1er Mai en luttes

Gaspard Glanz pourra se rendre à Paris pour la manifestation du 1 er Mai et les manifestations du samedi.

Son contrôle judiciaire ayant été levé pour « défaut de motivation ».

Suite à l’interdiction qui lui avait été faite, Gaspard Glanz avait couvert la manifestation des Gilets Jaunes du 27 avril à Strasbourg.

Ces contrôles judiciaires du samedi ont été prononcés à l’encontre de plusieurs manifestants arrêtés pour leur participation aux manifestations des Gilets Jaunes et arrêtés dans ce cadre de mouvement populaire.

Dix cellules anti Gilets jaunes ont été constituées par le ministère de l’Intérieur et mises en places dans différents commissariats faisant intervenir des policiers de services différents dépendant de la sécurité publique qui pouvaient être basculés sur ces entités en fonction de leurs spécialités, notamment celles à visionner des images photos et vidéos pour dénicher le moindre élément de reconnaissance d’une personne masquée présente sur une manifestation, le lieu précis où elle se trouvait, ainsi que l’environnement pouvant la rattacher à des actes et/ou des personnes susceptibles elles aussi d’avoir participé à un délit.

Et toute la subtilité est là.

Monsieur Castasner s’appuie sur cet argumentaire concernant l’arrestation et les poursuites engagées contre Gaspard Glanz notamment sur le motif « outrage à personne dépositaire de l’autorité publique »

« Le fait de prétendre être journaliste n’est pas un permis de commettre des délits » (Christophe Castaner)

Car, ce sont bien des délits que la police recherche pour procéder à des arrestations a posteriori suite souvent à des plaintes déposées par des policiers pour rébellion et outrages, mentions fourre-tout lancées à grand renfort de clairon sur les toits par Sarkozy en 2010 et son théâtre électoraliste du tout sécuritaire mais aussi par des plaintes émanant des mairies ou de particuliers pour des faits de dégradations.

La poésie populaire des tags écrits sur les murs lors des manifestations et faisant l’objet de nettoyages par les services municipaux sont poursuivables et les collectivités peuvent s’associer à des plaintes en tant que parties civiles, ce qui a été le cas.

Cela formera un ensemble pouvant poursuivre des manifestants.

Mais les policiers peuvent aussi aller plus loin s’ils pensent être menacés, injuriés en leur nom personnel ou montrés du doigt, car la BAC, par exemple, peut se retrouver tous les samedis sur le même terrain et être « détestée » pour des conflits politiques qui alors se créent lors des manifestations du fait de ce que les manifestants gilets jaunes, ou non, appellent la « répression ».

Répression qui se révèle sévère à l’écoute des témoignages de ceux et celles arrêtés, mis en garde à vue, comparutions immédiates et contrôles judiciaires ne se justifiant pas, à l’analyse de dossiers sur lesquels Liberterra pourra revenir, et traumatismes vécus marquant l’intégrité de la dignité humaine de la personne.

Puis, il est certain que les blessures très graves que des manifestants porteront toute leur vie ont manifestement contribué à ne pas réconcilier les manifestants et policiers, lesquels étaient déjà présents pour certains d’entre eux lors des premières manifestations subissant une répression, celles contre la loi travail sous Hollande.

Donc des « anciens » de terrain, manifestants et policiers se connaissent de visu et peuvent avoir une mémoire négative ressentie de part et d’autre.

Ce qui peut laisser à penser à des arrestations sur un motif aléatoire préjugeant d’un délit mais dont la raison serait dans un passif de manifestations déterminées de « politique » plus que de raisons liées au social.

Rappelons la préfiguration de cette loi, la loi 2015 de Macron sur la croissance, alors Ministre de l’économie. Les conséquences ont été directes sur les jugements des prud’hommes avec le plafonnement des indemnités de licenciements.

Nous sommes en cette année 2015 sur le démarrage d’un conflit citoyen qui donnera naissance à Nuit Debout, aux manifestations contre la loi travail et l’envergure du mouvement des Gilets jaunes qui occupent la place politique citoyenne depuis 6 mois.

Une construction sociétale intellectuelle, sociale, politique s’est fondée en ces différentes étapes par ce fil conducteur de l’éveil citoyen de prendre ses droits à une démocratie directe où le citoyen est acteur politique à part entière et les politiques, eux, servant les décisions de la communauté consultée sur les actes importants engageant des conséquences directes pour la réalité quotidienne du peuple et aussi de son avenir par les lois touchant à l’écologie et au système économique et politique profond tel que la loi travail.

Celle qui a démontré au peuple son impuissance puisque décidée arbitrairement par décrets et ce fameux 49.3.

