Attentat en Allemagne – La haine raciste tue

Le choc

Le mercredi 19 février 2020, restera le jour du choc. Le choc de la haine qui n’en finit pas, celle qu’on voudrait anéantir sans attendre qu’elle fasse toujours et encore cet horrible mal.

Mercredi 19 février vers 22 heures, la ville de Haneau près de Francfort en Allemagne, vit le choc qu’impose la haine, son bruit, ces tirs fous qui sont contre deux bars à chicha et qui tuent neuf personnes. Hanau, multiculturelle, forte de 90 000 habitants vit en paix, riche de ce chacun de nous avec nos différences capables de nous respecter, de nous aimer. Mais, la haine démente et jalouse ne supporte pas la vie, et n’a de cesse de détruire tout ce qui nous uni, nous solidarise, notre humanité, un même corps, un cœur qui bat, une volonté de vivre en fraternité dans une universalité.

C’est la haine raciste qui a tué à Hanau mercredi 19 février.

Un homme de 43 ans armé de sa haine d’extrême droite attaque deux bars essentiellement fréquentés par la communauté Kurde. Il tire et tue neuf personnes. Une d’extrême droite qui se fait de plus plus menaçante et inquiétante d’année en année. Un poison.

Angela Merkel dans son intervention prononcée depuis la chancellerie, jeudi 20 février condamne cette tuerie « aux motivations xénophobes », et déclare « Le racisme est un poison. La haine est un poison. Ce poison existe dans notre société et il a déjà été responsable de trop de crimes ».

Les habitants de Hanau se sont rassemblés par milliers sur la place centrale de la ville pour rendre hommage aux victimes et témoigner avec force contre l’horreur de la haine raciste. « Nazis raus » (nazis dehors) se faisait entendre d’une voix unanime contre la barbarie raciste. « Nous sommes une ville, nous sommes solidaires », ce précieux que prononce également le Président de la République fédérale d’Allemagne Franck- Waller Steinmeir, « Nous sommes solidaires, nous voulons vivre ensemble et nous le montrons encore et toujours : c’est le remède le plus fort contre la haine. » Un fait juste mais une partie de la population réagit à son message en jugeant que les autorités ne sont pas assez efficaces contre la recrudescence de la violence de l’extrême droite. La Confédération des communautés du Kurdistan en Allemagne accuse également les dirigeants allemands de ne pas « résolument combattre le terrorisme d’extrême droite » et rappelle que parmi les personnes tuées sont « plusieurs victimes d’origine kurde ».

Un attentat aux motivations racistes et dont l’auteur soupçonné a été retrouvé mort

Le Deutsche Welle explique que la police a « réussi à trouver l’adresse du suspect grâce à des témoignages concernant la voiture dans laquelle il a pris la fuite». C’est ainsi que quelques heures après le drame, les forces de l’ordre ont découvert au domicile du suspect à Hanau, son corps sans vie ainsi que celui de sa mère. Une lettre d’aveu et une vidéo ont été trouvé par les forces de l’ordre.

Par ailleurs, le journal Die Zeit révélait jeudi un texte de l’auteur présumé de la tuerie. Puis, selon France Info, par le quotidien Blid , le spécialiste du terrorisme au King’s College de Londres a pu accèder à ces documents, « un manifeste de 24 pages » exprimant une «  haine des étrangers et des non-blancs » comme l’indique Peter Neumann sur Tweeter. Peter Neumann écrit également que l’auteur présumé de ces actes criminels «appelle à l’extermination de divers pays d’Afrique du Nord, du Moyen-Orient et d’Asie centrale. » et « qu’ils justifient son appel à tuer les populations de pays entiers en termes explicitement eugénistes, affirmant que la science prouve que certaines races sont supérieures.» Puis, Peter Neumann ajoute que l’auteur présumé de l’attentat était «quelqu’un qui passe toute la nuit à regarder des vidéos de conspiration sur YouTube», signifiant qu’il s’agirait d’une addition extrêmement novice entre «Extrême droite + incel + ce qui semble être un problème de santé mentale important». Il était également convaincu de la suprématie du peuple allemand et admirait Donald Trump appelant les États-Unis à prendre la tête du combat pour « sauvegarder l’Occcident. ». Puis, Peter Neumann tient à exprimer le « Point important : la maladie mentale et la motivation idéologique ne s’excluent pas mutuellement.« 

Des mouvements d’extrême droite très inquiétants

En 2018, l’Allemagne subissait 9 500 attaques racistes.

En juin 2019, était l’assassinat d’un élu allemand pro-migrants, Walter Lübcke, membre du parti d’Angela Merkel.

En octobre 2019, un extrémiste de droite négationniste avait tenté de faire un attentat contre une synagogue de Halle. N’ayant pu entrer à l’intérieur du lieu religieux, il avait tué une passante et le client d’un restaurant de kebabs et avait diffusé en direct son crime sur internet.

2020, 50 personnes appartenant à des mouvements d’extrême droite et jugés comme étant des « dangers pour la sécurité de l’État » relate France Info, sont actuellement très surveillés par les services de renseignements et de sécurité annonçait ce lundi, le gouvernement allemand.

Des rassemblements dans toute l’Allemagne contre le poison du racisme

L’Allemagne se rassemble pour rendre hommage aux victimes de l’attentat de Hanau et clame haut et fort son refus de l’extrême droite, de toutes haines et du racisme.. À Berlin, la population a formé une chaîne humaine. À Hanau, il était un rassemblement silencieux de plusieurs milliers de personnes en présence du président de la République Frank-Walter Steinmeir qui a lancé à la population « Montrez de la solidarité ! » Les villes de Francfort et de Hambourg virent également des rassemblements spontanés pour dénoncer l’horreur du racisme et être solidaires contre ce fléau.

La presse allemande titre :

Le Tageszeitung titre « Terreur raciste », le Blid Zeitung titre « l’Allemagne vous pleure ». Le quotidien Süddeutsche Zeitung titre « La haine est un poison ».

Le Tagesspiegel de Berlin écrit qu’on «ne peut plus parler, après plusieurs attaques comparables en neuf mois, d’actes isolés. Il ne s’agit pas seulement d’individus psychologiquement instables mais c’est un problème politique.»

Le quotidien de Hambourg écrit « Combien de personnes doivent encore mourir avant que la terreur d’extrême droite soit prise au sérieux ? »

© LiberTerra

Copyright © LiberTerra 2020, Tous droits réservés

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s