INCENDIE AU HARAS DE SAINT LÔ

Les flammes ont détruit cette nuit le haras de Saint Lô dans le Manche se situant au cœur  de ville .
La cause de cet incendie n’est pas encore déterminée mais le fourrage récemment entré pourrait peut être l’expliquer.

 Grâce aux pompiers, au nombre de plus de 80, dont des renforts venus de Cherbourg, les 24 chevaux présents  au haras ont pu être sauvés. Très connu dans le monde du cheval, le haras  de Saint Lô accueille, depuis sa conception en 1806 par Napoléon I er, des étalons d’exception. Sa première pierre à l’emplacement actuel fut posée en 1882. Le haras de Saint Lô qui faisait partie des haras nationaux et qui a fait l’objet d’une évolution en 2014,  sans création de nouvelles structures,  devenant « Pôle hippique de Saint Lô » par une convention de partenariat signée entre le syndicat mixte du CPE ( centre de promotion de l’élevage) et l’IFCE, créé en 2010 par la fusion des haras nationaux et l’École  nationale d’équitation, cadre noir de Saumur.
Le CPE et L’IFCE avait alors choisi un directeur commun, Yann Adam, qui dirige le haras  depuis septembre 2013.
Le haras de Saint Lô, site de reproduction,  conserve dans une bombonne d’azote de 100 kilos les semences internationales des meilleurs étalons. Lesquelles ont été préservées de l’incendie grâce à la sécurisation faite du laboratoire de reproduction suite aux indications données par Yann Adam aux pompiers .
Les Normands, le maire de Saint Lô, François Brière, les passionnés-es du monde du cheval et du patrimoine se réveillent choqués ce matin par la destruction de ce bâtiment faisant partie de leur histoire et niché dans un écrin de verdure au cœur de la région Normandie où le cheval est roi.

Le haras détruit pendant les bombardements en juin 1944. 

Le haras de Saint Lô avait été détruit pendant les bombardements en juin 1944 réduisant la ville entière à des amas de pierres qui  lui a valu le surnom de  « capitale des ruines. « 

Les Normands avaient reconstruit le haras à l’identique en conservant les poutres du XIX ème siècle. Le directeur des musées de Saint Lô, Robert Blaizeau, qui s’exprimait aux micros de la presse, évoque « sa charpente bois qui date de 1883 » qui a échappé aux bombardements de 1944 et qui « comme Notre Dame date du XIX ème siècle. »
Ému, le maire de Saint Lô, pense lui aussi aux incendies touchant notre patrimoine dont plus particulièrement celui de la cathédrale Notre Dame récemment dans nos mémoires. « Le haras est un joyau du patrimoine Saint lois. De le voir en feu rappelle d’autres images récentes. » a-t-il déclaré à la presse. 
L’heure est à la sécurisation des lieux et à l’enquête qui déterminera la cause de l’incendie en attendant les demains du haras de Saint Lô.

©Liberterra

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s