GRETA THUNBERG LAURÉATE DU PRIX LIBERTÉ

GRETA THUNBERG : LAURÉATE 2019 DU PRIX LIBERTÉ NORMANDIE

Greta Thunberg, première lauréate du Prix Liberté, initié par la Région Normandie, qui est sous l’impulsion de son Président Hervé Morin , le fer de lance du « Manifeste Normandie pour la Paix », signé en présence du Dr Denis Mukwege, Prix Nobel de la Paix 2018, durant le Forum Mondial Normandie pour la Paix début juin.
C’est dans cette enceinte historique de l’Abbaye aux Dames de Caen, qu’il s’y déroulait, et qui accueille, Greta Thunberg, ce dimanche 21 juillet, entourés de vétérans de 1944, parrains du Prix Liberté.
Greta Thunberg, déclarant être « très honorée et reconnaissante de recevoir le Prix Liberté» qui pour elle est «celui de tout le mouvement #FridaysForFuture car nous avons fait cela ensemble», annonçait faire don des 25 000 euros issus de son Prix à quatre ONG luttant «pour la justice climatique et aidant des habitants du Sud de la planète qui sont déjà affectés par l’urgence climatique et écologique.»
CARE qui s’engage pour venir en aide aux femmes dans les pays du Sud souffrant du réchauffement climatique. Greenpeace international, The Adaptation Fund (Fonds d’adaptation au changement climatique) et 350.org s’opposant à l’industrie des combustiles fossiles.

Le Trophée du Prix Liberté de la région Normandie 

Le Prix Liberté s’inscrit dans un partenariat avec l’Institut international des droits de l’Homme et de la Paix, les Académies de Normandie, le réseau Canopé et Ouest France.
C’est un jury international réunissant 30 jeunes de 15 à 25 ans, composés de 12 jeunes internationaux, de nationaux dont 11 jeunes Normands, qui sélectionnent lors d’une réunion à Caen trois finalistes.
Puis le vote numérique est ouvert à tous jeunes de la même tranche d’âge et de toutes nationalités.

Greta Thunberg :  Prix Liberté 2019

Élue pour la première édition du prix, Greta Thunberg, lycéenne suédoise de 16 ans, est le jeune symbole de la lutte pour une prise de conscience des États et par chacun d’entre nous de l’urgence climatique et écologique.
Elle s’est exprimée lors de la COP24 en décembre 2018 en Pologne, et au Forum de Davos se déroulant en Suisse début 2019.
Mais la pierre angulaire de son combat est la grève de l’école qu’elle observe tous les vendredis, appelés «skolstrejk för klimatet», se rendant devant le Parlement de Stockholm pour manifester.
YAK (Yacine Ait Kaci), artiste Français, Président du jury du Prix Liberté 2019, «très impressionné» par «ce que porte (Greta Thunberg) le poids gigantesque» que peut représenter la combat pour la planète, demandait aux 2000 personnes présentes pour cet évènement, à propos du #FridaysForFuture  « qui parmi vous est prêt à poser une jounée, à faire la grève pour le climat ?»
Car il s’agit bien d’une prise de conscience de nous tous qui peut conduire à une action pour comme le rappelle Greta Thunberg «sauver des vies».
Et Greta Thunberg invite les jeunes de sa génération à s’interresser à l’urgence climatique, à en parler à leurs parents, à continuer à vouloir comprendre ce qui se passe pour notre plannète.

Tout le combat pour la planète est bien le combat pour la vie.

SAUVER DES VIES 

le Président de la région Normandie, Hervé Morin, qui remettait le Prix Liberté à Greta Thunberg, souligne ce qui est «Probablement devant nous l’un des plus grands défis de l’humanité depuis son existence, celui de ne pas créer les conditions de sa propre destruction.»
Une réalité, la destabilisation du climat, de la biodiversité par la productivité humaine  impactent directement sur la vie et Greta Thunberg cite ces chiffres «Selon WHO (Wordl Health Organization), 1/4 de toutes les morts seront dûs à la à la pollulution humaine et aux dommages  environnementaux. 7 millions de personnes meurent tous les ans à cause de la pollution de l’air.»
La jeune militante déplore le manque d’actions fortes des États «C’est un silence qui règne» dit-elle malgré le dernier rapport d’IPCC ( Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat) de 2018, qu’elle cite, et qui indique «les trajectoires d’émissions de gaz à effet de serre à suivre pour limiter le réchauffementà 1,5°C, dans le cadre plus général du dévellopement durable et de l’éradication de la pauvreté.»
Greta Thunberg souligne  que si nous agissons,  nous avons  «70% de chances pour rester sous les 1,5 degrés Celcius.»
Ce qui permet de sauver des vies.
Un constat que ne remet pas en cause Emmanuel Macron qui déclarait «Le rapport de #GIEC le prouve scientifiquement : nous avons toutes les cartes en main pour lutter contre le réchauffement climatique. Mais il faut que tout le monde agisse maintenant.»
Effectivement, au delà des actions militantes que des ONG effectuent pour que l’on parle plus des conséquences graves de l’instable que subit notre planète aujourd’hui, il est nécessaire de penser une économie différente d’un système de compététivité.
Ce qui remet en cause les politiques capitalistes, qui ne semblent pas prêtes à agir en profondeur contre la première nécessité pour la vie et son équilibre, anéantir la pauvreté.
Si nous sommes dans un système qui la perpétue et voire l’augmente, nous ne pourrons résoudre la problématique du réchauffement climatique avec les clés qui le causent …
Des clés économiques, et la Normandie lors du Forum Mondial Normandie pour la Paix, invitait l’économiste, Jean Hervé Lorenzi, (que citait Liberterra dans son article « Forum Mondial Normandie pour la Paix ») qui démontre la gravité du changement climatique, se prouvant également par ses exigences économiques qu’il faut engager pour y répondre et le freiner. C’est en effet un investissement de «2 500 milliards de dollars» qui sont nécessaires selon lui pour réaliser la transition écologique.

