Extrême climatique – l’Agence Européenne pour l’Environnement tire le signal d’alarme

Amazonie

Dès 2019, l’Agence Européenne pour l’Environnement publiait son rapport « L’environnement européen – état et perspectives 2020 ».
L’Europe alerte après des études approfondies sur l’urgence climatique qui est l’enjeu de la décennie à venir pour donner une chance à la vie. Des graphismes, études Big Data, courbes sont déployés pour analyser l’ampleur de la crise climatologique et pour pouvoir répondre au mieux au bouleversemment climatique qui nous fait face. Toutes les études confirment que « L’Europe est confrontée à des défis environnementaux sans précédent. » Et, qu’il est désormais primordial pour la décennie qui suit de « transformer les systèmes sociaux clés » dans la totalité des pays et pas uniquement en Europe. Cette nécessité doit être une « action immédiate et concertée » et doit entreprendre le changement radical de nos « modes de consommation et de vie ».
Le rapport émet un avis pessimiste pour que cela soit réalisé pour 2030.

Puis, l’Agence Européenne de l’Environnement a publié lundi 10 février une infographie démontrant le bouleversement climatique et annonce que le choc climatique arrive et ne peut plus être évité. Le point de non retour dont la date est en réalité inmaîtrisable a semble t-il été atteint.
Cette carte annonce que sur la France , l’entrée du tunnel sous la Manche, le port du Havre, le chantier naval de Saint Nazaire, l’île d’Oléron, la Camargue, notamment seront régulièrement sous l’eau.
Notre système économie et politique a provoqué cet instable et également l’esprit de domination, de prédation que LiberTerra dénonce régulièrement.
L’europe émet aussi le fait que nos infrastructures ne sont pas conçues pour résister à un extrême climatique. Le silence pesant, opaque est alors en ce qui concerne les centrales nucléaires. Des questions légitimes se posent et restent sans réponse quant à la viabilité de nos structures anciennes touchées car le déréglement climatique qu’il soit celui provoquant des cyclones ou que ce soit des canicules qui étaient exceptionnelles et qui deviennent habituelles.

amazonie

Que faire pour apaiser le bouleversement ?


Nous pouvons émettre des chances de protéger la vie et non une certitude. Le constat de l’Agence Européenne de l’Environnement est clair trouver les « clés ». Notre système a été construit sur des paramètres très anciens de castes, de richesses et d’acquis par les guerres. Un système mental fondé sur les dominants, les puissants et par conséquent créant la vulnérabilité d’une grande partie de la population sur Terre, puisqu’est le principe dominant/dominé et que l’homme est un loup pour l’homme. Une civilisation qui construit des empires en utilisant la population mise en situation de vulnérabilité comme bête de somme. La vie s’interprête alors avec la constitution de la cruauté comme normalité et plus loin comme légitimité. Si tu veux manger , tu dois accepter un ordre hiérarchique instauré et répondre à ce que la société attend de toi. Le contraire de l’obéissance au système, c’est l’exclusion de celui-ci par notamment une arme redoutable, la pauvreté.
Laquelle est nécessaire au système prédateur qui dicte, que seuls ceux définis comme étant les plus forts peuvent vivre pleinement et que les autres subissent la peine, les difficultés. La pauvreté instaure la peur de souffrir, de manquer du nécessaire vital, de ce qui permet d’être respecté et de ne pas avoir sa dignité brisée.
Ce mental brutal pour être « accepté » par les peuples, a besoin de se reposer sur la notion de culpabilité. En quelque sorte, tu mérites ton malheureux sort et tant pis pour toi si tu es « mal » né . On plonge dans le mensonge destructeur qui inculque à des êtres humains que leur naissance leur imposera un destin de conditions préétablies.
Naître pauvre n’est pas naître libre. Et, pour que tout ce système perdure, il lui est nécessaire d’installer des verrous et là difficile après la mise en place de ceux-ci d’accéder à la clé !

