DEMAIN, NOTRE TERRE – GRETA THUNBERG, AURÉLIEN BARRAU, NOUS TOUS UNIR NOTRE VOIX

LberTerra a écrit en accord avec la parole de Greta Thunberg et d’Aurélien Barrau

Que se soit nous tous, des scientifiques de renom et de qualité comme l’est Aurelien Barrau, que ce soit la multitude de jeunes formidables, ou de la voix de Greta Thunberg, avons-nous une chance de croire que ne s’exprime pas actuellement la parabole « Prêcher dans le désert »?

Si le cas était et que nos mots soient fracassés contre les murs interminables de ceux ne voulant céder la place à la raison de vivre, à la force de comprendre la dimension du sens de vivre, de lui donner, de lui accorder enfin l’ampleur de sa richesse, nous risquons de connaître un combat venant de nos fondements primordiaux de nos créations de civilisations, notre humanité contre elle-même.

Les enfants demandent que de vivre, que l’anéantissement de la pauvreté soit pour la pérennité de leur existence et qu’ils puissent transmettre à leur tour.

La jeune génération hérite d’un système auto-destructeur et quel adulte a véritablement l’intention de s’en séparer pour laisser aux enfants le droit à la plénitude de leur vie ?

Les consciences en souffrance

Ceux de la génération des 40-50 ans traînent le lourd fardeau de la société de loisirs et de sur consommation élaborée par le système de l’argent exclusif des politiques d’alors. Celui-ci n’a cessé de devenir de plus en plus envahissant.

L’industrie est devenue en sur développement. Puis, il est fait dans nos pays riches, les conditions de vie améliorées de la classe ouvrière faisaient perdre de l’argent au système.

Les financiers et lobbies ont dû alors chercher la pauvreté ailleurs pour la mettre à leur service de rentabilité.

Ils ont contraint les populations des pays pauvres à devenir les outils de production.

L’être humain-outil d’une économie en recherche constante de profits sans conscience pour l’ humain.

Elle le sera aussi pour la nature qu’elle exploite sans respect.

La vie devient alors très vite un produit qui peut rapporter beaucoup d’argent.

Publicité, tu nous mens

Nous sommes aujourd’hui dans une société publicitaire qui étudie les émotions humaines par les progrès des neurosciences pour dominer la pensée et mémoire collectives.
Un système redoutable et sournois qui se loge dans le cerveau et répond aux signaux mis volontairement en éveil par le support publicitaire comme l’addiction /récompense.

La publicité, c’est énormément d’argent.
Les campagnes politiques se font ainsi depuis des décennies et se perfectionnent au rythme des progrès technologiques.

Les réseaux sociaux sont des sites publicitaires comme le sont aussi les supports de presse.

On vend. On vend tout.

On vend de l’information, on vend un candidat aux élections, on vend des armes donc des conflits, on vend de la compétitivité donc de l’industrie polluante et toujours allant vers le plus extrême. La société parle en milliards de dollars.
Tout devient incontrôlable et bien au delà de ce que l’on peut maîtriser.
La catastrophe industrielle récente à Rouen démontre cet instable.
Et, l’instabilité détruit sans que l’on puisse en mesurer, comprendre et maîtriser l’ampleur.

Les conséquences sur le long terme qui seront d’autant plus d’obstacles.

Les catastrophes coûtent de plus en plus chères et sont la faille d’un système économique se voulant dominant sur tout et irréversible donc en constante croissance donc en constante destruction.

Les catastrophes industrielles, humaines et naturelles qui en résultent sont son aboutissement fatal, l’effondrement.

Argent «miroir miroir dis-moi que je suis le plus grand !»

Aujourd’hui, la richesse d’argent nous paraît très puissante et les riches de plus en plus riches et bien dans ce système qui crée l’inversion, il faut regarder sa réalité en retournant le tableau.

Notre système économique est en train de s’effondrer.

Les plus pauvres, les plus vulnérables le vivront de plein fouet et devront compter sur leur union pour faire bloc comme le suggère Greta Thunberg en appelant tous les jeunes à se mobiliser.

Les riches s’appuient sur leurs acquis et expansions actuelles en engrangeant au maximum tout en sachant que beaucoup de leurs bulles de richesse sont de l’air virtuel.

Le numérique domine les financiers et en attendant ils font semblant de danser pour continuer leur éphémère ascencion.

Greta Thunberg alerte comme le fait Aurelien Barrau mais « il n’est pire sourd que celui qui ne veut pas entendre »

Nos sociétés qui ont fait de l’argent un moteur et de la liberté un confort, n’ont plus conscience de la chance de vivre.

©Fédora Hélène

Texte de Aurélien Barrau

“Je crois réellement que ceux qui nous dirigent n’ont absolument pas compris l’ampleur du problème. Ils sont totalement à côté de la plaque. Ils pensent que de petits ajustements, de petits gestes, de petites choses pourront venir à bout du problème alors que nous sommes face à une crise existentielle majeure. Les quelques députés frondeurs devraient comprendre que la science, le sérieux, la raison sont précisément du côté de Greta. Je trouve leur attitude scandaleuse et même indigne. On sait depuis 40 ans que nous sommes dans une situation critique. Tous ceux qui s’y intéressent le savent. 15 000 scientifiques ont alerté sur la gravité de situation. Rien n’a été fait. Les experts internationaux alertent, rien n’est fait, et là, ils s’indignent du fait qu’une jeune femme vienne précisément relayer ce message ?! Soyons bien clairs, la Science est du côté de Greta.” Aurélien Barrau

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s