Univers parrallèle – L’incroyable découverte faite en Antarctique

Univers parrallèle – les nouvelles preuves

Le professeur de physique et d’astronomie Peter Gorham, de l’université de Hawai’i, avec une équipe de chercheurs, a découvert de nouvelles preuves d’un univers mystérieux, parallèle au nôtre et où tout serait inversé. Le temps, la gauche et la droite, le haut et le bas. Un univers étudié en Antarctique où des particules détectées avec l’antenne transitoire impulsive antartique (ANITA) ne venaient pas de l’espace mais du sol.

ANITA est à l’écoute des neutrinos au plus profond de notre monde.

Les neutrinos sont des particules fondamentales de l’univers, nées dans l’extraordinaire énergie du Big Bang.

Ils sont les témoins de la naissance de l’univers.

ANITA « survole le continent antarctique en tant que charge utile de ballon stratosphérique et recherche les signatures de neutrinos de haute énergie qui se brisent contre un atome de glace », explique le professeur Gorham.

L’antarctique est un endroit idéal pour étudier ce nouveau monde de la physique.

Ce sont 48 antennes de l’ANITA sur une gondole d’environ 7 mètres de haut pointées vers le bas pour capturer les ondes radio dans la glace de l’antarctique, qui sont des signes de réactions de neutrinos à haute énergie, souligne l’université de Hawai’i .

« L’Antarctique a plusieurs propriétés qui le rendant vraiment idéal pour ce que nous voulons faire, et la glace a une propriété incroyable en Antarctique d’être presque complétement à l’abri des ondes radio, que, si vous suvoliez l’Antarctique avec des yeux radio, vous pourriez voir à travers la glace à plusieurs milles de profondeur et voir les sous-continent ci-dessous » souligne Gorham à l’Université de Hawai’i qui soutient activement la recherche de pointe et à l’avant-garde de la science.

Il s’est également développer avec ANITA « une excellente relation avec la NASA, rapportant quelque chose comme 10 ou 12 milliards de dollars« , déclare le professeur Gorham qui considfère participer à « l’un des meilleurs efforts de l’humanité ».

ANITA, un projet de plus d’une décennie

C’est lors du vol en 2006 puis en 2014, qu’ANITA a capté une fontaine de particules de haute énergie sortant de la glace qui ressemble à une pluie de rayons cosmiques à l’envers.

« Ce que nous avons vu est quelque chose qui ressemblait à un rayon cosmique, comme on en voit en réflexion sur la calotte glaciaire, mais il n’a pas été réfléchi », explique le professeur Gorham qui ajoute « c’est comme si le rayon était sorti de la glace elle-même. C’est une chose très étrange ».

« Cela pourrait indiquer que nous voyons en fait une nouvelle classe de particules sub-atomiques qui est très pénétrante », déclare-t-il.

À votre imagination et à votre perception des langages

Des univers parrallèles qui prouveraient le pénétrable de notre univers par d’autres sans que nous puissions le vivre fondamentalement mais qui peut nous apprendre l’incertitude de ce que l’on croit être la réalité.

La politique a inventé un univers qui est notre civilisation et qui nous apparaît comme seul possible. Une hiérarchie de l’humanité, une visualisation de la liberté, du travail, de notre industrie marchande et guerrière qui est en fait dans l’archaïsme des pensées. Une reproduction sans fin de ce qui est établi et que l’on tient à tout prix maintenir pensant que tout s’annulerait sans, que cela serait l’écroulement.

Cet écroulement annoncé par Édourd Philippe et qui ne repose sur aucune réalité mais sur des performances que nous avons structurées en système depuis des siècles.

Nous sommes dans un blocage mental car fixe dans un univers alors que si nous découvrons des univers parralèles qui se confirmeront dans le futur, c’est parce que nous avons la capacité de communiquer avec eux par ce qui nous parraît incroyable, insensé et que la physique tente de démontrer par l’invisible qu’est en fait la réalité.

Le calme de la nature, sa sérénité et à côté d’elle notre société de chaos, de crises sanitaires, politiques, démocratiques, existentielles, écologiques majeures qui se dressent actuellement.

Un phénomène de peur, de désespoir, de se dire que notre vie va être fortement impactée par ce bouleversement de notre civilisation et non pas de notre société.

Il est notre univers qui ce rappelle à nous et qui nous montre la voie pour sortir de l’impasse, de l’enfermement dans notre réalité qui est contrainte et qui nous empêche d’acquérir l’immensité de nos langages.

Notre civilisation telle que nous voulons l’isoler, la sécuriser, fait que une langue disparaît tous les 15 jours. Actuellemnt, il est près de 5 000 langues parlées dans le monde. La transmition ne se fait plus et elle disparaît . Mais chaque langue correspond à un univers qui nous est accessible, qui possède une histoire, un peuple, une mémoire. Lorsque ces univers nous quittent, c’est une étoile qui s’éteint pour notre humanité.

Notre siècle annule énormement de la vie et se révèle à nous un potentiel autre univers comme pour nous faire prendre conscience du nôtre.

Si cet univers existe, il est car ce que nous percevons existe. Notre dualité, ce sentiment d’être orphelin sur Terre, d’appartenir à notre Terre et en même temps d’appartenir à ce qui nous manque, ce qui est une inconnue.

Le mystère entier car tout ce que nous savons est limité à ce que nous pouvons concevoir. Notre vie est à cet éphémère du savoir car si nous découvrons un univers jumeau , il faudra comprendre auquel on appartient dans cette inmaîtrisable notion du temps.

Notre Terre est déjà une multitude d’univers en partie accessible faisant partie de nous comme l’océan est une planète en une planète.

Nous sommes toujours à ce qui est visible et invisible, à ce qui est constitué en entier des personnes totalement différentes les unes des autres et en fraternité.

Puis face à toute cette immensité du savoir qui nous attend où nous allons apprendre de notre humanité, de notre Terre, il y a cet absurde de la violence qui entrave, des régimes politiques qui barrent la route, et nous donnent pas la possibilité à tous d’engager une nouvelle conquête, comprendre notre humanité orpheline dans l’univers, et combien la paix par notre fraternité va ouvrir les portes de ce savoir.

Il est encore tenu par la notion de l’argent, des conflits et en disonnance avec la misère qui fait rage dans notre civilisation.

Nous ne pouvons pas être à l’épanouissement de découvertes majeures et être à savoir des enfants n’ayant pas accès à l’eau potable.

Les politiques appartiennent à un univers barbare, où leur loi de persistance est d’imposer la brutalité, l’isolement, le sécuritaire qui enferment les populations et brisent cet élan de rêves, d’imaginations qui va faire l’apprentissage des sciences, des arts, de la découverte par la bienveillance de pouvoir s’améliorer.

Il n’est pas d’aller vers la chimie et la biologie qui peuvent modifier la vie, l’impacter gravement et déséquilibrer la biodiversité, il est d’aller vers une perception physique de ce que nous sommes, une énergie extraordinaire et mystérieuse que nous ne pouvons encore définir, nommer et qui n’est pas à notre connaissance. Nous pouvons uniquement au profond de nos émotions, de notre conscience ressentir son existence, sa force de vie .

©Fédora hélène

Copyright © LiberTerra 2020 , Tous droits réservés

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s