Un progrès qui ne rend pas heureux


Actuellement le progrès n’a pas été pour l’humain mais contre lui. Son interprétation s’est établie avec la pensée archaïque des verrous. Les algorithmes mettent en place des verrous intelligents qui s’ajoutent à un système de labyrinthes empêchant à ceux vulnérables de pouvoir en sortir. Le langage mathématique , premier et intrasèque à l’homme, s’adapte très rapidement à un changement d’ordre et à un blocage de toutes solutions inverses voulant défaire une mise en péril de la justice.
Je peux mettre en place un algorithme sur la base d’une loi et le modifier au grès des besoins du pouvoir sans passer de nouveau par la loi. Sa multiplication systématique à tous les niveaux du pouvoir, le rend incontrôlable par la valeur démocratique et ses calculs resteront opaques. Comme c’est un langage qui s’adapte particulièrement à notre cerveau, il n’est pas difficile alors de les élaborés de manière à ce qu’ils contrôlent nos émotions, manipulent nos pensées. Ce que peut faire les campagnes publicitaires et les stratégies de communications.
C’est un verrou profond qui s’établit emmuré dans un espace où la population n’a pas la possibilité d’avoir les clés. Beaucoup de métiers consistent à être devant un ordinateur et à obéir à un logiciel sans aucune autre possibilité d’actions.
Ce procédé mental heurte la liberté et met en souffrance la société car il est totalement fou de penser contrôler l’humanité par l’outil de l’intelligence artificielle.
La démographie augmentant, un chef d’État qui dirigent des millions d’habitants, décide des conditions économiques sans les subir, est sur tous les fronts politiques et économiques, c’est absurde. Le numérique va alors devenir le maître du jeu et si demain, l’énergie informatique qui est sur un accélération constante s’arrête, les puissants s’écroulent.
Les cyberattaques sont vues comme particulièrement dangereuses par leur malveillance puiqu’elles pertubent l’équilibre de lobbies et des États impactés par un système de guerre numérique. Des investissements lourds sont pour les bloquer d’autant qu’elles étaient de 32 % en augmentation en 2018.
Toute la société prise au piège du numérique et de son accélération qui sera d’autant plus avec la 5 G, génère un impact fort sur le bouleversement.
On ne peut pas entraver la liberté et vouloir sauver la vie. La vie est directement issue de la liberté donc quand elle contrainte, elle s’affaiblie jusqu’ à pouvoir s’éteindre.
Cette accélération de notre économie, produire plus, être sur la compétitivité permanente, prononcer le mot business toutes les secondes, ne peut pas porter un équilibre car ce mental ne respecte pas la vie et se positionne en décalé avec un raisonnement bienveillant et non destructeur.
Un accélération, c’est le média Brut qui veut investir 40 milliards de dollars pour être diffusé aux États-Unis. L’information est devenue un produit publicitaire qui compte en milliards.
Dans ce contexte d’accélération économique dont le moteur est l’argent, l’ Agence européenne pour l’environnement a raison d’être inquiète pour la régularisation du climat pour 2030.
Puis, concernant le zéro carbonne, il peut être mais il va produire pour ce faire, une autre pollution . Premièrement les voitures électriques vont créer une pollution et on peut toujours élaborer d’autres énergies, si nous conservons un monstre économique comme système, non seulement cela ne sera pas efficace mais en plus la Terre devra supporter de nouveaux déchets alors qu’elle est déjà en saturation.

Armement et accélération du bouleversement


Actuellement, les pays sont sur une augmentation importante de leurs armements qui est selon les politiques, nécessaire au maintien de la paix . Des armes possédant une autonomie intelligente leur permettant d’être hors commandement d’un homme sont élaborées et nous voyons apparaître la guerre des drônes. Puis, nous sommes toujours à la fierté de vendre des armes et d’annoncer les millions gagnés pour la richesse du pays vendeur. On maintient la paix en renforçant l’industrie de l’armement, et en fait on aboutit à un basculement contraire à la paix.
La terrible crise humanitaire qui sévit au Yémen, nous prouve la réalité de nos économies guerrières et technologiques mettant l’art de la guerre à son sommet.
Une famine terrifiante est au Yémen et notre progrès oublie de nourrir de paix des populations et au contraire, les affame.
Puis, sont plus de 65 millions de réfugiés à travers le monde, traversant au péril de leur vie, l’océan, une multitude de pays avant de trouver un temps de répit.
Ce système profondément injuste ne pourra pas protéger la vie. De ce fait, le gouvernement français acceptera t-il une transparence sur les ventes d’armes, et de produire moins pour vendre moins ?
En 2019, la France réalise une hausse de 5 % de ses ventes d’armes pour un bénéfice de 9,1 milliards d’euros en 2018.
La vente d’armes en 2018 représente sur le marché mondial, un chiffre d’affaires de 420 milliards de dollars. Sur ce marché, la France occupe la 4 ème place, en tête sont les États-Unis qui réserve 1 % de son budget à la paix.
Nos sociétés construisent-elles un monde pour le rayonnement de la paix ?
Répondons-nous aux exigences pour construire une société capable d’affronter un bouleversement climatique ?

