Unesco – Inscription au patrimoine culturel immatériel de l’humanité : l’oud d’Iran

L’oud en Iran @UNESCO

L’ oud inscrit au patrimoine immatériel de l’humanité

L’Unesco a inscrit ce jour au patrimoine culturel immatériel de l’humanité la fabrication et la pratique de l’oud en Iran.

La 17ème session du Comité intergouvernemental réunit à Rabat au Maroc a par sa reconnaissance de l’oud transmit au peuple iranien, traversant actuellement de lourdes épreuves pour défendre la liberté, une victoire pour la préservation de l’art traditionnel, pour sa liberté d’expression s’ouvrant sur l’égalité entre les femmes et les hommes.

Ce lien fraternel nous unit par la multiculture, par notre héritage ancestral, la connaissance transmise de génération en génération, et qui au-delà du long travail réalisé pour aboutir à une inscription au patrimoine immatériel, parle avec amplitude, d’une manière inégalée du cœur de notre humanité.

Nos émotions sont vivantes, ce qui vibre en nous est la vie dans l’immensité de sa liberté. Notre bien commun à tous au-delà des frontières, des barrières de la langue : notre esprit humain, nos possibilités infinies de créations, de langages, issus de notre imagination que nous savons rendre réelle.

L’humain crée, invente, imagine, rêve et possède cette extraordinaire faculté de concrétiser un son, une lumière, une représentation de la beauté par les arts, les arts traditionnels, la culture.

Notre humanité possède ce solide édifice : la transmission des savoirs qui s’inscrivent dans nos gestes quotidiens, est cette magie humaine donnant sens et saveur à l’existence.

Et, cet incroyable : l’existence d’une multitude de cultures au quatre coins du monde et s’unissant entre elles par notre humanité. Nous les comprenons, nous les aimons, les émotions nous parcourent en une énergie revitalisante, en un langage de paix des peuples entre eux.

Nous faisons connaissance les uns avec les autres par ce dialogue culturel en langage de paix. Nous apprenons ensemble à découvrir l’autre, à comprendre que nous possédons des joies communes, de la poésie commune, des mots de liberté.

Contre l’obscurantisme, la lumière de l’art en trésor commun à tous

L’oud est un instrument traditionnel joué en Iran et en Syrie. Il s’apparente au luth et son nom vient de l’arabe al’ud (le bois). Cet instrument est apparu en Perse en 500 après Jésus-Christ, et voyage à travers les continents. Des musiciens découvrent son harmonie et il rayonne alors dans la culture arabo-andalouse, dans les palais d’ Asie, s’implante en Europe en ispirant l’ Italie et la France. Puis, après avoir conquis le public en Europe, il devient un instrument ancien et oublié dans la culture européenne. Puis, dans les années 2000, on le découvre à nouveau et ses notes apparaissent dans différents styles de musique jusqu’au rock et dans l’univers de la chanson. Le raï le met à l’honneur, ainsi que des maîtres du flamenco.

L’oud se transformera aussi en luth électrique (ruan) vibrant entre les mains d’un musicien Français Djang San qui s’impose dans le monde de la musique en Chine et en Asie depuis son arrivée à Pékin en 2000.

L’oud se compose d’une caisse de résonance piriforme en bois de noyer, de rose, de peuplier d’ébène ou d’abricotier. Il possède un manche court. Le musicien le pose sur ses jambes et pince les cordes d’une main tandis que l’autre bloque les frettes.

Sa fabrication peut prendre jusqu’ à 25 jours : temps de séchage du bois qui doit durcir et qui sera ensuite traité à l’eau et la vapeur pendant 15 jours pour renforcer sa résistance. La sculpture sur bois s’invite et marque l’instrument qui s’orne aussi de motifs en mosaïque.

@liberterradaily

L’oud accompagne des chants et danses traditionnels en Iran et peut se pratiquer en solo ou dans des ensembles musicaux en produisant des notes harmoniques et mélodiques.

Sa pratique se transmet dans une communion artistique et culturelle entre les maîtres et les apprentis. L’oud s’enseigne également dans les écoles et universités, dans des centres musicaux. Les artisans autour de cet instrument sont majoritairement des hommes, mais quelques femmes approchent cet art depuis quelques années.

Le patrimoine culturel immatériel contribue aux métiers d’art, favorise l’apprentissage, évite la disparition d’un savoir-faire précieux se tranmettant des uns aux autres, de génération en génération, de continent en continent. Le travail de l’UNESCO aide au maintien de l’enseignement d’un art traditionnel, contribue à la diffusion du patrimoine. C’est aussi permettre à des jeunes de découvrir leurs racines, une passion, et en vivre par leur métier.

Donner du sens, de la poésie à nos sociétés , c’est aussi par le partage des cultures , ce voyage à travers différentes régions du monde.

@UNESCO

Le patrimoine immatériel favorise l’égalité Femme-Homme, la paix

L’égalité entre les femmes et les hommes, un monde plus juste, sans violence sera par ce qui est propre à notre humanité, par ce qu’elle exprime au plus simple de son quotidien, qui est aussi son précieux et que des oppresseurs anéantissent, rendent interdit.

Perdre sa culture, la possibilité de faire ses choix auprès d’elle, c’est perdre sa liberté tout entière. La liberté dessinant ces grands chemins avec lesquels nous faisons corps pour avancer vers les futurs possibles. L’avenir n’est pas un inconnu, il fait partie de nous, du temps de notre vie et nous devons écouter ce qui est au profond de notre cœur pour le définir, en concrétiser le sens.

Ces gestes appris dans notre enfance, l’histoire transmise par les anciens, et que l’on va enrichir au cours de rencontres qui forment une famille, qui s’ajoutent à notre essentiel et nous donnent une force.

Lutter contre les discriminations, les politiques d’assimilation, de séparatisme prenant leur langage dans le mensonge, la division, les peurs et ignorances, c’est œuvrer  pour la réconciliation et le partage culturel,  nous disant que nous sommes des êtres humains doués d’amour et que là, il est d’aimer l’autre pour faire ensemble, fonder ensemble, vivre ensemble, être une grande famille par la paix.

L’oud, c’est aussi la fête, la joie, chanter et danser ensemble.

Fédora Hélène

@liberterradaily

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s