Moscou au premier matin du confinement

Covid 19 – Moscou applique un confinement strict

L’annonce s’est faite, pressante, lundi 30 mars s’applique à Moscou et sa région les mesures d’un confinement strict avec l’accord de l’administration présidentielle mais sous la responsabilité du Maire de Moscou et du Gouverneur de la région de Moscou.

Ce confinement qui sera sous  une surveillance numérique, technologique qui ne laisse aucune sortie possible sans délivrance d’ un laisser-passer special, pose problème pour certains russes qui soulèvent le non respect de l’article 55.3 de la constitution qui stipule que les droits et libertés ne peuvent être contraints à une restriction que par une loi fédérale.

Certains y voient un totalitarisme dangereux  imposé par les élites  lors d’une pandémie . 
En France, le Défenseur des droits, Jacques Toubon, souhaitait le 25 mars  que soit mis en place un débat public sur les libertés suite à l’adoption du projet de  loi urgence sanitaire donnant un cadre légal aux décisions gouvernementales en lien avec l’épidémie. Jacques Toubon déclarait  « Il faut un débat public sur les libertés, l’état de droit, c’est quelque chose qui nous appartient à tous et il ne faut pas le galvaudé sans se poser des questions». Puis, l’ excutif a chargé sans rencontrer d’opposition, un comité de chercheurs et de médecins  « d’accompagner la réflexion des autorités sur l’opportunité de la mise en place d’une stratégie numérique d’identification des personnes ayant été en contact avec des personnes infectées» alors que dans le même temps le gouvernement était incapable d’assumer le nombre nécessaire de tests pour la population, ni le matériel de base tels que les masques, le gel hydroalcoolique dans les hôpitaux. Mais l’engagement d’une surveillance qui fut d’ailleurs par drones à Nice et Marseille, l’utilisation d’un hélicoptère nocturne à vision infrarouge à Nantes pour traquer les sorties de nuit n’ont posé aucun problème comme l’avancée de la mise en place de caméra à reconnaissance faciale qui sont en Russie, Israël, Chine, en Corée du Sud sans que la population n’est pu s’y opposer.
Beaucoup y voit des mesures liberticides  « hors sol » ou non prioritaires.

Ce mardi 31 mars Moscou et sa région soit plus de 16 millions de personnes se réveillent avec de nouvelles restrictions des libertés pour lutter contre le coronavirus et comprendre la puissance des états et les libertés restreintes loin de toute démocratie. 
La surveillance technologique des populations était avant la pandémie, elles viennent d’imposer une surveillance dominante qui par Big Data restera et ce dans de très nombreux pays comme cela sera en France. 

Mais la pandémie interdit tout débat, toutes questions. Les comités scientifiques se livrent batailles concernant les traitements, les millions que représentent la recherche, et les lobbies pharmaceutiques en dominants. Les pouvoirs économiques, quant à eux, mainteinnent une activité permanente pour le travail dit prioritaire , les contrôles de police, et les équilibres bancaires en priorité pour les lobbies et les États riches qui se discutent en milliards de dollars et d’euros . 

Tout est l’absurde et échappe aux populations sous l’imposition d’une angoisse de mort par la pandémie de coronavirus.

© LiberTerra

Copyright © LiberTerra 2020, Tous droits réservés

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s