Changement radical de tout notre système

Toute notre société est impactée par un esprit de surprédation. Les hôpitaux publics sont en souffrance, les écoles et les universités sont arrivées au point de saturation de normes et de verrous bloquant la liberté et par cela empêchant l’épanouissement de nos émotions et l’acquis de la confiance. Elles se retrouvent immobilisées par la peur et la douleur, la conscience de devoir fonder une nouvelle civilisation et de savoir que cette compréhension de ce qui est à faire rebondit infiniment contre un mur d’indifférence.
Puis dans ce contexte, les politiques écologistes apparaissent comme des enjeux électoralistes plus que comme étant des réalités puisque les verrous demeurent en place. La clé pour ouvrir la porte de la solution se trouve dans l’expression de la liberté, et de mettre au repos notre économie suicidaire.
Il faut mieux perdre de l’argent, que celui-ci ne soit plus le moteur de notre société et avoir un atout considérable pour protéger notre humanité qui affronte pour la première fois le bouleversement qu’elle a transmis en mémoire de ces actes.
Il serait étonnant que les dominants abandonnent leurs réformes capitalistes et cessent leur folie à vouloir s’enrichir. Il serait surprenant de voir les lobbies réduire leur productivité et ne plus provoquer un appauvrissement de la société et l’épuisement des ressources.
Sauver la biologie végétale en péril, freiner la 6 ème extinction de masse, ne plus permettre la guerre détruisant notre humanité et notre environnement, refuser que des enfants meurent de famine, tout ce progrès précieux à réaliser, pas sûr qu’ils passionnent les puissants.
En france, sont 40 milliardaires et plus de trois millions d’enfants pauvres. Les seuils de calcul sont très bas et ne reflètent pas, par conséquent, la réalité qui est bien au delà des chiffres annoncés. La pauvreté que subissent des enfants, est très humiliante et impacte leur développement, leur indépendance pour construire leur vie future. Actuellement, 700 enfants vivent à la rue à Paris et ce sont 120 millions d’enfants qui vivent à la rue dans le monde, selon le rapport de 2015 de l’Unicef. C’est une violence qu’un système prédateur leur impose et qui est au 21 ème siècle.
Une violence qui bouleverse toute la planète quand la vie est mise en souffrance. S’attaquer au plus vulnérables, à la nature pour toujours s’enrichir, non seulement cela est abjecte mais provoque également une destruction de la vie.
La volonté de surproduire, de tout consommer, de faire de l’humain un produit, d’inverser la valeur de justice en donnant une intense souffrance à ceux vulnérables et en positionnant les puissants manipulateurs en dominants, en agissant ainsi l’homme va détruire son humanité.
Le pire est que cet esprit dominateur, du plus grand, n’existe que dans la folie humaine et ne correspond à aucune réalité sur Terre. Aucune dimension sur Terre porte la valeur de rentabilité, d’argent, de compétitivité. La valeur de la vie est le plus petit que et dans l’Univers, l’être humain est cette valeur. De ce fait quand l’homme détruit le plus vulnérable, il attteint l’équation de la vie qui est l’infiniment petit.

Quand tout ce système a été fabriqué, il y avait une indifférence absolue aux conséquences dramatiques qu’il provoquait. Il répondait à une satisfaction immédiate, à une abondance d’argent rapide, à une accélération des richesses par la création d’un déséquilibre majeur. Des milliards d’animaux précieux tués par l’orgueil d’un système économique stupide. Et, maintenant l’incapacité à l’arrêter car quelqu’uns dominent sur 7 milliards d’êtres humains. C’est la folie humaine suicidaire, la théorie du néant.

Nos cultures et nos forêts impactées par la pollution

Pour consommer au maximum les ressources de notre Terre, ont été étendus du plastique, des pesticides dans la terre. Il est toujours pratiquée une déforestation intensive et les peuples autochtones alertent sans cesse concernant le désatre qui est en train de se produire. le chef Raoni lutte depuis les années 1970 pour préserver la forêt amazonienne et son peuple. Pourtant la biodiversité continue à être menacée et des incendies gigantesques s’accélèrent. Ils le sont également sur le deuxième poumon de la Terre qu’est la forêt en Sibérie.
C’est cet esprit de prédation qui a fait la catastrophe des forêts en Australie en 2019 . L’Australie qui vit une intense sécheresse depuis 3 ans.

