Macron ou les milliards manquants d’un champ de ruines

Au terme des 2h26 de son long préambule et dix questions, compassées et obligées, émanant des seules chaînes infos et majors des médias institutionnels parmi trois cents journalistes bien assis et bien sages, Emmanuel Macron n’aura délibérement apporté aucune réponse précise sur le financement de l’Acte II du cap réaffirmé de son quinquennat chamboule-tout pour la population, mais pas pour les golden boys and girls.

Les mesure(tte)s annoncées hier et faussement dévoilées en avant première depuis huit jours pour formater les esprits, n’auront qu’un effet booster de l’économie, du social et de la solidarité plus que relatif et non pérenne. Et de plus, le Gouvernement n’a en fait aucun effort à faire pour les financer. Ce sont les Français et le plus souvent les plus modestes qui les ont déjà payées.

Réduction d’impôt pour « 15 millions de contribuables », dixit Bruno Le Maire? 5 milliards d’euros à trouver ? En rognant sur certaines des 74 niches fiscales des « entreprises », dixit Emmanuel Macron? Et bien, il n’en est rien.

Les cinq milliards ont déjà été récupérés :

* 1,5 milliard déjà ponctionnés sur les bailleurs sociaux qui ne disposent plus de budget de construction nouvelle -une réunion s’est tenue il y a quinze jours à Matignon pour calmer leur inquiétude et leur donner quelqu’os à ronger.

* 1,8 milliard sur les retraites de moins de 2000€/mois qui ne seront ré indexées qu’en janvier 2020, donc l’année 2019 tombe dans l’escarcelle de Bercy.

* 1,4 milliards par la suppression des emplois aidés (120 000 x 8 500€) et la diminution de 5€ des APL (6, 5 millions de bénéficiaires x 5 x 12).

Auxquels s’ajoutent 450 M€ supprimés de la compensation donnée aux Régions pour la réaffectation de la compétence départementale de développement économique, 45 M€ amputés dans la LF 2019 sur la Dotation de soutien à l’investissement local, 225 M€ de réduction de la taxe de frais de chambre consulaire (ce qui finance les CCI).

Cela fait 5 milliards 420 millions.

Et il y en a d’autres dans les tuyaux, et sans toucher aux niches fiscales des « entreprises », CIR, CICE…

Pendant ce temps, l’hôpital, est-ce un sinistre pied de nez, de Cherbourg (Manche) annonce aujourd’hui la suppression de 85 emplois d’ici la fin de l’année. Plus de 48 hôpitaux, c’est acté et signé par les ARS, sont appelés à perdre l’ensemble de leurs services pour devenir SSR (suivi de suite) ou être irréductiblement fermés d’ici 2020.

De même pour les écoles, dont les fermetures ou suppressions de classes pour la rentrée 2019 ont été entérinées en comités pédagogiques académiques dans chacune des DSDEN au début du mois. Les modifications ne seront désormais qu’à la marge.

Alors venir, dans un tel contexte de démantèlement territorial des services publics, annoncer l’éclosion de « France Contact », un guichet unique dans chacun des 2000 cantons départementaux d’ici trois ans relève de la gageure pour ne pas dire du leurre.

Les CFP (centres des finances publiques) ont été divisés par quatre en deux ans. Les antennes CAF, les accueils MDPH, les PAIO, disparaissent mois après mois et les permanences ne sont de plus en plus pas assurées.

Pour prendre les Missions locales, pour les jeunes de 16 à 25 ans, c’était 445 antennes locales et 6500 points, un vrai maillage que Myriam El Khomri puis maintenant Muriel Pénicaud ont détricoté pour les fusionner avec Pôle Emploi (où vont être supprimés 4000 emplois), que préside l’ancien directeur général des impôts Jean Basserres et auxquelles seront appliqués les protocoles d’action globaux et forcément inadaptés. C’est vrai qu’Emmanuel Macron a reconnu hier qu’il venait de découvrir « les décrocheurs »…

Dans le meilleur des cas, des bornes virtuelles viennent lorsque les collectivités locales et les EPCI se sont retroussées les manches apporter un « contact » avec les « services », comme les agences postales, les agences SNCF pardon TER.

Quant aux locaux publics devenus inutilisés, pour compenser la baisse récurrente de la dotation globale de fonctionnement par l’Etat, les mairies les ont bien souvent vendus !

Alors « France contact » risque bien, à moins de tentes Quechua ou de camping cars, de ne pas trouver d’implantation si jamais venait à être constituée une équipe physique dont l’attractivité de rémunération devrait s’affranchir de la strate de population de chaque canton pour susciter des demandes de mutation. Car à moins de 5000 habitants et même en tordant les conditions de recrutement ou l’attribution d’une prime sur le modèle des 2000€ pour les REP et REP+, ce ne peut être que du cadre C avec la (modique) rémunération qui y est attachée. Pas très follichon pour un fonctionnaire de l’administration centrale…
© LIBERTERRA

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s