Acte 65 – Bordeaux – Tir tendu de LBD sur un manifestant selon une vidéo circulant sur les réseaux sociaux

« On est là  » le chant désormais culte était entonné par plusieurs milliers de manifestants, Place de la Bourse à Bordeaux, ce samedi où une forte mobilisation est au rendez-vous.
Gilets jaunes, mouvements contre un monde capitaliste, tous mobilisés pour un rassemblement solidaire au rythme des tambours.
Les forces de l’ordre bloquent l’entrée du centre-ville et toutes les rues adjacentes y menant . Les manisfestants défilent alors le long des quais.
Les manifestants atteignent la Porte de Bourgogne, fermée elle aussi par les forces de l’ordre. Bordeaux se retrouve ainsi divisé en deux ce samedi par un important dispositif du maintien de l’ordre coupant tous les accès du centre-ville. Les manisfestants poursuivent alors leur marche le long des quais en descendant vers la gare Saint Jean.
Puis, près du conservatoire de Bordeaux, des heurts éclatent avec les forces de l’ordre. Des jets de canette en seraient à l’origine. Des gaz lacrymogènes envahissent l’environnement et confirment l’interdiction pour la manifestation d’accèder au centre-ville. Les street medics interviennent auprès de personnes incommodées par les gaz lacrymogènes dont des personnes handicapées.
Puis, des cris se font entendre, des mouvements de foule important se forment. Une tension se maintient entre les manifestants et les forces de l’ordre.
Des gaz lacrymogènes forment de nouveau un brouillard brûlant, les forces de l’ordre repoussant les manifestants. Bien que ceux-ci ne forcent pas le barrage de police, et se trouvent disperser du fait des effets douloureux des lacrymogènes, les forces de l’ordre relancent des gaz lacrymogènes sur les manifestants . Ceux-ci signalent alors qu’il y a des blessés et que les tirs de gaz de lacrymogènes se font dans l’espace où se ils se trouvent.
Les pompiers interviennent et les manifestants forment un cordon de sécurité pour protéger le blessé qui sera évacuer sous les applaudissements.
Les forces de l’ordre maintiennent leur dispositif et le cortège reprend sa marche le long des quais en direction de la gare. La tension est toujours présente en arrivant à hauteur du musée d’art contemporain.
Des hélicoptères sont alors déployés en milieu d’après-midi et survolent la manifestation.
La Banque, Caisse d’Épargne, sera prise pour cible ainsi qu’un chantier. Les forces de l’ordre lancent alors des gaz lacrymogènes obligeant les manifestants à reculer, tandis que du matériel de chantier continue à voler sur la chaussée.
Durant la manifestation, les médias indépendants Vécu et AB7 Média font également état de « tirs de LBD », durant le déroulement de la manifestation.

Tensions extrèmes

Manifestants et forces de l’ordre se trouvent dans un face à face rue Sainte Catherine à hauteur de la Fram. Les policiers bloquent la progression des manifestants et tentent de les repousser avec notamment des coups de matraque.
C’est alors d’un tir tendu de LBD à bout portant aurait eu lieu sur un manisfestant. On peut visionner celui-ci sur la vidéo de Valentin Stoquer, selon lui.
Le tir de LBD tendu à bout portant est interdit car il est un risque de tuer la personne touchée.
Le rapport du Défenseur des droits le rappelle et recommande au gouvernement français, ainsi que le Conseil de l’Europe le confirme de retirer cette arme des dispositifs du maintien de l’ordre.
Un maintien de l’ordre qui semble dépassé et manquer de professionnalisme pour effectuer un tir tendu à bout portant sur un manifestant.
Les conditions d’utilisation du LBD sont strictes et les différents rapports émanant d’enquêtes approfondies souligent sa dangerosité, les personne qui ont été grièvement blessées ou mutilées par cette arme.
Un tir similaire de LBD à bout portant sur un manifestant avait eu lieu à Paris à proximité de la gare Saint Lazare, le jeudi 9 janvier lors des manifestations contre la réforme des retraites. Le parquet de Paris avait ouvert une enquête le 10 janvier.
Il y a une différence entre un face à face tendu et un réel et éminent danger de mort à l’encontre des forces de l’ordre ou d’un tiers.
L’usage de la force se doit d’être proportionel au danger encouru.

©LiberTerra

Aller plus loin : Le LBD – https://liberterrajournal.com/2020/01/19/violences-politiques-et-policieres-quand-la-cruaute-construit-un-systeme-flash-ball-et-lbd-les-armes-de-la-honte/

Copyright © LiberTerra 2020, Tous droits réservés

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s