La Machine

Les partis politiques sont des sectes et les institutions fonctionnent comme  telles car elles sont dirigées par ces politiques.
Le pouvoir, les privilèges, l’argent qui céderait sa place ?
L’omerta veille à ce que le pouvoir demeure à ces sectes. Les manipulations y sont de règles. Les prédateurs, il y est un devoir de les protéger car ils maintiennent la violence, donc la souffrance donc le silence. 
Les manipulations, le virtuel des sectes, cet imaginaire nocif du pouvoir. Les duchés toujours actifs aux 21 ème siècle. Le mensonge destructeur construit cette société et sera une violence destructrice. La mémoire traumatique établit le mental de la société. Le bouleversement, tout s’entrechoque.
Un prédateur nuit à tout l’équilibre de la vie. Et, ces prédateurs dirigent la société.
Des médecins, 36 à Caen, plus de 300 en France ont démissionné de leur poste de chefferie. Ils continuent à assurer les soins mais sont en grève administrative en quelque sorte. Ils dénoncent plus d’une décennie de destruction de l’hôpital et disent qu’il faut crier pour être entendu.
Pourtant, ils ne le sont pas. Des vies en danger, des patients décédés et pourtant la secte politique demeure imperturbable, à ses indifférences. Des victimes peuvent être traumatisées, des enfants peuvent être blessés, des malades peuvent décédés dans un couloir des urgences et les prédateurs, les manipulateurs, les mensonges, la violence, le pouvoir sont toujours plus forts, plus renforcés.
L’apparence, le titre, toute cette virtualité qui en réalité n’a aucun sens, aucune existence.

Le silence et savoir qu’il est le seul à donner à toutes victimes le repos et le respect.
Dire et dénoncer pour se heurter aux murs et indifférences, à l’échec des luttes car au final la puissance politique est.
Personne ira sortir un prédateur de son bureau, de son emploi bidon payé par les impôts. Personne.
Il se sait puissant, impuni et il le restera.Tout peut s’écrire et vivre un peu de cette liberté. Vivre encore une souffrance en sachant très bien que tout sera lettre morte. Des milliers de victimes et un pouvoir politique de quelques personnes s’appuyant sur la machine qu’est l’État.
Rien n’a de sens ! On se dit un pays riche et ce sera plus de 3 millions d’enfants pauvres donc plus de trois millions de parents en détresse. Et, comme les chiffres des calculs sont au plus bas, il y a bien évidemment beaucoup plus d’enfants vivant la pauvreté, la peur et les traumatismes de la misère. On a appelé cela : la précarité.
Ils regardent vivre les autres, ceux des sectes politiques qui par leurs mensonges s’achètent tout. Leur bonne conscience, leur respectabilité, leur notabilité, leur cœur, leurs titres, leur droit d’être violent, leur argent. Pendant ce temps les pauvres seront montrés du doigt et insultés.
Mais les assistés par le système corrompu qui se gavent sont eux félicités.
C’est l’exemple de ce prédateur bourgeois, en pleine forme, manipulant, jouant les dépressifs, les malades, les suicidaires, qui aura des arrêts maladie à rallonge, une ADMR  pour faire son ménage pendant qu’il sera à son oisiveté, sa carte bancaire au restaurant, chez le psychiatre, pour ses marques qui l’habillent. Qu’il sera en parfaite forme pour agresser, tenter de violer, se vanter de ses restaurants avec celles qu’il appelle des « bombasses », elles n’ont même plus de prénom. Il passe ses journées à cuver, il est obscène, violent, manipule et est protégé car dans le système des sectes, car prédateur actif du système. Tout se met en place pour son statut de bourgeois en col blanc.
Une personne âgée, une mère isolée, un numéro CAF ne recevront pas le moindre respect. Il n’y aura d’ ADMR, ni de congés maladie, ni de sur protection de L’ État. Il y aura débrouille toi, marche ou crève. Ce même prédateur qui n’a aucun respect de l’humain, des femmes, tous savent qui il est dans son milieu mais l’omerta sera. Pendant ce temps, un féminicide a lieu. Une femme est violée, maltraitée. Un enfant est en souffrance. Des foyers pour l’enfance pris par la violence. Des personnes âgées seront en détresse. La nature peine à respirer. Mais le prédateur restera maître et bénéficiera de tous les privilèges du système. Il paraîtra même comme l’homme parfait si formidable même si tous connaissent sa violence et sa prédation sexuelle.
Mais l’omerta doit être et le pouvoir des sectes politiques doit dominer. Tout cet aberrant, cette négation de la vie, de la liberté pour ériger un pouvoir qui n’existe pas.
Stupide. Le pouvoir politique, de l’économie à toujours vouloir s’enrichir est stupide. Il ne restera que du sable de cette société de béton, de cette civilisation fondée sur l’empire de la guerre. Et, par toute cette violence qui perdure, l’humanité y perdra sa vie. Sa vie qui ne peut être que si la liberté est dans toute sa richesse et son universalité. Les crises humanitaires catastrophiques, le bouleversement du climat, des incendies, la pollution de l’eau, l’homme est en train de détruire l’Alliance de la Terre avec son humanité. Son outil technologique qu’il veut pour dominer, posséder, s’enrichir, tuer plus radipement, plus efficacement, va détruire nos chances de vivre.
L’effondrement des partis politiques et de leurs économies destructrices est à souhaiter. La France est un pays qui vit par l’argent abusif, la cupidité, les milliardaires, des charges lourdes pour la population. Une valeur grandissante de la pauvreté est sous nos yeux. Pourtant, les gens ne se lèveront pas en majorité. Il est un chaos.
Alors qu’une chance extraordinaire par tous les mouvements sociaux et le courage des grévistes existe  et une population qui demeure à subir, à accepter d’être manipulée. Des personnes, en souffrance ont aussi plus envie de se battre pour la liberté. Puis, une majorité s’en fout et continue à consommer.
Le temps s’accélère et la réalité est là. La souffrance construit notre avenir. L’indifférence et la violence que cette souffrance reçoit va emplifier le chaos.
Les prédateurs sont les seigneurs, la civilisation humaine vivra une violence majeure.  La liberté puise à la source de l’amour sa vivacité. Les prédateurs multipliés et leurs outils technologiques auront des conséquences dévastatrices.
 24 millions de personnes en urgence humanitaire au Yémen. Étoile Yémen brille et son message reste au silence. Des millions de pauvres en France et le silence. Des écrits, des mouvements sociaux, et l’indifférence leur fait face. Des associations, des ONG, des partis politiques en masse et la puissance de guerre augmente.
Quand notre civilisation vit sa fin.
Il pourrait être un début mais les prédateurs n’abandonneront pas  leurs richesses, leur pouvoir.
Le prédateur bourgeois restera sur sa chaise en maître. La victime restera en détresse.
Quand l’ordre de ce qui détruit sera bouleversé, la vie ne le sera plus.
En attendant, le bouleversement prend sa force dévastatrice. 
La vie est merveilleuse, un amour y est extraordinaire et l’homme choisit sa démence à vouloir toujours plus s’enrichir. 
La victoire ont détruit mais on est riche ! 

