La liberté d’écrire : les écritures de notre humanité

Encourager l’écriture, la poésie, c’est une belle histoire de vie.

Sortir de nos tiroirs, laisser libres les lignes écrites, pour que vive une réalité d’un peu de notre humanité.

Partager, tout simplement, avec sincérité, loin des doutes et des autorités d’un système qui ne juge bon que ce qui est un produit et le conditionne en un ordre numérique .

Savoir compter était la première faculté de l’homme.
Puis il a inventé l’écriture. Sa première expression fut par le dessin.

C’est par cet art primitif, par cette intelligence spontanée, fondamentale, que l’Homme comprit qu’il était un être humain et non un animal, même si nous sommes profondément liés à tout le vivant qui est sur notre Terre.

L’art, la pensée non mécanique mais intrasèque à notre humanité : on pédale pour avancer, on pense pour vivre.

Puis, on inventa l’écriture musicale.
Le sommet des émotions humaines qui accompagne tous les arts et rêves, toute notre imagination.
Elle donne une dimension fascinante de liberté à l’intelligence humaine qui là sort de tout acte nocif.

La musique peut exprimer toutes émotions sans l’ombre de la violence en un art uni les uns aux autres.

Ils sont notre socle, la pierre qui nous tient humains.
Sans eux, imaginer notre monde serait assez terrifiant. Il n’aurait comme visage que celui que nos consciences voient , l’extinction de la 6 ème espèce qui marquera notre abandon à la cupidité, à l’orgueil de dominer, à cette envie de posséder qui envahit nos intelligences.

Alors pour rejoindre la liberté, lui donner toutes ses chances, on pense art.

On écrit toutes les écritures, celles de l’esprit et du corps.
Un mouvement régénérant, jaillissant d’une force qu’on appelle vie.

L’ écriture musicale devrait être enseignée à l’école.
On prive tous les enfants d’une partie d’eux-mêmes.
D’une écriture libre, d’un savoir pour exprimer leur liberté et donc celle d’une société humaine.

Cette liberté pleine et entière que les puissances politiques et économiques ne veulent surtout pas voir naître.
L’argent contraint et des familles ne peuvent donner à leur enfants la chance de l’apprentissage des arts.

Il nous faudrait une école libre où les enfants pourraient apprendre la musique et toutes les écritures.

Et ainsi découvrir les mille richesses de leur pensées que peuvent traduire leur main en écrivant.

Les milles dimensions de nos multi cultures à travers les continents. Partager ce lien qui nous uni en une civilisation.

Ce corps et l’esprit.

Des personnes handicapées communiquent avec les yeux, ils peuvent écrire de tant de façon.

Ils ont devancé l’école par leur courage.

Aujourd’hui, les moyens financiers nuisent à la volonté humaine.

La langue des signes, l’apprentissage du braille sont de plus en plus complexes à acquérir car les écoles manquent.

Redonnons vie à nos langages.

Nous sommes une écriture. Une empreinte d’histoire scellée dans la pierre de monuments, d’empreintes gravées sur les murs, cette pierre qui bâtit nos civilisations.

Et, bien produisons, produisons ce qui demeure à l’être humain, sa créativité.

Créons des écoles « ateliers des écritures » pour la liberté des enfants à créer, imaginer et pour tous ceux qui voudraient transmettre, apprendre pour construire un monde de bientrance.

L’écriture a construit notre histoire, par elle, bâtissons notre avenir.

©Fédora Hélène

©Copyright LiberTerra 2019

©Photos LiberTerra 2019

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s