L’eau, essentielle à la vie

L’eau est l’élément vivant essentiel pour notre Terre. Les perturbations du fait des polluants et de la fonte des glaces impactent son équation primordiale de vie qui permet à la Terre de se renouveler et de continuer à porter la vie.
Les pesticides ont infiltré des cours d’eau, des rivières et le tout légalement par les épandages de pesticides sur les terres agricoles se trouvant à proximité de sources. L’ONG France Nature Environnement dénonce la disparition de certains cours d’eau des cartes préfectorales, pour selon elle, faciliter l’épandage de pesticides. De plus, l’ONG précise que dans le Gard, se sont 30 % des cours d’eau qui ont disparu des cartes de la préfecture. Pourtant, il existe une loi sur la protection des cours d’eau.


Une pollution connue depuis les années 70.
Nous sommes en 2020, au 21 ème siècle, à vivre une urgence climatique. Nous devons réagir et ne plus être dans le déni. L’Europe et la démocratie peuvent prendre là tout leur sens et rendre possible une résilience par la reconnaissance des enjeux pour la protection de notre Terre, par la volonté de mettre fin au système actuel et nocif à tous ces niveaux. Il est à réaliser des actes forts pour espérer apaiser le bouleversement, car durant des décennies rien n’a été fait pour arrêter la catastrophe.
Tout en sachant que les décisions profondes ne seront certainement pas prise. On produit continuellement avec démesure. Des nouveaux portables sortent constamment sur le marché. Il serait que les consommateurs réagissent et changent leurs habitudes de surconsommation et cela dans tous les pays pour que l’urgence climatique n’avance pas dans les extrêmes nocifs pour la vie.
D’autant que l’économie sera obligatoirement touchée par le coût des tempêtes et cyclones, trenblements de Terre et autres catastrophes. Les populations les plus pauvres sont déjà les plus fortement touchées.
Comment l’Inde, la Chine font pouvoir constituer en urgence la protection de leur population et stopper leur économie tout aussi destructrice puisque le capitalisme est devenu l’universalité.
L’Europe, elle-même n’y est pas préparée alors qu’il est urgence de modifier nos structures économiques et d’ adapter nos villes aux extrêmes climatiques.
L’universalité se doit-être à la réconciliation de l’humanité et elle est actuellement à ce qui met en souffrance. Nous vivons le système de l’inversion et c’est totalement destructeur.

Une chance extraordinaire si nous abandonnons la surconsommation


Faut-il penser qu’il est trop tard, qu’il est évident que l’économie capitaliste ne s’arrêtera pas , que les pays n’ont pas les moyens de constituer une nouvelle économie puisqu’il devrait en premier assumer l’effondrement du capitalisme, que les milliardaires n’accepteront jamais de partager leur fortune pour participer à un changement radical de notre mode de fonctionnement et permettre aux plus pauvres de vivre décemment.
Les plus riches font-il concevoir leur survie sur des champs de pauvreté, de misère en ragardant notre environnement être bouleversé ?
Les milliardaires augmentent leur fortune car les populations riches ne veulent faire aucun sacrifice et elles appelleraient cela un sacrifice que de cesser de consommer pour sauver la vie !
Pourquoi posséder plusieurs voitures, plusieurs propriétés, plusieurs milliards , ça n’a aucun sens, et ne pas concevoir que cet inutile détruit la vie !
Comment produit-on constamment des énormes 4×4, des voitures par millions dans des parcs pour au final générer d’immenses déchetteries ?
Nous retrouvons tous cela sur d’infinies marchandises dans les ports, le camionnage, les avions. Chaque jour, les industries produisent une pollution incalculable qui empoisonne l’être humain et la nature. Nous avons des magazins qui sont principalement constitué par l’univers du plastique, de vêtements très polluants puisque l’industrie du textile est la deuxième plus polluante au monde.
Notre alimentation possède des pesticides, des colorants, convervateurs et faisant le bonheur des taxes sur également les produits de première nécessité pourtant pleins de produits chimiques. La nourriture, l’hygiène, tout fait l’objet d’une taxe, d’un prix pour servir des supermarchés qui sont actuellement des banques, des assurances.

Préparer le futur, c’est créer l’économie locale


Il a été créé en 2017 « Février sans supermarché » pour favoriser l’économie locale et les fermes.