UNE URGENCE EN CONSCIENCE 

Greta Thunberg rend hommage aux vétérans qui l’accompagnent en ce jour, Charles Norman Shay, Américain, qui débarqua à l’âge de 20 ans, sur la plage d’Omaha Beach, le 6 juin 1944, et de Léo Gautier, âgé, aujourd’hui, de 97 ans, qui déquarqua le 6 juin 1944 à Sword Beach et qui participa à la libération de Ouistreham .
La lycéenne suédoise, souligne que rien ne peut être entrepris sans «démocraties et surtout sans liberté» et tend à insister sur ses valeurs pour lesquelles les vétérans se sont battus sachant rendre «l’impossible possible»
Greta Thunberg déclare également «Le moins que l’on puisse faire pour eux est d’arrêter de détruire le monde pour lequel ils se sont battus et ce pour nous.»
Puis de conclure, «Nous le devons pour eux, pour les prochaines générations et nous le devons pour nous.» 
Une crise climatique qui engage notre civilisation et qui exige de nous une évolution pour une transformation de notre conception de société.
Un tout, la planète et nous, et une alerte que Greta Thunberg et des ONG sonnent, et qui paraît incontestable, pour elle, qui le martèle, lors de ces déplacements internationaux et ici en Normandie, où pour elle, ces valeurs pour la vie sont, par son histoire, « Valeurs que les personnes en Normandie connaissent peut-être mieux que d’autres».
Une urgence en conscience et Greta Thunberg le déclare «À l’avenir, la crise climatique va sans doute être la cause de nombreux conflits et guerres. Elle menace la civilisation entière.»

L’avenir étant devant nous, la chance extraordinaire que nous offre notre époque de concevoir aussi pour la première fois dans l’histoire de notre humanité, une société de bientrance, anéantissant la pauvreté, pour sauver la Terre donc des vies et nos vies, nous tend la main.
À nous tous de la saisir.

PRÉSENCE DE GRETA THUNBERG À L’ASSEMBLÉE NATIONALE

Mardi 23 juillet, Greta Thunberg se rendra à l’Assemblée nationale. Invitée par un groupe de 162 députés, membres d’un collectif militant pour le climat «Accélerons», la jeune militante de 16 ans viendra partager son combat lors de cette réunion ouverte à tous parlementaires.
S’oppose à cela un député, Guillaume Larrivé, du groupe LR, et invite, lui, à boycotter la venue de Greta Thunberg, qualifiant ce militantisme climatologique de «Gourous apocalyptiques».
Il ouvre la porte de la critique et de la  polémique des batailles qui peuvent opposer politiques, lobbyistes, scientifiques et militants actifs.
Le souci de certains politiques est déjà de ne pas apparaître comme des «militants» en soutenant la thèse de Greta Thunberg et partagée par des organisqations tel que Greenpeace.

Loin des querelles politiques qui auront des conséquences pour l’engagement de l’économie dans une démarche de transition écologique, qui elle aussi, doit trouver un équilibre pour ne pas devenir un lobby écologique.

Un défi qui nous demande certainement de dépasser nos défauts humains pour ne pas être dans une auto-destruction et réveiller nos qualités qui ont permis de construire notre humanité depuis la préhistoire. 
Des millénaires sont derrière nous et faisons qu’ils soient renouvellés par un esprit fortifié par nos expériences et mémoires, qui nous permettrons d’accéder à un monde meilleur, si ensemble nous le voulons et agissons pour le construire.

Yalla !

© Fédora Hélène

Remise du Prix Liberté à Greta Thunberg
©Liberterra
Greta Thunberg
© Liberterra

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s