Covid-19 – Wuhan – La sécurité britannique n’écarte pas la thèse d’un accident de laboratoire

⚠️ Londres pourrait ne pas écarter le fait que le coronavirus, d’origine animale prouvée, serait potentiellement un accident de laboratoire

The Daily Mail  –  4 avril 

Les Britanniques n’écartent pas le fait que le coronavirus, virus issu d’un animal sauvage ,  ait  également échappé à la vigilance d’un laboratoire P4 à Wuhan

Un membre de Cobra, Cabinet Office Briefing Room, dispositif de sécurité en cas de catastrophe. d’attaque mis en place par le gouvernement britannique et dirigé par Boris Johnson, n’écarte pas la possibilité que le coronavirus, d’origine animal, est fuité du laboratoire P4 de Wuhan en Chine, berceau de la pandémie.

Le laboratoire P4 du Wuhan est situé à environ 48 kilomètres du marché aux animaux, et il est un des plus sûr au monde. 

Selon le Daily Mail, Cobra reçoit des documents détaillés et confidentiels des services de sécurité et il déclare que «Il existe une alternative crédible basée sur la nature du virus (d’origine animale). Ce n’est peut être pas un hasard s’il existe ce laboratoire à Wuha

Puis, citant le journal populaire People’s Daily qui en 2018, expose que le laboratoire chinois  « est capable de mener des expériences avec des micro-organismes hautement pathogènes»


Le Daily Mail reprend le fait que « les scientifiques de l’ Institut ont été les premiers à suggérer que le génome du virus était similaire à 96 % à celui que l’on trouve chez les chauve-souris ».


Le Daily Mail évoque que des rapports locaux non vérifiés révélaient que  « des employés de l’Institut ont été asperge de sang, puis ont transmis l’infection à la population locale»


Le Daily Mail évoque également le deuxième laboratoire de Wuhan, le Center for Disease Control qui se situe à 5 kilomètres du marché et qu’il aurait travaillé sur des chauves-souris pour étudier les transmissions du virus corona. 


Le Daily Mail cite le Professeur Richard Ebright du Waksman Institut of Microbiology de l’Université de Rutgers dans le New Jersey, et expert américain en sécurité, qui déclare que « Même si les preuves suggèrent que le Covid-19 n’a pas été créé par l’un des laboratoires de Wuhan, il aurait  facilement pu s’échapper de là  lors de son analyse» 

Le professeur a déclaré avoir vu des preuves que selon les propos publiés dans le Daily Mail, des scientifiques du Center for Disease Control et de l’institut de virologie avaient étudié les virus avec un niveau de sécurité 2 au lieu du niveau 4 recommandé ,  « ce qui ne fournit qu’une protection minimale contre l’infection des employés du laboratoire». 

Le Professeur américain ajoute que  « La collecte de virus, la culture, l’isolement ou l’infection animale  poseraient un risque important d’infection pour un travailleur de laboratoire puis pour le public». 


Le Professeur américain précise que les preuves permettent  «une base pour exclure que le coronavirus est une construction de laboratoire, mais aucune base pour exclure un accident de laboratoire». 

Puis, le Daily Mail cite une étude de l’Université de technologie de Chine méridionale qui a conclu que le Covid 19 était  « probablement originaire du Center for Disease Control – bien que peu de temps après sa publication, le document de recherche a été retiré d’un site de réseautage social pour les scientifiques et les chercheurs » 

Puis remarquant que quand le marché de Wuhan a été fermé en janvier,  « un rapport paru dans le Beijing News identifiant Huang Yanling, chercheur à l’institut de virologie, comme « patient zéro »».


Cette allégation a été dénoncée comme une « fausse information » par l’Institut qui déclare que Huang est en bonne santé, n’a pas le Covid 19 et qu’il a quitté le laboratoire en 2015. 


Shi Zhengli, chercheuse à l’Institut, a déclaré publiquement qu’elle avait  « garantie sur sa propre vie » que la pandémie n’était pas liée au laboratoire. 


Le Daily Mail rappelle que suite à ces démentis,  « Pékin a publié de nouvelles loi qui appellent à une meilleure gestion des virus et des installations pour assurer la « sécurité biologique »». 


Le Daily Mail rappelle qu’en 2004, une fuite d’un laboratoire chinois avait provoqué une épidémie de Sars tuant une personne et infectant 9 autres. 
Le gouvernement chinois avait alors déclaré que la fuite était le résultat d’une  négligence et que les cinq hauts responsables du Centre chinois de contrôle et de prévention avaient été punis. 


© LiberTerra

Copyright © LiberTerra 2020, Tous droits réservés

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s