FONDS EUROPÉENS : LES DROITES S’AFFRONTENT AMÉLIE DE MONCHALIN ET RENAUD MUSELIER – LA DISCORDE

Amélie de Monchalin, Secrétaire d’État aux affaires européennes, suite à son intervention axée sur l’élargissement de l’Union européennes aux pays des Balkans, à bruxelles le 19 novembre 2019 , la secrétaire d’État donnait un entretien dans « les Échos » le 20 novembre portant sur la sous-utilisation des fonds européens par la France.
Amélie de monchalin y exprimait le fait que selon elle «  ces programmes européens sont largement sous-exploités » puisque la france n’a depuis 2014 exploitée que 10 % de son enveloppe de 700 millions d’euros et n’a reçu que 2,2 % de l’argent attendu indique « les Echos » .
Les conséquences sont que la France se situe à l’avant dernière place en Europe, la dernière étant à la Slovaquie annonce les lignes de l’entretient d’Amélie de Montchalin. Et que de ce fait se perpétue un appauvrissement des provinces , des situations économiques intenables pour nombreuses personnes vivant en milieu rural.
Les Gilets jaunes avait dénoncé les conditions de vies de plus en plus complexes, les charges tuant les ménages et une politique catastrosphique ne permettant pas le développement d’entreprises, petits commerces, artisanas, des transports . Relevant même des décisions politiques allant à l’inverse d’une propérité des provinces.
Amélie de Monchalin donne comme raisons de mauvaises utilisations des Fonds européens, premièrement que «  les obstacles administratifs découragent les acteurs locaux de recourir aux aides européennes » ainsi qu’ « un transfert de compétence précipité  » des fonds vers les régions en 2014 suite à la réforme territoriale de François Hollande et développe le fait que les régions se sont retrouvés face à un « manque de ressources humaines, des problèmes informatiques et des contrôles multiques et redondants. »

Paris : Le pouvoir de tête en difficulté

Des Fonds européens particulièrement cruciaux pour le développement économique, social et d’infrastructures, notamment en zones rurales où des diffucltés économiques imposent un appauvrissement avec des pertes d’entreprises, le non aboutissement d’initiatives valorisantes et sources d’emplois par le manque d’investissemnts et aussi par une concentration des pouvoirs par une hierachisation pyramidale exclusive technocratique et gouvernementale maîtrisée par Paris .
Ce que dénoncent nombre de présidents-es de régions qui voudraient plus de pouvoirs aux décideurs locaux connaissant les impératifs économiques, besoins des polpulations locales et de pouvoir au mieux les adapter à leur environnement.
C’est le cas pour le développement de l’agriculture bio qui si elle n’est pas soutenue par Paris l’est par les régions comme celle de Normandie présidée par Hervé Morin.
C’est en effet , annonce la région Normandie par son président Hervé Morin, en soutien à la conversion et maintien de l’agriculture biologique et cofinancé par le Feader, que  » l’Union Européenne est un partenaire majeur en matière de politique agricole au travers de 411 millions d’euros de fonds européens destinés à l’agriculture normande entre 2014 et 2020″ qui permet à des agriculteurs de se convertir au bio ou aux jeunes de pouvoir s’installer.
C’est aussi les barages adiminstratifs qui structure l’État qui mettent souvent un frein aux projets, à leur construction et réalisation dénoncent des acteurs des politiques locales qui souhaitent plus d’indépendances .
Des retards « jusqu’à trois ans » souligne « les Echos » sur la mise en place des fonds demandés pour la réalisation des projets d’associations ou collectivités bloquent de facto les possibiltés d’entreprendre et d’emplois pour les populations .

« Amelie de Monchalin prise en flagrant délit de mensonge  » selon Renaud Muselier.

Une situation qui ne peut être incombée aux régions qui oeuvrent à la prospérité locale selon Renaud Muselier, président du conseil régional de Provence-Alpes – côte d’Azur qui dénonce les propos d’ Amélie de Monchalin qui selon lui ne peut accuser les régions de ne pas promouvoir le développement économique par une sous-utilisation des Fonds européens.
Dans un communiqué de presse, il critique ouvertement les propos de la Secrétaire d’État sur l’utilisation des Fonds européens faite par les régions et déclare « La Secrétaire d’État chargée des Affaires européennes démontre son ignorance complète du sujet  » et ajoute «  les régions sont une solution pas un problème ! ».
Puis, Renaud Muselier développe et affirme « Notre taux de consommation est dans les 10 meilleurs au niveau européen, devant les autres grands pays régionalisés« .
Concernant « un manque de ressources humaines » qu’évoquait la secrétaire d’ État, Renaud Muselier lui oppose que « le budget des régions a dû augmenter de 30 % avec le transfert de gestion et les effectifs sont d’environ 400 équivalents temps plein(ETP), soit presque 10 fois le personnel transféré par l’État.
Concernant le logicel « Osiris » que beaucoup dénonce comme ne fonctionnant pas et inadapté mais imposé par l’ État comme le souligne Renaud Muselier qui déclare «  que même avec le logiciel Osiris extrêmement complexe, les aides agricoles peuvent être désormais payées normalement grâce aux avances accordées par les régions. »
Et, Renaud Muselier de conclure que  » Pendant que la Secrétaire d’État , dans la droite ligne de sa prédécesseure Nathalie Loiseau, pense pouvoir mentir impunément sur ces sujets, nous prouvons au quotidien que l’Europe sert si on sait s’en servir. »
Les têtes locales contre les têtes parisiennes et la population, elle continue de subir une fragilité de son économie.
il serait alors de déciser en démocratie directe et en local donc par les citoyens directement concernés et impactés dans leur vie quotidienne par les décisions des politiques, des investissements judicieux à faire. Puis, il serait de ne pas les concentrer sur les métropoles en laissant en détresse les campagnes environnantes.

La droite s’oppose à la droite


La bataille des chefs de droite incluant les socialistes en marche commence avec la perspective des Assemblées au sujet des Fonds européens de 2021 /2027.
En n’oubliant pas que cette année 2021 verra se dérouler les élections régionales.
Des élections locales déterminantes pour l’enjeu des présidentielles qui se positionnent déjà avec les élections minicipales à venir.
Une France en campagne électorale et ce qui se précipite est la course aux points stratégiques comme peuvent l’être les régions.
Puis, les partis ayant eu un résultat négatif aux européennes comptent sur leur valeur locale pour peser, continuer à exister en démontrant à la population leurs compétences et résultats.
Maintenant, il y a les compromissions établies par les politiques qui peuvent devenir En Marche en un clin d’oeil et même pour certains avec la prouesse de garder en façade l’ étiquette de leur parti !

©LiberTerra2019

©Fédora Hélène

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s