Politique en désolidarité, ça vient du coeur sororité ! Échec d’une politique – Au 16 juin: 55 féminicides


Les peines en guerrières 

Je les entends tout en douleur
Elles pleurent là-bas, tout bas
Femmes tuées en plein cœur
Déposer les fleurs des combats 
Sur leurs tombes la France pleure

Quel sourire la vie peut offrir
Pour libérer des souffrances 
Penser que les portes peuvent s’ouvrir 
Mettre fin aux indifférences 
Laisser s’envoler la liberté
Venir apaiser les peines à l’été

Chaque larme d’une mère vous regarde
Elles s’étendent douces dans la nuit
Pour renaître en étoiles infinies
Chaque larme d’une mère garde
La paix, l’amour pour donner la vie
Violences des hommes, ces ombres
Qui abattent toutes les heures 
Puis, sauvent les prières en lueur
Les combats courages ne sombrent

Le poing levé revenir sur les pavés
Écrire : « Je ne céderai jamais » 
La force du jour et se lever
Donner sa vie pour aimer
Le poing levé revenir sur les pavés
Écrire : « je ne céderai jamais »

Des peines en guerrières 
Jusqu’au bout de la terre
Au chant des solidarités 
Marche la liberté 
Des peines en guerrières
Jusqu’au bout de la terre
Au chant des solidarités
Avance la liberté 

Féminicides, on pose la rose
Politiques en échec, je pose
Loin de leur cour en pions
Buvant aux vins amères 
À la lumière des lampions
Leurs mensonges jetant à la mer
L’espérance perdue en décadence

Pantins aux masques, aux airs moqueurs
Une femme n’est qu’un jeu sans sens
Au monde des hommes de pierres sans cœur
Médiocres aux paroles vides, lâches avides
Tournent en manège leur conscience 

Et, celles à leur cercle aux verres vides 
Prient à la chandelle qu’un prédateur remplisse
Son rôle macabre et flatte en dernière prose
L’égo des salons mondains quelle triste chose
Pâle le jour, les sourires s’assombrissent 
Dans leur cage dorée l’argent assassine
La vie, elle s’enfuit par les toits loin de leur folie

Rejoindre les luttes franchissant les murs
Mettre sur mon visage le rouge d’une main
Je ne me tairai plus jamais, marche dans les rues
Renait la justice en paix sur tous les chemins
Les violences auront à cette victoire disparues

Femme rime en souffrance 
En silence, France sans résilience
La beauté du paysage passe à l’orage
De l’azur en touche aux ciels bleu
Chacun de nous pose un peu 
Des actes, des luttes en partage

Il ne sera plus jamais ce naufrage
Des agresseurs en barbares
Faisant de leur corps une arme
Contre la vie d’une femme
Ils martèlent le fer patriarcal 
Nous assommons leur idéal 


Des peines en guerrières 
Jusqu’au bout de la terre
Au chant des solidarités 
Marche la liberté 
Des peines en guerrières
Jusqu’au bout de la terre
Au chant des solidarités
Avance la liberté 

©Fédora Hélène 

Copyright © LiberTerra 2021, Tous droits réservés, Tous droits de production et de diffusion réservés

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s