Prédateurs couronnés en roi

Il n’y a aucun droit à la résilience, qui est un droit fondamental universel. 


Il n’y a aucune reconnaissance pour les victimes par ce système qui alimente des pages de rapports à la CEDH, d’Amnesty International pour ses graves « dysfonctionnements », non sa cruauté, ça serait le mot plus juste.


Les prédateurs en victime, les mensonges destructeurs à la table des pouvoirs. Les victimes en coupables et le politique applaudit son système . 


Justice, non celle pour le peuple, elle a été conçue par une caste, les bourgeois, s’armant de leurs lois pour protéger leurs privilèges, turpitudes et perversions derrière l’hypocrisie de leur costume. 
Ils ont leur petit pouvoir, s’inventant être important. 

Un prédateur en actes


Une tête de mouton pourrie avec le nom de la victime écrit dessus, est déposée à sa porte par le prédateur. 
Ça fait rire le commissariat et un policier à l’écoute, gentil, reçoit la victime. Il est triste qu’un prédateur soit toujours impuni dit « peut-être qu’à force de voir des mains courantes, le procureur fera peut-être quelque chose« .


Si c’était sa fille au procureur aurait-il rien dit, laissé la victime sans secours ? 

C’est également le témoignage de la victime durant plusieurs heures révélant les actes abjects d’un mari prédateur-violeur, témoignage enterré par le système et pour avoir menacé de mort l’école de ses enfants, il aura une simple amende. 
La victime l’apprend par la Presse de la Manche, un article, et les victimes sont oubliées, niées, invisibles. 
L’article ne mentionne pas le nom du prédateur cette fois-ci, la journaliste ignore tout de lui, de sa dangerosité, de sa cruauté, des articles avec sa gueule en illustration comme les victimes l’ignoraient. 


Le journal, la Dépêche du Midi révélant ses premières escroqueries en nombre est rangée dans un tiroir chez ses parents, à l’abri des regards. 
Laissant des victimes être le jouet de ce prédateur en fils.

Des parents achetant leur « tranquillité » en protégeant le prédateur, en se disant que pendant qu’il s’occupe à maltraiter sa proie, ils ont la « paix »!

Ils se sont débarrassés de lui se fichant d’une femme et d’enfants devenant ses jouets, ses objets qu’il balance quand il en a envie.

 
Puis, ce sera sa complice, hôtelière en ruine, qui depuis 2010 affectionne son pervers. 
Il est  ce prédateur se la coulant douce à l’hôtel sans payer, manipulant, escroquant sûr de son impunité. 
Des hôteliers de qualité contrairement aux ignobles qui soutiennent ce prédateur prêts à tout pour leur fric, médiocrité rampante, lâcheté répugnante, pensant qu’il fera d’eux des vedettes et les articles passent dans la presse sur la tenancière qui verse bières et argent à un violeur.

 
Ça c’est normal ? Il a le droit de manipuler, d’escroquer, de martyriser une famille, de violer une femme enceinte, tout lui est-il permis ? 


Les hôtels à qui il doit jusqu à des plus de 3 000 euros de factures resteront à faire une croix dessus. 

Le prédateur se prélasse entre ses bars, sa mégère de Normandie , et les femmes qu’il manipule sans vergogne crachant sur les victimes. 

Et, la justice se pose encore la question de savoir s’il est coupable ! 
Il faut que la vie meurt pour qu’elle ouvre les yeux cette justice ? 


Ils ont oublié l’humain. Une mère va mentir sur son propre corps, sur son enfant en elle, après avoir donné la vie à 7 enfants ? Système cruel. 


C’est détruire l’ existence de la victime pour satisfaire un prédateur, le laisser mettre en souffrance des êtres humains en regardant ce système inhumain saccager la vie. 


Quel est le respect des enfants traumatisés par ce prédateur ? 


Il sait que son atroce lâcheté, méchanceté, ses mensonges odieux font énormément souffrir ceux dont il s’est appliqué à briser la vie. 
Sans aucune humanité pour ces propres enfants, pour l’enfant qu’il agressait dans le ventre de sa mère, il poursuit son sale, sa perversion, ses mensonges, manipulations, flattant sa cruauté à chacune de ses respirations. 


