EMMANUEL MACRON SE PROCLAME CHEF DES ARMÉES ET DE L’ESPACE DANS UNE SYMBOLIQUE DU 14 JUILLET EN BOÎTE DE COM

La grande annonce d’Emmanuel Macron : il veut créé un grand commandement de l’espace
L’armée de l’air et l’espace.

Tout en sachant qu’il ne crée rien puisqu’il existe un commandement inter armes de l’espace, le CIAE.
Cependant l’annonce en propagande ce fait tweet d’Emmanuel Macron à minuit, et sa première révélation d’ambition fut à l’Hôtel de Brienne puisqu’ il est de tradition que le chef de l’État y soit la veille du 14 juillet pour honorer l’armée. Tout un symbole !
Le 14 juillet sera-t-il en parade Star Wars ?

La Paix, quel sens peut-elle avoir ?


La puissance des politiques a toujours mené au chaos.
On parle d’écologie alors que l’espace, lui-même, est devenu une compétitivité. Ce n’est pas une bonne nouvelle de concevoir l’ humanité contre elle-même dans un délire permanent qui vaudra encore des milliards d’investissements .

Quel programme !

La surveillance de l’espace n’est pas une nouveauté. Ce n’est certainement pas Emmanuel Macron qui l’a inventé. Il en fait simplement une surabondance de lui-même.

Aujourd’hui, la Chine, la Russie, les États-Unis, le Japon ont cette conquête de l’espace et l’investissement de créer une base militaire sur une autre planète. Celle retenue est Mars.

Pour des scientifiques, c’est clair, la terre est trop petite et polluée, en proie à un temps où l’être humain se conçoit dans une philosophie de l’auto destruction.

En France, en ce mois de Juillet, le temps n’est pas à l’insouciance des vacances, il est à celui des expulsions, des radiations pôle emploi, des contrôles CAF. Il en est un arbitraire qui détruit des familles. Qui évince des gens, les rendant coupable de vivre sans correspondre à un système de rentabilité, de compétitivité. Il faut être formaté, devenir un outil de production. C’est l’anéantissement de l’art qui fut toujours considéré comme l’inutile ou le commerce de sa production.

Un long dédale de siècles où l’important de la construction d’une civilisation se faisait essentiellement par la guerre.

Les paroles politiques aboutissaient aux champs de bataille, à devoir construire une armée toujours plus puissante pour dominer et non protéger.

Les morts étaient toujours, les civils sacrifiés. Nos vies n’ont elles de raison que la folie politique ?

Cela est la réalité sur Terre.

Ce n’est un symbole de paix qui y règne. Même si l’extraordinaire est d’avoir établi 75 ans de Paix en Europe.

La Paix serait-elle en danger ?

La Terre se situe dans l’espace. Elle y est une île. Une île symbole de vie par sa véritable existence qui s’y déploie.

Pourtant, l’être humain a été capable d’y inventer l’absurde de la guerre.

Il nous revient à la face telle une fatalité inévitable.

Copieux sur un piédestal, il s’annonce dans un grand fatras d’annonce grandiose, et dans ce que nous avons inventé et nommé République, vient cet inconsidérable esprit de guerre parmi lequel on tire l’idée du maintien de la paix par un instinct de protection. Nous nous protégeons de notre propre humanité en préparant la guerre.

Une Paix demande pour son équilibre le maintien d’une idée de guerre. Les plateaux opposés d’une même balance comme une impossibilité de s’en sauver. Les préceptes romains sont restés nôtres et une technologie avancée leur donne un relief différent aux dangers destructeurs plus amples.

La Paix est fragile et la puissance de la conquête de l’espace à besoin de la Terre pour terrain d’expérimentation.

La robotique, l’IA seront en premier à ce service. Cela est déjà et ne fera que s’amplifier. Tandis que nous parlons de transition énergétique, le nucléaire deviendra la force première et le futur qui se conçoit aujourd’hui sera le commencement d’une interprétation de l’homme occupant une autre planète.

La pauvreté ne sera pas anéantie, elle sera au contraire amplifiée.

Les gouvernements sont sur une conquête spatiale qui coûte une fortune qui dépasse l’idée de dette !

L’investissement est à cette ampleur et non pour l’humain.

Demain, nous seront tous des réfugiés et la Terre sera notre isolement.

Le futur est ailleurs.

Une dominantion de l’espace veut être à son apogée.

L’œil humain propage son propre reflet, l’image de l’homme dans l’univers nous est une évidence et notre cerveau y représente un visage humain.

Nous sommes depuis le premier instant présent dans l’univers. C’est sa dimension qui nous est inaccessible.

Nous ne pouvons l’envisager que dans un rapport de force et notre ennemi est nous même.

Il n’y aura pas de rencontre avec une autre civilisation sur une autre planète, la rencontre sera perpétuellement avec notre humanité face à son mystère.

©Fédora Hélène

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s