Chloroquine – Maintien des mesures concernant ce traitement – Alerte sur l’automédication

Le ministre de la Santé, Olivier véran, maintient le décret publié qui élargit les règles de prescription de l’hydroxychloroquine aux personnes hospitalisées et qui sont sous oxygène.

Ainsi que définit par le décret, le traitement préconisé par le professeur Didier Raoult, peut « être prescrit pour les malades qui sont hospitalisés et oxygéno-dépendants c’est à dire qu’ils ont besoin d’oxygène pour respiré », indique le docteur Jimmy Mohamed sur Europe 1.

Concernant la prescription de ce traitement sans que soit une gravité est perçu par certains scientifiques comme inutile. Pour le docteur Jimmy Mohamed « si vous n’avez aucun critères de gravité il n’y a aucune raison de vous prescrire le plaquénil, et il est inutile de la demander (la chloroquine) à votre médecin et encore moins de vous déplacez chez un pharmacien pour ça »

D’un avis contraire, le professeur Philippe Douste -Blazy considère que la chloroquine est efficace quand la maladie n’est pas encore arrivée à un stade de gravité et qu’il est préférable de prendre ce traitement avant que l’état du malade s’aggrave. Et conseille que soit réalisé avant la prise du traitement un électrocardiogramme .

D’autre part, l’étude faite par le contreversé professeur Raoult qui soulève de vives critiques de la part de la communauté scientifique qui se divise, est jugée insuffisante pour que le traitement à l’hydroxychloroquine soit mis sur le marché.

L’hydroxychloroquine que le professeur Didier Raoult recommande d’associer à des antibiotiques pour qu’il soit d’une redoutable efficacité contre le coronavirus, selon lui.

Il est rappelé que l’automédication est dangereuse et que des personnes pensant avoir les symptômes du coronavirus ont pris en automédication de l’hydroxychloroquine et certains cas de « toxicité de cardiaque » ont été signalés.

L’ARS Nouvelle-Aquitaine lance un message d’alerte le 29 mars et indique « Des cas de toxicité cardiaque ont eté signalés en Nouvelle-Aquitaine suite à des prises en automédication de Plaquenil (hydroxychloroquine) face à des sympôtmes évocateurs du Covid-19, ayant parfois nécessité une hospitalisation en réanimation ».

Ce traitement nécéssite une prescription médicale obligatoire, précise l’ARS Nouvelle-Aquitaine. Et, rappelle que cette molécule peut provoquer des troubles du rythme cardiaque graves pouvant être fatals.

La médiatisation , les polémiques concernant la chloriquine et les inquiètudes légitimes ne doivent pas aboutir à une automédication dangereuse.

© LiberTerra

Le sésame pour tout futur médicament, l’AMM (Autorisation de mise sur le marché)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s