5 Décembre : GRÈVE

La grève est l’expression visible du peuple, l’expression de sa liberté.

Mélenchon est un électoraliste.
Il aurait voulu une marche le samedi dans le but louable que les personnes ne perdent pas une journée de salaire.

Mais, ça n’est pas une grève, cela sort du sens qui a donné l’aura au communisme luttant contre la misère.
Les municipales sont là et les villes de banlieues anciennement communistes se sont embourgeoisées et les usines ont fermé depuis belle lurette !

La journée de grève sera une parmi tant d’autres qui n’empêchera en rien l’ascension du capitalisme.
Un capitalisme qui a fait comprendre aux gens que c’étaient eux les nouveaux esclaves.
Que l’esclavage c’était modernisé et qu’ils étaient des outils de consommations.
Que toute notre consommation qui est fabriquée par des peuples mis en pauvreté, venait à nous prendre au piège et que les occidentaux ne seraient plus si dominants à consommer sans se retourner derrière eux pour regarder la misère à qui ils tournent le dos.
Et, surtout, les bourgeois et leur consommation incessante que rien n’arrête.

À ce propos, l’économie n’a pas été mise en péril par les Gilets jaunes, elle l’a été par le capitalisme lui-même et sa démence tournant en rond dans une dépense continuelle de l’argent, appauvrissant en premier les classes modestes à pauvres.
Qui a les moyens du luxe des centre villes bourgeois des grandes villes ?
Ceux qui à partir le 10 et 15 de mois ne mangent plus normalement ?
Ceux qui ne se chauffent plus l’hiver ?
Le peuple dans la rue n’est pas dans les boutiques aux prix élevés.
Il est à sa carte de consommation dans les hypers marchés les ruinant à crédit.

Les bourgeois ont tout loisir de consommer en masse à n’importe quel moment, y compris par la nouvelle économie par internet qui étonnement est passée sous silence.

Puis, depuis longtemps, quand macron écolier jouait ado à l’acteur, le capitalisme a tué les petits ateliers et créateurs qui pouvaient exprimer leurs arts.
Ces métiers ont presque disparus et maintenant nous avons les chaînes commerciales.
Une pollution massive pour fabriquer des jeans et les transporter dans les différents points de vente occidentaux en est l’exemple frappant.

Vers une nouvelle économie

Créer, ouvrir un atelier participatif, contribuer à un emploi partagé entre les savoir faire, transmettre un apprentissage et une consommation saine en donnant vie à une économie locale en démocratie directe n’a jamais été voulu et pourtant elle serait profitable à tous .

Donner naissance à ses ateliers qui étaient et que le capitalisme a fermé étape par étape.

Il suffit d’insuffler une économie participative, alternative où chacun trouverait un sens à faire ensemble .

Loin des arrivistes capitalistes qui n’ont rien fondé

Les jeunes capitalistes et banques ce sont justes glissés dans les bottes de l’ogre passé pour posséder en accéléré.

Les inutiles hauts fonctionnaires les suivant à pas de géant, eux qui dirigent sans connaissances de la réalité des métiers et leurs territoires, se verraient à devoir apprendre un vrai métier en lieu et place de leur emploi nocif si ce système était à l’effondrement.

Les capitalistes n’ont pas d’autre choix que leurs manipulations de crises pour conserver leur statut, tout en appelant à un investissement lourd dans le capitalisme.

Le capitalisme a besoin d’argent, sans lui, il n’est rien.

Le meilleur moyen de descriditer une révolte populaire est d’en provoquer la violence, de démontrer qu’elle fait perdre de l’argent, met en péril, et que le citoyen doit rester un outil docile.
L’homme outil employé à et non plus maître d’art de son métier.
Tout en le contrôlant par le numérique notamment toute la progression des mouvements, de leur pensée, et de déverrouiller certains algorithmes en fonction de l’orientation des manipulations politiques.
Le gouvernement est resté maître et puissant.

Les blessés graves ont payé.

Ils ont moins d’importance que la croissance capitaliste et aucun bourgeois ne manifestera contre sa propre cruauté de continuer à consommer dans l’indifférence d’un monde qui bascule et qui le perdra autant qu’il tient à perdre les autres qui dérangent et contredisent le pouvoir acquis et possèdé par la bourgeoisie dominante.

Vers une nouvelle économie

Ensemble, concevoir, créer, fonder une nouvelle économie participative et en démocratie directe avec ceux qui la produisent et non ceux qui impose un système totalitaire dans la folie de vouloir diriger la vie de plus de 65 millions de personnes.

Bien sur qu’ils sont dans le mensonge comment pourraient-ils faire autrement !

Imaginer pour se révolter contre le capitalisme

Redonner vie à l’art, à l’imaginaire et sa liberté, redonner confiance les uns envers les autres, s’enrichir des savoir et cultures différentes, être dans une communication car c’est le lien fondamental entre les peuples, entre les citoyens de se donner la chance de s’entendre, de se comprendre, de construire ensemble.

C’est un bouleversement qui semble tant impossible, une étape qui pourrait être une transition en paix et non celle mensongère dictée par les lobbies.
Les eco quartiers au bord d’une usine classée seveso par exemple.
Ses cités en béton connectées réservées à une minorité.
Les populations modestes à pauvres seront de plus en plus écartées.

Les vagues migratoires qui sont et seront par le réchauffement climatique et les conflits nous toucheront tous.

Nous sommes déjà les exilés dans notre pays si l’on ne correspond pas à la norme.
Demain, nous le seront encore plus.

Les politiques se mêlent à la grève du 5 décembre, les ronds points doivent reprendre place le 17 novembre.
Tout est dans l’instable permanent et là sur fond d’élections.

D’autant que se presse 2022 et la rivalité macron /le pen en bis repetita.

Alors que la révolution pacifique soit puisqu’elle a commencé.
Nous sommes dans le temps du bouleversement.
Qu’il soit à la chance de la paix et non du capitalisme.

©Fédora Hélène

«Nous voulons manger» 1947

Nous voulons manger sans pesticides. Pas de cancers pour nos enfants 2019

« Unité d’action » 1947

Convergences des luttes – 2019

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s