accélérant le bouleversement et fondant la pauvreté, la souffrance d’êtres humains, va peut-être prendre fin par la volonté de ce Nous Tous Ensemble que Emmanuel Macron reprenait sans le maîtriser, sans qu’il en soit imprégné. Il faut être imprégné de cette volonté de vivre ce Nous Tous Ensemble, la réconciliation de notre humanité avec notre Terre et effondrer le capitalisme qui détruit.

L’économie, c’est de transmettre une valeur de survie de l’un à l’autre pour permettre les générations suivantes de vivre. Ce n’est pas bâtir un empire virtuel , à la folie suicidaire de s’enrichir, de faire fortune et de créer un système Boursier, bancaire qui n’ont strictement aucune valeur, et qui n’est qu’un endoctrinement, un imaginaire nocif.

L’argent n’existe pas. La vie existe et c’est son sens plein et entier dans toute sa dimension de liberté qui doit être le fondement de notre nouvelle civilisation. Depuis, l’antiquité, nous reposons sur un mental guerrier et de marchands, cela doit cesser.

Donnons les pleins pouvoirs à la vie !

© fédora Hélène

Copyright © LiberTerra 2020, Tous droits réservés

Une réflexion sur “Chloroquine – Le traitement contre le coronavirus affirme Didier Raoult

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s