LiberTerra – Po aime en LiberT – Je voulais dire plus jamais ça




Je voulais dire plus jamais ça


Je voulais dire
Livrer plus qu'un message
Laisser frapper les mots
Sortir le beau du cœur
Te montrer le plus merveilleux
Ne jamais pâlir


Je voulais dire
Sans pleurer pas une larme
Sans inscrire le mot peine
Des douloureux drames
De ce qui brise la vie


Je voulais dire les reflets d'or
Les fils tissant l'avenir
Aux sourires sans faille
Aux élans forts qui traversent
Les routes aux épreuves
Où tu marches dans le vide
Susprendue entre la vie et la mort


Je voulais dire le plus beau
De mes souvenirs en secret
Conter les caresses des je t'aime
Celles qui couvrent le corps
De l'étendue des émotions éternelles


Je voulais dire tout ce qui donne
Sans masque ni mensonge
Sans violence sans folie
Loin si loin de ce qui assombrit


Je voulais dire pour que l'indifférence
Ne soit plus l'âme des hommes
Celle qui oublie le fragile, la tendresse
Et, terrasse le cœur mis à terre


Je voulais dire que le viol est un crime
Ne ferme plus jamais tes yeux
J'ai ma parole pour te citer le sordide
Un homme qui se fait ennemi
Qui tue une femme
Un homme qui agresse au coin de sa haine


Je voulais dire le viol est un crime
Et, il faut vivre, hisser la voile
Renaître des flammes
Être le possible du printemps
La fleur au champ éprise de liberté


Je voulais dire n'oublie pas
La mésange , l'hirondelle
Elles chantent de plus belle
Pour que pousse le bonheur
Je l'arrose de mes mots en son
Je déclare messagère en silence
Tous les airs de la survivance


Je voulais dire le viol est un crime
Ne rime jamais la souffrance avec ce qui abandonne
Le combat à chaque instant
Ne lâche pas une seconde


Ne lâche pas le combat
À chaque seconde dans ma peau animale
Je manifeste contre les malheurs
Je manifeste contre les sauvages
Je reprends ton rap
Écoute mes mots voici les tiens


« Papa pète un plomb et j'vois ça
J'sens ça en moi
Sauvage sans loi
Le cœur glacé
Le foie niqué
Brûlure dans l'oesophage
J'recommence à paniquer


J'gratte ce texte
Au-dessus d'un océan de nuages
Mes larmes montent et pleuvent sur mon visage »


Ne pleure pas ta beauté
Dessine les éclairs au-dessus des naufrages
Et porte la grande voile tes rêves, ton cœur amarré
Ne coule pas l'âme
Laisse ce sauvage au cœur glacé
Ce barbare qui fait peur aux enfants
Ce pervers jamais las de violer
Il est un navire qui chavire pour ce dément


Je voulais te dire, il est des chants doux
Qui t'emportent sur d'autres planètes
Qui imaginent d'autres univers
En prenant les graines de la Terre
Pour Fonder de nouveaux jardins


Je voulais dire qu'enchantent les soupirs les lumières des étoiles
Loin de tout, il ne rentrera plus chez nous
Papa, le bourreau sans cœur
Une pierre pour lire la vie
Écraser les rires au fond de son vide


Je voulais dire c'est fini
Les prédateurs s'anéantissent dans leur enfer
Du haut d'une tour où ils ont échoué leur humanité
Ils jouent la comédie hors vie


Je voulais dire un message
Être la nouvelle du jour
Qui traverse tous les ponts, les rivières
Pour te donner les brindilles, les fleurs, les feuilles
Construire le plus immense des nids
Pour accueillir l'amour


Je voulais dire
Livrer plus qu'un message
Laisser frapper les mots
Sortir le beau
Te montrer le plus merveilleux
Ne jamais pâlir


©Fédora Hélène


Avec les mots cités de @RouxCarnage

Copyright © LiberTerra 2020, Tous droits réservés , Tous droits réservés de reproduction de représentation

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s