En Ukraine des femmes victimes de cette arme destructrice, le viol, témoignent – Lutter contre les violences sexuelle dans le monde entier

@liberterradaily

Lutter contre les violences sexuelles et sexistes

Ces hommes de violences se font l’ennemi de notre humanité – et une femme, son corps devenu cette poupée de chiffon balancée. La souffrance aux larmes de la vie. Cette vie, que ces hommes de violences mettent en danger par leur haine. Témoigner par les mots de l’art, les mots de larmes en armes de paix contre la violence de ces guerriers lâches abattant la vie si belle. Les violences en arme de guerre, le viol, cette blessure de guerre. Des femmes en Ukraine témoignent de l’atroce, les viols qu’elles ont subis, ces violences commises par des soldats russes les menaçant de les tuer et jouant avec cette roulette russe, je te tue ou pas. La vie suspendue sur la lame de cette arme cruelle transperçant la vie, les violences sexuelles. Cette arme de guerre, le viol, est un crime contre l’humanité.

Être une femme et la vie meurtrie, menacée à chaque instant, survivre. Comment tenir le coup ? En survie la vie. Ce mot devient le sacré. Elle, si forte, la vie et ces hommes de violence s’inscrivant, gravant leur nom dans cet univers de la guerre. Cette guerre s’animant en temps de paix, ces violeurs tuant au soir derrière les murs, le silence, une femme en souffrance. Cet homme de violence balançant le corps d’une femme, l’étouffant. Elle ne se réveille plus, sa liberté traumatisée et sans reconnaissance,sans justice, la douleur devient la double peine. La justice, l’absente. La France a les moyens de protéger des vies, de sauver la vie de femmes en concevant une justice véritable en don de paix . Une justice respectant les recommandations du Chef de l’ONU, « Écouter avec empathie » les victimes de violences sexuelles et sexistes. Une justice entendant que les violences sexuelles sont des actes monstrueux, comme le souligne l’ONU, et non abandonnant des milliers de femmes chaque année.

Anéantir ce terrible drame : la violence faite aux femmes. Respecter l’engagement de l’ONU, l’élimination des violences faites aux femmes pour 2030. Un objectif qui ne pourra être atteint tant la violence faite aux femmes est en augmentation à travers le monde. Les temoignages de femmes en Ukraine sont glaçants , si dramatiques et prouvent l’urgence d’agir contre les violences sexuelles et sexistes, partout dans le monde. Une urgence que les politques n’entendent toujours pas et en France, il est cet insupportable d’abandonner, d’humilier, de surtraumatiser les victimes de prédateurs.

 La France a les moyens de protéger des vies, les moyens d’avoir une justice digne de ce nom et les politiques depuis des décennies et le système judiciaire, certains professionnels de justice se complaisent dans une atroce perversité. Ils légitiment leur propre violence  par la perversité des lois issues du pouvoir politique s’imposant depuis un 19 ème siècle empereur misogyne, de violences patriarcales, de pauvreté dans un nouveau monde industriel.  

Laisser des femmes victimes de violences sexuelles, en souffrance, alors qu’elles ont eu le courage de témoigner, et le plus souvent dans des conditions qui ne respectent en rien le message du Chef de l’ ONU,  » Écouter avec empathie », et non en mettant toujours plus en souffrance un être humain, –  c’est cruel ! 

L’insupportable des plaintes classées, des procédures éprouvantes et blessant encore une fois la vie des victimes. Les politques, la justice n’ont pas le droit de laisser une telle douleur détruire des vies innoncentes. La société doit changer et éteindre ce 19ème siècle en empire misogyne, aux violences patriarcales, où les femmes étaient ces esclaves ne recevant aucun droit, ayant leurs droits humains bafoués.

Nos sociétés traînent ce fardeau, cet interminable enfer des violences surgissant actuellement en Ukraine. Des femmes et des enfants au front des souffrances. L’injustice persistante et qui effondre notre monde, sa joie, l’immensisité de sa liberté. Nos sociétés ne doivent plus élire un système d’impunité qui infériorise le témoignage des victimes, qui désuhumanise et impose à la moitié de notre humanité une division menant à la folie consciente de l’autodestruction que des hommes portent en eux. Détruire la vie, anéantir, c’est cela la volonté des hommes commettant des violences sexuelles. ils détruisent des vies, conscients et responsables.

Le viol est une arme destructrice, une arme de guerre et des femmes en Ukraine témoignent des violences sexuelles qu’ elles ont subies et commises par des soldats russes. L’ ONU a établi, depuis plusieurs années, une liste de la Honte pour y inscrire le nom des hommes ayant commis des violences sexuelles pendant un conflit armé. Une liste de la Honte, sur laquelle pourrait être inscrit le nom des hommes commettant des violences sexuelles en Ukraine. Cette violence sexuelle, cette cruauté est aussi en temps de paix. La liste de la Honte se couvre de milliers de noms d’hommes de violence, quand ceux oeuvrant pour la paix donnent à notre humanité toute sa chance de vivre.

@liberterradaily

En France, la cause nationale de lutter contre les violences faites aux femmes a laissé des femmes victimes de prédateurs, en grande souffrance. Elle a laissé les blessures, les féminicides, l’augmentation des violences faites aux femems, et elle n’a pas reconnu les enfants victimes de ces hommes violents et subissant leur cruauté, ils font souffrir une mère devant son enfant. Sans aucun respect des enfants, ils cherchent à détruire leur mère et à blesser la vie innoncente d’un enfant.

En Ukraine, une victime a témoigné du viol qu’elle a subi et commis par deux soldats russes menaçant de la tuer. Son enfant âgé de 4 ans était dans la chambre d’à côté et pleurait. Ce terrifiant, des femmes ont vécu ces viols, ces violences atroces commises par leur partenaire alors que leurs enfants étaient dans leur chambre, alors qu’un berceau était dans la même chambre, où cet homme de violence détruisait une femme . Son enfant près d’elle. Cette douleur déchire notre humantié.

ONU Femme l’a rappelé : soutenir, excuser un agresseur , c’est soutenir la culture du viol, c’est se faire complice des violences sexuelles que des femmes continueront de subir. C’est donner à un agresseur, la puissance de l’impunité, lui donner ce droit de recommencer. Un homme violent évolue et devient toujours plus dangereux dans un environnement qui lui est favorable. Les violences sexuelles commises pendant des conflits armés, sont cette volonté de détruire un peuple. Les violences sexuelles commises dans un pays en paix reprennent cette échelle des valeurs : détruire notre famille, nos communautés, briser la fraternité, l’égalité et la liberté.

Il est possible d’anénantir les violences sexuelles, il est possible d’établir la paix universelle, de quitter cette civilisation guerrière, où les hommes ne sont plus des frères, mais des ennemis. Les politiques, les gouvernements ne peuvent demeurer dans cet absurde de dire lutter contre le bouleversement climatique, quand ils acceptent de faire perdurer un système prédateur qui engendre des prédateurs en réclote de la violence enrichissant nos sociétés de cette manne issue des champs de guerres.

Chaque seconde compte pour la paix, chaque vie sauvée est importante et l’injustice inscrit dans nos mémoires, dans l’histoire de notre humnaité, nos sociétés acceptant la cruauté de tuer par ce supplice, le viol.

© Fédora Hélène

@liberterradaily

Copyright © LiberTerra 2022 – Tous droits réservés – Tous droits de production et de diffusion réservés

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s