L’UNESCO commémore le  génocide des Tutsis au Rwanda en 1994 – Plus jamais la haine , plus jamais ça ! 

Le 7 avril 1994 marque le début du génocide contre les Tutsi au Rwanda, perpétré par le gouvernement extrémiste Hutu. Il y a 27 ans , plus d’un million de membres de la minorité Tutsi sont assassinés durant les 100 jours suivant le 7 avril. Les opposants aux massacres, ainsi que des Hutus modérés ont également été tués.

Le 7 avril 2003, l’Assemblée générale des Nations Unies établit la Journée internationale de réfléxion sur le génocide des Tutsis au Rwanda en 1994. L’UNESCO  commémore cette Journée internationale pour transmettre la mémoire, ainsi que l’enseignement des génocides pour porter à la connaissance les conséquences de ces crimes pour toute notre humanité et pour renforcer la résilience à toute forme de discrimination.

L’UNISCO travaille lors de cette Journée internationale, autour d’une table ronde, sur le thème Du discours de haine au génocide : leçons du génocide des Tutsis au Rwanda en 1994.

La haine, la combattre par le courage de témoigner des monstruosités qu’elle commet,  pour que toutes les communautés à travers le monde travaillent à protéger la paix, le respect de tous en luttant contre les discriminations. Leur violence, dangerosité sont  capables du pire en niant l’autre, sa culture, sa liberté, ses droits fondamentaux, détruisant toute vie sur son passage. Cette négation extrême de la vie d’autrui provoque les génocides, elle tue.

Kigali – 10 juin 1994 « Plus jamais ça »

Plus jamais le massacre d’enfants, de femmes, d’hommes. Plus jamais une seule église marquée au fer rouge par le sang des victimes atrocement tuées par la haine, par ces hommes de violences tuant sans relâche. Plus jamais le regard désespéré d’un enfant terrorisé par la violence, plus jamais ce soleil éteint brisant nos cœurs.

En 1994, François Mitterrand prononce ce « Plus jamais ça » à Oradour-sur-Glane, village martyr. Les nazis y détruisent la vie d’enfants et de femmes à l’intérieur de la petite église du village. Ce 10 juin 1994, il est de nouveau un drame tuant des vies innocentes à des milliers de kilomètres d’Oradour-sur-Glane, à Kigali au Rwanda. Des enfants périssent horriblement assassinés dans une église où ils avaient trouvé refuge. 

Le documentaire émouvant, « Retour à Kigali » rediffusé sur France 5 le dimanche 4 avril, retrace le terrible massacre d’une centaine d’enfants dans l’église de la paroisse Saint-André située dans le quartier populaire de Nyamirambo. Deux pères blancs, le Français Henri Blanchard et le père Otto Meyer, Allemand, accueillent en 1994, près de 240 membres de la minorité Tutsis venus s’y réfugier.

Le 10 juin 1994, les soldats et miliciens de l’ancien régime attaquent, tuent , massacrent les réfugiés dont des enfants. Il sera retrouvé 90 rescapés de ce terrifiant massacre.

Le 10 juin 1944 est le massacre d’Oradour-sur-Glane. La barbarie nazie ruine la vie, brûle inlassablement chaque maison, et la petite église du village renferme la mémoire des innocents assassinés en ce printemps troublant par ce calme, cette renaissance de la vie célébrée et la mort jaillissant par la haine.

Plus jamais ça , il nous faut combattre inlassablement contre les discriminations, contre le racisme, contre les inégalités. Nous devons user de la force de nos cœurs pour survivre à notre histoire. Nous devons nous inspirer du verbe « Aimer » fondant leurs battements pour réaliser un monde où l’homme de violences ne sera plus jamais, où il ne sera plus jamais son ombre cruelle brisant notre humanité.

Enseigner, transmettre la mémoire, ressentir toujours le sourire de ces enfants mourant par la cruauté d’hommes abandonnant leur propre existence à la haine. 

Ce sourire à la vie, ces enfants d’hier à la belle âme partie,  le  tournent vers nous, et nous disent de garder toujours la flamme de la paix veillant sur chacun d’entre nous,  partout dans le monde. Nous ne sommes qu’un et notre histoire est notre mémoire commune, notre lien fondant notre universalité.

10 juin 1944 – 10 juin 1994

Des enfants séparés par le temps, séparés par les mers, des enfants d’un autre continent et leur cœur , sourire semblables, unis dans la souffrance, et traversant les années, les mers, les continents, notre histoire pour nous donner qu’un cri : si le verbe aimer ne constitue pas nos sociétés, l’injustice dévaste notre monde, atteint nos vies où que nous soyons sur Terre.

Le génocide contre les Tutsis au Rwanda a eu lieu d’avril à juillet 1994 – Les 100 jours de l’horreur

L’évènement organisé en ligne par l’UNESCO en présence de la Directrice générale, Audrey Azoulay et de l’Ambassadeur François Xavier Ngarambe, réprésentant permanent de la République du Rwanda auprès de l’UNESCO rend hommage aux victimes du génocide de 1994, et exprime sa solidarité avec les survivants.

Freddy Mutanguha, rescapé du génocide et directeur d’Aegis Trust, témoigne lors de cet événement de la mémoire des victimes , de la nécessité de transmettre la vérité pour que nous  tous et les générations futures, nous garantissions le respect profond de la liberté, le droit à la reconnaissance , le droit à la résilience, le droit de témoigner et d’être écouter avec compassion, le droit de vivre en paix et sécurité.

Enfant  assassiné par la haine, tu n’es pas oublié, jamais.

Emmanuel Macron ouvre les archives sur le Rwanda de 1990 à 1994 

Lors d’un communiqué, le Président de la République annonce décider, par dérogation générale, l’ouverture des archives présidentielles de François Mitterrand relatives au Rwanda de 1990 à 1994.

Souhaitant une transparence et porter au peuple rwandais une « solidarité » et « compassion » ainsi que l’exprime le communiqué, les archives d’ Edouard Balladur, ancien Premier ministre , ainsi que le rapport de la Commission présidée par Vincent Duclert sont également consultables à l’issue d’un travail de déclassification par les ministères concernés, précise le communiqué.

Ces archives sont dorénavant accessibles et le communiqué fait part que cette décision prise par Emmanuel Macron intervient « dans le cadre de l’engagement pris par le Président de la République de créer les conditions favorables à la poursuite du travail de compréhension du rôle et de l’engagement de la France au Rwanda ».

© Fédora Hélène

Copyright © LiberTerra 2021, Tous droits réservés, Tous droits de production et de diffusion réservés

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s