S’engager pour un monde meilleur – Une action = Sauver une vie

Les actions féministes au grand jour, chaque mouvement dénonçe les violences faites aux femmes et aux enfants, dénonçe les violences sexuelles, cet obscur des prédateurs, les viols conjugaux, l’horreur des pédophiles, tous ces destructeurs déments, qui ne doivent plus jamais être à leur impunité, à valeur à détruire la vie.

Dénoncent les dysfonctionnements de la justice que subissent les victimes et dénoncés dans un rapport de la CEDH.

Un prédateur détruit l’humain et la nature

Quelque soit son environnement, un prédateur est un écho de destruction. Celui qui ne protège pas son frère, sa sœur, ne protègera pas sa Terre.

Les violeurs font le choix d’abattre la vie, de la couler dans le malheur, d’en faire un long deuil. Ils sont ce serment de guerre, de désolation que notre humanité subit depuis des siècles.

Viol, une arme de cruauté, quand un homme transforme son propre corps en un instrument de torture.

Le viol en arme de guerre partout dans le monde.

Esclaves sexuelles, mariages forcés, mariages en deuil, viols conjugaux, dans nos pays riches, la cruauté devient alors l’empreinte de notre humanité.

Féminicide en dernière lance sur une proie maintes fois blessée, agressée, injuriée, humiliée par ces hommes quittant définitivement leur propre humanité, dignité.

Une société qui accepte ce redoutable anéantissement ne peut que concevoir ce qui mène à notre perte, ce qui fera ce monde « perdu » .

Ce qui détruit ne sauve pas. La paix ne peut plus se signer à l’encre de sang si nous voulons que notre humanité perdure.

Nous ne sommes qu’à renouveler les guerres, qu’à laisser notre Terre en une continuité de drames. Famine, conflit, pollution, les éléments de vie, l’eau et l’air fortement impactés par ce désir de prédation, de domination sur tout ce qui est sens de vie.

Notre Terre ne cèdera pas et anéantira ce qui la blesse, ce qui tue son vivant.

Nous n’avons pas d’autres choix que d’aimer pour vivre. D’être à une solidarité internationale pour lutter contre toutes les violences faites aux femmes .

Ne soyons pas l’écho des prédateurs en laissant faire leurs actes criminels et suicidaires.

Ce ne sont pas les industries d’armes nucléaires qui nous protégeront et amèneront la paix. Ce n’est pas la constante accélération de leur production qui nous sauvera.

Si nous acceptons que des violeurs brisent l’existence d’un être humain, si nous acceptons la haine en loi, le sordide blessant un de nous, touchant chaque famille, car nous connaissons tous une victime donc nous connaissons tous des prédateurs, nous ne pourrons jamais lutter pour la paix.

Un bouleversement planétaire actif, un point de non retour, des événements s’enchaînent les uns aux autres. Pour résister, être en résilience, il nous faut trouver la chaîne de solidarité qui pourrait nous donner une chance. Nous devons être tous ensemble éveillés pour protéger la vie, pour secourir une victime, être un rayon de lumière qui s’unit en transparence à l’eau et nous retrouvons cette symbolique goutte d’eau qui unie aux autres forme l’océan.

Nous sommes l’infiniment petit en une immensité, la liberté.

Aujourd’hui, un rayon de lumière pour les victimes

Ce n’est pas aux victimes de porter la violence, la haine de prédateurs détruisant la vie.


C’est à eux d’avoir honte et peur de ce qu’ils ont fait de leur propre vie. 
Violer une femme enceinte, l’horreur absolue, la négation de la vie, une lâcheté atroce qui tente d’anéantir la vie par une arme de barbares, le viol. 


Un prédateur renouvelant ses actes d’une violence inouïe, recommençant sans cesse ses crimes. 
Allant de manipulations en manipulations, de violences en violences, très fier, hautain, orgueilleux, obscène, et approchant sans vergogne d’autres femmes qu’il n’hésitera pas à escroquer, agresser, manipuler. Ces prédateurs sans fin errent dans nos sociétés et veulent être à l’omerta, calculent en premier leur impunité.


Une plainte, des plaintes, porter plainte, ne plus rien laisser passer, c’est la vie qui est une victoire et jamais la haine. 
L’amour doit triompher. 


Une action  = un rayon de lumière allant vers la concrétisation de l’engagement de L’ONU –  Zéro violence faite aux femmes pour 2030


La force du témoignage prime et constitue la lutte. Sans ce courage de témoigner, L’ONU rappelle que rien n’est possible. 
Il s’agit de l’existence, de l’intime profond d’un être humain, du respect de sa dignité, de sa liberté, de sa vie qui imprègnent, éclairent le témoigne d’une victime. 


Nous devons voir l’amour qui sauve, rend vivant et combat avec cette humanité puissante, la violence d’un violeur qui lui anéantit la vie. 


L’homme ne doit plus grandir pour être un prédateur suprême, ne plus être à cet endoctrinement patriarcal. Nos institutions ne doivent plus valider la perversité de la loi sur la définition du consentement, mais se bâtir en un individu de paix, en une solidarité en notre humanité, en actes qui réconcilient .

Toutes ces femmes et tous ces hommes artisans de liberté, doivent être ceux que la volonté doit porter en actes. 


Le néant, le vide des violeurs n’est qu’à leur propre puits dont ils creusent le fond, s’y engloutissent à plaisir, ne sachant rien d’autres d’eux-mêmes que leur violence qui tue. 


L’existence n’est pas une apparence, un matériel, elle est l’être, l’être vivant sachant aimer, sachant partager, sachant grandir, s’améliorer.


Il est d’être à une civilisation où il serait inscrit   » Ne jamais rien faire de ce qui peut mettre le plus fragile en souffrance » . 


Violer une femme enceinte, un homme qui se fait l’incarnation de la cruauté  n’a jamais ressenti le bonheur de vivre, n’a jamais aimé la vie. 
Conscient et responsable, il a fait le choix d’être cet assassin. 
Le viol est un crime

Lutter contre les violences faites aux femmes, contre les violences sexuelles

Une action = Sauver une vie

https://liberterrajournal.com/2020/09/15/feminisme-aujourdhui-une-autre-lumiere-la-vie/

#Arrêtonsles 
#NePlusrienlaisserpasser #Jetecrois #Stopimpunité#Noustoutes #Stopfeminicides#feminist#Bordeaux #Collagesfeministes #femen 

© LiberTerra © Fédora Hélène

C’est au violeur d’avoir honte, d’avoir peur des atrocités qu’il a commises

Copyright © LiberTerra 2020 Tous droits réservés

@LiberTerra

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s