Agnès Buzyn se présente à la mairie de Paris

Comment s’échapper du gouvernement en gardant les honneurs ?

Les manipulateurs se piègeant entre eux et usant de leur rapport de force, conflits et réseaux, humiliant ainsi la population par la diffusion constante de leur esprit nocif, ce mental des uns et des autres a mis l’arroseur arrosé, Griveaux en chaos technique, laissant la place LREM libre pour candidater à l’élection convoîtée à la mairie de Paris.
Agnès Buzyn saisit cette occasion pour être la nouvelle candidate LREM à la mairie de Paris, investie par la commission d’investure du parti présidentiel. Agnès Buzyn qui ne manque pas d’affirmer « J’y vais pour gagner ». Quittant le gouvernement en pleine crise grave de l’hôpital et pendant la crise sanitaire du coronavirus.

Une indifférence supplémentaire lancée au visage du mouvement de lutte pour défendre l’hôpital public

Le 14 février dernier, le mouvement du CHU de Caen pour défendre l’hôpital public illuminait la façade de celui-ci avec un immense coeur, ne se doutant pas de ce qui tramait dans les couloirs feutrés de l’Elysée.
Les soignants, médecins, chefs de services dénoncent depuis des mois de lutte, les dégradations des conditions de travail pour l’ensemble des personnels soignants, des conséquences graves de la politique du gouvernement à l’égard de l’hôpital public, ils dénoncent également, régulièrement, le mépris et l’indifférence qu’ils reçoivent de la part d’Agnès Buzyn provoquant la colère des soignants qui n’ont qu’un but sauver l’hôpital public donc sauver des vies.
Une colère légitime qu’ils ont exprimé le 14 février dernier sur la façade du CHU de Caen, en un message de paix, leur volonté, l’humain doit être au coeur des décisions politiques, qui doivent elles-mêmes avoir coeur de protéger le bien être et la sécurité de la population.
Pour ce faire, la santé est le devoir premier à respecter car elle engage la vie, et Agnès Buzyn aurait dû avoir à coeur de réaliser sa mission qui se devait d’ être à l’écoute, à l’attention portée aux malades et aux personnes veillant à leur prodiguer les meilleurs soins pour les soigner, les guérir. Par cet essentiel, cette conscience ouverte, il était de réaliser pour l’hôpital public, non les glaçants rapports établissant l’hôpital en plan financier de gains, de valeur d’argent, de rentabilité mais bien en valeur de vie et uniquement elle.
C’est à l’hôpital que le vertueux de la politique en respect de la démocratie et de la population aurait dû s’exercer.
Mais, tel ne fut pas le cas et les personnels soignants, motivés depuis tous ces mois d’actions et de manifestations, peuvent constater une fois de plus l’indifférence du gouvernement.
Agnès Buzyn abandonne l’épine qu’elle avait dans le pied, et Emmanuel Macron confirme ses réformes en coupant l’herbe sous le pied, pense t-il peut-être, au mouvement protestataire qui le 13 janvier dernier avait pris un nouvel élan avec « un geste politique très fort, un acte grave et ultime », expliquaient les démissionnaires, plus de 1 000 chefs de services avaient adressé une lettre à Agnès Buzin menaçant de démissionner de leur poste administratif.
La ministre de la santé d’une certaine façon leur répond, elle n’ira pas au bout de ce qui aurait dû lui paraître crucial, surtout en tant que médecin, améliorer grandement les conditions de vie de l’hôpital public car il reçoit en priorité ceux vulnérables.
« J’y vais, j’en ai envie » déclare Agnès Buzyn à propos de sa candidature à la mairie de Paris, bien aise à elle , nous aurions souhaité qu’elle est envie d’un hôpital public fort pour accueilir au mieux les malades et sauver des vies. Nous aurions souhaité que par des actes politiques forts, la souffrance au travail soit anéantie et ne conduise plus des personnes au suicide.
Le gouvernement assure qu’Agnès Buzyn sera très prochainement remplacée, au grès du vent des manipulations politiques. L’hôpital public, le courage des personnels soignants et des malades ne méritent pas un tel traitement.
Quand quelque chose tient sincèrement à coeur, on va jusqu’au bout surtout quand ce combat concerne la vie.
Là en quelque sorte, elle démissionne à condition de, le choix de la reine !
Sauver l’hôpital public de l’injuste de l’argent, de la folie suicidaire de sa valeur est et restera primordial pour des millions de citoyen-nes.


©LiberTerra
©Fédora Hélène

Copyright ©LiberTerra 2020, Tous droits réservés

Une réflexion sur “Agnès Buzyn se présente à la mairie de Paris

  1. Panique au sommet de l’Etat:M.Grivois avec l’aide de son bras droit M.Son-Forget a diffusé sur des réseaux sociaux des images/vidéos pouvant être diversement appréciées.La dream team a toujours un tour dans son sac pour se montrer à son avantage.Branle-bas de combat :en pleine crise du coronavirus,la ministre de la santé qui ignore tout des campagnes électorales se lance au pied levé à la conquête de la ville de Paris.Ainsi,en macronie,exhibitionnistes,plaisantins,fantaisistes et ambianceurs se succèdent en improvisant,au jour le jour,sur un rythme endiablé :le spectacle est garanti !

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s