  • Il est en France 1 200 boulangeries qui ferment chaque année
  • Les supermarchés vendent 97 % de notre alimentation
  • depuis les années 1950, 90 % des artisans, petits commerçants qui étaient, ont disparu.
  • Pour trois à cinq emplois qui disparaissent avec la fermeture de petites structures, c’est un seul emploi de créé dans les supermarchés .
    De plus, les emplois des supermarchés et magasins de chaîne sont appelés à disparaitre par l’automatisation de grandes surfaces, l’accélération des drives et des e-commerces même dans le commerce du bio.
    Amazone, c’est jeff Bezos, 131 milliards de dollars en 2018, première fortune devant Bill Gates.
    Face à ce constat, il serait de fonder une économie locale solide et de redonner vie aux petites et moyennes villes au lieu de concentrer une population dans des métropoles ou grandit la pauvreté.
    Redonner un souffle à la création en favorisant les artisans, les ateliers de création ne se suréquipant pas de technologies mais laissant libre l’être humain de créer.
    Dans des souffleries d’art pour la fabrication de flacons de parfum de luxe, il est investi dans un imprimante 3 D et des logiciels Big Data pour remplacer les maîtres d’Art concevant la maquette propre à chaque flacon. Les patrons expliquant les économies de salaires et une productivité accélérée, réalisées par la suppression de salariés, remplacés par une imprimante.
    Mais, la créativité ne perd pas le nord et sont de très nombreux créateurs s’investissant dans une utilisation nouvelle des matières naturelles et dans le recyclage.
    Ce sont les baskets françaises en laine recyclée de chez Ubac, C’est le vêtement artisanal fait main par l’entreprise française Inès Création. C’est l’entreprise Bio Création Bois qui fabrique des meubles pour l’équipement de magasins d’alimentation biologique.
    Un savoir-faire d’artisants voulant évoluer sereinement en développant une activité pérenne avec des valeurs de respect de l’environnement et des autres, en élaborant une création non industrielle, en donnant une liberté à l’imagination allant à la rencontre du consommateur , partageant ensemble une production responsable.
    Il y a une réelle volonté de faire autrement, une envie d’être heureux de créer et non plus d’être un outil consommateur d’une chaîne de production.
    Les agriculteurs sont de plus en plus nombreux à entreprendre des cultures et élevages bio en venant tous d’horizons différents et non plus uniquement étant issus du monde de l’agriculture. Il était 28 725 producteurs d’agriculture biologique en 2015, ils sont 41 623 en 2018.
    Nous pouvons réellement changer la donne et concevoir une société en osmose avec la nature et respectueuse de l’humain.

Quel moteur pour concevoir une nouvelle société ?


L’argent n’étant plus le but, l’humain revient au coeur de la société. Un but pour fonder un 21 ème siècle de paix, anéantir la pauvreté, toutes les violences faites aux plus vulnérables, donner une chance à notre humanité de vivre sereinement, en équilibre en ayant la volonté d’être bienveillante et non destructrice. Une volonté européenne, une volonté de l’Onu, de l’Unicef qui est de donner tout son sens à la vie, sa force et son immensité qui prend sa source dans l’infiniment petit.
Sa source, les enfants, ils sont 3 millions chaque année à mourir de malnutrition. Ce qui fait que toutes les 6 secondes un enfants meurent de faim dans le monde.
Puis, il est ce chiffre catastrophique, dans le monde

  • 154,8 millions d’enfants de moins de 5 ans souffrent de malnutrition aïgue
    L’année cruciale 2020 pour tout changer et fonder une nouvelle civilisation. Un enjeu que l’humanité affronte pour la première fois. Il n’est pas qu’un pays le fasse mais tous. Un bouleversement planétaire est actif et s’est construit par l’intense souffrance de la nature et d’êtres humains subissant la violence, la cruauté de ceux se voulant dominants. La méchanceté qui est une folie consciente suicidaire ne doit pas décider du destin de l’humanité.
    C’est le verbe aimer qui doit tisser les liens qui réuniront la Terre avec l’humanité, ce que les peuples autochtones appellent l’Alliance avec la Terre mère.

© Fédora Hélène
©LiberTerra

Cpyright © LiberTerra 2020, Tous droits réservés

Une réflexion sur “Extrême climatique – l’Agence Européenne pour l’Environnement tire le signal d’alarme

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s