COVID 19 – Baccalauréat de Blanquer : un non sens

Les jeunes sont particulièrement, en choc émotionnel, touchés par la pandémie qui sévit. Ils ont  le primordial à penser, la vie.
La réforme brinquebalante de Blanquer, son baccalauréat que les professeurs critiquent et contre lequel ils se sont mobilisés, n’est certainement pas l’important.

Que les jeunes étudient déjà pour ne pas penser qu’à l’inquiétante situation, en étant également inquiets pour leur famille, est une chose, mais ils ne peuvent dans ce contexte préparer un baccalauréant avec sérénité, des cours réels, un environnement favorable.


Des jeunes qui peuvent également être endeuillés. Des jeunes qui ont pu être malades comme est le cas de ce jeune dans la Manche dont lui et ses parents ont été contaminés par le coronavirus et dont les parents ont été particulièrement malades sans être pris en charge par une hospitalisation. Heureusement, leur système immunitaire a résisté. Fièvre, douleurs, quintes de toux, perte de l’odorat et du goût, ce jeune inquiet pour la santé de ses parents et lui-même malade n’a pas eu l’occasion de préparer, continuer ses cours par le biais d’internet. Tous ses amis, eux mêmes inquiets, se tenaient régulièrement au courant de son état de santé et de celui de ses parents.

Voilà, Monsieur Blanquer, les préoccupations actuelles de nombreuses personnes. La santé de leur famille, amis et de leurs concitoyens, la santé des soignants qui sont également impactés par le coronavirus ayant provoqué le décès de 5 médecins à ce jour.

Le manque de respirateur, de tests pour la population, de masques qui sont la base, les modifications très importantes imposées à la constitution, sont des sujets qui sont primordiaux car cela engage la vie de personnes malades et la liberté. Ce qu’évoque le Défenseur des droits, Jacques Toubon.

Les familles, le corps professoral ont déjà suffisamment subi les réformes de Jean-Michel Blanquer. À un moment donné les choses doivent être dites, sa réforme du baccalauréat est inutile et nocive.

La réforme de Blanquer n’a strictement aucune valeur et il serait décent qu’il se taise et qu’il respecte les familles inquiètées, vivant l’épreuve du confinement. La situation n’a nulle besoin d’être encore plus anxiogène.

Le contrôle continu et une réforme ratée. Il serait peut-être temps d’arrêter ce désastre.

Que les chefs d’établissement pensant statistiques pour leur lycée cessent également leur technocratie.

Aujourd’hui, il est une priorité la vie et que puisse être un changement profond de notre société.

Les jeunes ne sont pas des mécaniques et doivent avoir la possibilité de ne pas subir le stress supplémentaire d’un examen qui n’a par la réforme que peu de sens et encore moins en temps de pandémie.

© LiberTerra

Copyright © LiberTerra 2020, Tous droits réservés

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s