Le système le laissera certainement faire jour après jour et toutes les plaintes finiront-elles en peine et sera-t-il toujours  ce criminel impuni ? 


S’il avaient dû être arrêter pour qu’il cesse de maltraiter des vies , cela aurait été depuis longtemps et les victimes n’auraient pas à subir toute cette souffrance. 
Une souffrance évitable, mais il aurait fallu que la justice existe. 


Aujourd’hui ce prédateur va se réjouir du mal qu’il continue à faire. Calculant tout , conscient et responsable, il sait que les violences traumatisantes qu’il a commises, ne s’arrêtent pas et poursuivent leur macabre destin en détruisant la vie. 


Une maman et des enfants ne sont-ils rien ?  


Il faut mieux laisser un prédateur agir, terroriser, martyriser une femme enceinte. 


Tous les témoignages décrivent sa cruauté mais seront-ils encore une fois oubliés ?


Qui héberge cet ignoble personnage ? 


Celle entre autres qui riait de la souffrance d’une mère, d’enfants traumatisés et bouffait toutes les manipulations d’un pervers pensant qu’il servirait ses intérêts.  


Tous ces gens tordus flattant un ivrogne violent et lui confiant tous de leurs affaires. 


Un an,  une plainte pour viol sur une femme enceinte et le prédateur jamais face à ses actes ?  


Il disait « la justice, c’est une chambre d’enregistrement » . Il la connaît tellement bien, la manipule aisément. Il se plaira à faire souffrir les victimes car trop lâche pour assumer ses actes cruels. 
Il sera à cracher sur la mère de ses enfants, cachant dans sa mémoire ce qu’il sait très bien de lui. Il sait très bien ce qu’il a fait subir à une femme enceinte. Il sait avant la victime ce qu’elle va vivre. 
La vie de son enfant, il s’en moque. Que la souffrance qu’il a infligé terrasse la victime , il en rit. 
Il est à manipuler et à se régaler de sa farce, du faux dont il usera crevant dans sa haine, fier de son ignominie. Là, il se voit grand, le minable. 


Qu’il sache que dès qu’il débitera ses mensonges de la Honte diffamant la victime, il y aura un jour de plus sans manger. 


Il vaudra qu’il assume de regarder en face la souffrance qu’il a imposé à des êtres humains, à une femme enceinte.  
Il va une fois dans sa saloperie respecter la femme dont il a volé la vie. 

La justice, qu’elle reste à ses silences, aux 94 000 viols par an, aux 165 000 enfants victimes de prédateurs chaque année, 69 féminicides depuis le début de cette année, puis les victimes innocentes comme cette jeune de 15 ans assassinée.


La coupe est pleine pour les victimes, et les prédateurs n’auront jamais le droit à leur conscience tranquille, comme tous ceux et celles qui laissent des enfants en souffrance. 


Pays des lumières plongé dans une longue nuit épaisse . 


Prédateur, seul responsable de sa cruauté, tirant sa puissance de son minable, un faible honoré par son impunité. 
Des enfants, une mère, une famille aimant la vie, et un prédateur s’appliquant à détruire le bonheur. 


Un homme haineux de ne pouvoir ressentir le moindre amour, de ne pouvoir vivre la moindre humanité, la moindre sincérité, la moindre émotion respectueuse de l’humain, de ses propres enfants , de leur mère qu’il martyrisait . 


Le prix à payer pour avoir fait le choix d’être un psychopathe, c’est d’avoir tué tout amour en lui. 


On ne viole pas par amour. On ne tue pas par amour. 

Vulnérables, les victimes en détresse et au silence. Des grossesses martyrisées par un prédateur. 
Une plage en Normandie et une femme enceinte taisant ses larmes de peur de blesser son enfant en elle. Marchant doucement, une grossesse à risque à force de vivre des violences. 


Une maman au silence. Un prédateur trop connu des médias pour ses escroqueries, faux et usage de faux en « Barbouze de presse » comme écrivait des journalistes le concernant.


S’il avait une once d’humanité, il se rendrait lui-même pour assumer ce qu’il a fait et libérer les victimes d’une douleur, d’un intense chagrin dont il est responsable et coupable.

Mais, il n’en a jamais eu.


© Fédora Hélène 

Copyright © LiberTerra 2020 Tous droits réservés

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s