C’est un changement considérable de l’interprétation de la constitution puisque le peuple constate que l’Assemblée nationale ne répond plus pleinement à sa mission du respect de la volonté du peuple plus particulièrement quand celui-ci s’oppose.

Gouverner avec autorité ne peut plus être dans ce 21ème siècle où la population augmente en nombre et en compétences de communication par internet et de réflexions sur ce que les politiques ont créé après 1944, le programme politique.

Est né en dehors des vieux partis, un nouveau programme, celui direct du « peuple », qui veut penser et réaliser sa société solidaire et le mouvement des gilets jaunes en est une inspiration.

Nous ne sommes plus, peut-être, sur la demande et le gouvernement accepte ou refuse, nous sommes sur le fait que le peuple n’a pas à attendre qu’on lui donne  mais qu’il doit acquérir de droit car il est le peuple fondateur intrinsèque à la démocratie.

En dehors du droit des journalistes à informer avec ou sans carte de presse, il y a le droit à tout citoyen, sans appartenance de classe sociale ou de profession de politiques d’être un décideur de la communauté à laquelle il appartient lorsqu’elle interfère dans sa vie le privant alors de son entière liberté.

C’est ce qui est mis en exergue fondamentale dans une crise économique imposée à la population qui se voit priver de ses libertés par le manque de pouvoir d’achat donc d’investissements dans les entreprises de sa vie.

L’interdiction de facto qui lui est faite de réaliser toute l’amplitude de sa volonté pour la création qui définira son avenir comme des études, ou le droit fondamental à se déplacer entravé par le manque d’argent d’où la dénonciation des taxes carbone comme nous pourrions dénoncer les augmentations des tarifs des transports publics.

Pour les Gilets jaunes pourrions-nous dire que l’Etat ne répond plus à ses obligations régaliennes soit par incompétence soit par volonté de ne pas s’y engager ?

Comme la santé qui peut s’en trouver touchée par les fermetures de service comme nous le vivons pour les maternités fermées ou appelées à l’être par un désengagement des moyens attribués par l’Etat par le biais des impôts donc des citoyens à ses services hospitaliers.

Cette semaine du 1er mai engage un nouveau tournant qui répond comme ceux précédemment au pouvoir politique se séparant toujours plus d’une mouvance engagée sur le terrain de la réalité par les Gilets jaunes qui annoncent une « semaine jaune » et un retour sur les ronds-points à partir du samedi 4 mai .

Un ultimatum lancé à Macron ou un changement profond de notre système politique qui amorcerait la fin de la Vème République attend ce mois de Mai 2019 ?

Certains penseront au lien Mai 68 en date symbolique bien que le contexte soit très différent à celui du « baby boom » de 68 qui lança toute une jeunesse vers une demande de société répondant à leur génération, qui ouvrait le nouveau capitalisme.

 Aussi par une émancipation aux nouvelles technologies apparaissant tel que les moyens de communications et diffusion de la culture.

Puis de  l’ordinateur se perfectionnant à l’aube des années 1970 et de la console de jeux sur le marché en 1972.

La télévision augmentant ses diffusions par un premier journal télévisé sur la deuxième chaîne en septembre 1967.

L’ORTF qui inaugurera d’ailleurs sa première grande grève en ce mois de Mai 1968.

La 5 G à nos portes, puis une dictature « numérique » s’installant dans l’esprit du 21ème siècle par le contrôle permanent de l’économie de chacun qui se profile par le porte-monnaie numérique, alerte le peuple sur la nécessité de prendre sa place en politique.

Les surveillances par le numérique du peuple chinois par un système politique accordant des points de « bons » citoyens ou de « mauvais » citoyens comme peuvent le vivre des journalistes s’intéressant au système politique de leur pays et se posant des questions sur sa corruption.  

Info France2 annonçait que 25 000 citoyens chinois seraient recensés pour avoir zéro point de « bonne » conduite.

Le 21ème siècle affrontera des problématiques graves qui feront son avenir par des bouleversements démographiques, climatologiques, les modifications des pouvoirs entre l’occident, l’Asie et l’Afrique et les géants qui manqueront pas, peut-on le penser, de s’affronter ; la Chine, la Russie et les Etats Unis.

L’Inde et l’Europe seront à ces actions de la loi du plus fort.

Le mouvement des gilets jaunes est le prémice de profonds changements inévitables de nos sociétés  et la politique archaïque d’Emmanuel Macron sur fond de domination impérialiste, capitaliste, se trouve confrontée à la nécessité d’une Liberté forte en la démocratie de notre pays, pour construire la paix et la stabilité économique du peuple, moteur premier d’une nation, à la veille de ce grand déséquilibre mondial.

Plus que jamais la symbolique de porte-bonheur du muguet de ce 1er mai sous haute tension sera à souhaiter.

©FédoraHélène ©Liberterra

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s