Tout cela nous le savons depuis plus de 20 ans et bien avant de l’écrire. Les luttes, année après année pour que la bientraitance soit et au final ce sont les prédateurs qui gagnent.

Des années à vivre, à donner de l’amour, à prier pour l’espérance et pendant que la faiblesse vivait en souffrance, les prédateurs, eux, ont poussé au grandiose de l’argent, du pouvoir. Il leur a suffit de ne pas respecter la vie. Et, l’on voudrait croire que tous ces hommes qui ont fait du mal en étant conscients et responsables, en le concevant, en y prenant plaisir, en regardant la souffrance détruire, changent, laissent la place et ne profitent pas du système qu’ils ont bâti.

Alors, le chaos est et sera et sa protection est l’indifférence qui ne signifie que l’inhumanité. La négation de la vie, sa manipulation, comme disait Einstein , la vie sera détruite par tous ceux qui laissent faire et non par ceux faisant du mal.

C’est ridicule, n’est-ce pas une femme martyrisée qui se bat pour vivre. ce ridicule , ces indiférences, ces lachetés ont donné un pouvoir formidable à des prédateurs. Une vie en moins , ce n’est rien. Un prédateur en plus, ça fait tout.

Alors, soyez tous heureux car il y a bien des vies en moins et des prédateurs en plus.

Le monde aux psychopathes, quand le néant, contraire de l’amour domine .

Un enfant qui est heureux par la force d’aimer, de vivre de sa mère pendant qu’un prédateur dévaste, saccage une vie. Qui aura la préférence et le bon regard du système, le prédateur. La victime restera humiliée, ridiculisée et sa vie, uniquement au rappel qu’elle est la proie d’un prédateur. La vérité était que sa vie était à la force d’aimer, à l’amour, au sourire des enfants.

Trop tard, 2020, trop tard sonne le glas. les populations ne se lèveront pas. Les prédateurs resteront à leur place à dominer, à détruire. Et la parole libérée, le symbole que la société vole aux victimes qui ont eu la force du témoignage et que le système a oublié, a anéanti, demeure à la peine. La souffrance a un prix, celui du bouleversement. Pour chaque prédateur, est une vie en moins, celle d’une victime, d’un élément de la nature. Et pour l’argent, leur confort, leur cupidité, leurs indifférences, les prédateurs et les indifférents regardent sous leurs yeux, la vie en train de mourir. La voilà la réalité. La voilà cette société criminelle à l’ombre des viols, des féminicides, de la pauvreté, des malades humiliés dans des couloirs d’hôpitaux pendant des heures car l’argent prime, car la folie domine et que le sens du mot vivre n’a plus de valeur, même si partout dans le monde est un mouvement d’espérance qui veut vivre.

Vivre, vivre, ils n’entendent pas ce mot. Ils sont juste bons à faire semblant ou à insulter Greta Thunberg de tous leurs noms de haine. Pendant ce temps, le bouleversement continue, les crises humanitaires s’aggravent, et la nature pleure sans fin ses animaux qui meurent. Un animal a t-il la parole libérée ? Pourtant nous savons qu’il est en souffrance. Les langages de la douleur s’expriment et nous les comprenons même s’ils n’ont pas de voix.

Depuis longtemps, la vie a lancé une bouteille à la mer et supplie d’être sauvée. Les enfants et nous, notre vieillesse, on vivra ce chaos. La pollution de l’eau , de l’air et la douleur de millions de mères, d’enfants ont une voix, elle s’appelle la vie. Sauf que nombreux ne l’entendent pas.

Demain, un autre jour se lèvera et il serait à recommander à tous de laisser l’économie et de regarder la vie, de regarder la nature, de regarder le sourire d’un enfant, de se rappeler que nous sommes vivants.

Quand l’homme devient la machine et la machine remplace l’homme. Un jour, il sera plus utile d’avoir un robot intelligent qu’un humain près de soi. Utile, notre société de l’utile, de l’outil en preformance en dehors de toute humanité. Le même pouvoir auquel aspire les prédateurs, dominer la vie qu’ils haïssent. Le Robocop est devenu le langage courant puisqu’il s’installe en réalité.

Quand l’homme tue Dieu, il s’invente être Dieu.

©Fédora Hélène

Copyright © LiberTerra 2020, Tous droits réservés

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s