Vous avez dit solidarité ? Confinement – Verbalisations indignes

Une personne âgée vulnérable verbalisée à quelques mètres de son lieu de confinement

Joëlle, une personne agée, octogénaire, résidant en Bourgogne est venue passer quelques jours à Kerity en Penmarc’h où elle se trouve en vacances depuis le 18 février.

Joêlle explique dans la vidéo réalisé le 23 avril par l’ami l’hébergeant, qu’elle fut prise de cours par le confinement décidé en urgence par Emmanuel Macron et que de ce fait, elle est confinée depuis le 17 mars à Kerity, en Penmarc’h dans le Finistère n’ayant pu rentrer chez elle.

L’ami qui tourne la vidéo précise que Joëlle « est en pleine déprime, qu’elle a des problèmes cardiaques et qu’elle ne va pas bien du tout. »

La personne filmant souligne que « le seul exutoire qu’à Joëlle , c’est la digue qui est là bas. Le seul exutoire. Et l’adjudant de Guilvinec (Finistère) et une gendarmette viennent de mettre à Joëlle une amende de 135 euros »

Puis l’homme poursuit « alors que la police est venue ( le 22 avril) à ma demande hier voir Joëlle car Joëlle ne vas pas bien » et il précise qu’au contraire de comportement de ceux verbalisant « deux gendarmmes sont venus très gentils et l’on résonné pour ne pas partir en Bourgogne » alors que Joëlle souhaitait partir pour rentrer chez elle.

Joëlle qui exprime au début de la vidéo sa détresse « Je suis un peu en déprime parce que je voudrais rentrez chez moi et pas trop en bonne santé non plus, et pour me récompenser on m’a verbalisée de 135 euros que j’ai dit que j’aurais du mal à payer. »

letelegramme rapporte le 24 avril, que le fait qu’elle est été verbalisée car elle aurait voulu rentrer chez elle est Faux.

Mais ce n’est pourtant pas ce qu’indique la vidéo contrairement à ce que semble analyser ce journal.

On comprend que Joëlle a été verbalisée car elle se promenait sur la digue sans attestation.

Et, que l’arbitraire et l’obéissance à des ordres ont prédominé ;

On comprend que l’autorité de l’État communique sans solidarité, sans capacité de partage et de respect avec la population et cela depuis de longues années.

Qu’il est l’ordre prédominant dans toute son absurdité et exagération.

Cette dame vulnérable, qui a ensuite indique letélégramme été prise en charge par les services de la mairie, a pu regagner son domicile en Bourgogne.

La gendarmerie, indique letelegramme, a pris de ses nouvelles en lui indiquant qu’elle pouvait contester l’amende auprès du procureur.

Mais il y a une phrase du Colonnel de gendarmerie qui s’exprime auprès du letelegramme qui demeure choquante :

« Cela illustre que les gendarmes ne font pas de différence entre les jeunes, les vieux, les locaux et les visiteurs » et précisant « l’âge n’exonère pas du confinement » et il indique que trois autres personnes âgées ont été verbalisées ce 23 avril.

Quelques lignes au-dessus, il déclarait « Ils l’ont vue sur la digue et sont allés pour la contrôler. D’emblée, la dame s’est montrée assez vindicative, en refusant de décliner son identité, de donner son adresse et en contestant le bien-fondé des questions des gendarmes »

Il aurait été, puisque cette dame se trouvait seule près de la nature, à respecter sa liberté car le droit de se déplacer est un droit humain fondamental.

À quel moment cette dame âgée mettait sa vie en danger par rapport à la pandémie de coronavirus et mettait la vie d’autrui en danger en étant sur cette digue entourée par la mer ?

À quel moment les « vieux », comme dit ce Colonnel de gendarmerie, doivent obéir à des ordres autoritaires alors qu’ils ne font rien de mal , rien de répréhensible, rien qui met la vie en danger, et qu’étant à la fin de leur existence , ils méritent d’autant plus le respect.

Ils vivent déjà le fait qu’ils sont à la fin de leur vie et savent qu’ils vont mourir et non aller vers leur 20 ans et que leur vie se voit aujourd’hui contrainte à un isolement pour une durée inderterminée.

Ces « vieux » par ailleurs décédés du Covid-19 et dons en souffrant d’une détresse respiratoire abandonnés dans des Epadhs dans une société qui a perdu le sens de l’humain ! Mourir seul en étouffant Mr le Colonnel de gendarmerie car ceux politiques qui ordonnent de verbaliser ont gravement détruit la protection de la santé depuis des années.

Le même colonnel qui semble ne se poser aucune question alors que la pollution de l’air tue chaque année près de 48 000 personnes par an en France et près de 9 millions de personnes chaque année à l’échelle de la planète.

Que la pollution s’inscrivant fortement dans un bouleversement actif fera malheureusement plus de victimes dans les années à venir si des systèmes politiques capitalistes, totalitaires persistent et qu’ils pensent résoudre le problème avec des verbalisations en masse et pour nombreuses indécentes.

Le colonnel devrait verbaliser l’air ou Emmanuel Macron car la France fait l’objet d’une plainte internationale, soutenue par l’Onu et l’Unicef, portée par 15 jeunes et Greta Thunberg .

Mais il est vrai que Castaner est beaucoup plus apte à lutter contre le bouleversement planétaire qui s’impose à notre civilistaion.

Verbaliser sans cesse des gens qui se trouvent en pleine nature, alors que dans les supermarchés et dans les attentes, pour que ceux vulnérables puissent se nourrir par le biais des banques alimentaires, il est tous les jours des personnes en danger comme il sera dans les transports en commun le 11 mai avec des masques en tissu !

On attend les révélations de Édouard Philippe mardi 28 avril .

Puis, concernant la distance d’un mètre que l’on s’entête en France à prôner alors que selon l’étude scientifique de l’Université de Kyoto , il est démontré que la distance de 1 mètre ne protègerait pas.

Par ailleurs , l’Onu réaffirme la nécessité de s’unir sur la recherche médicale pour progresser dans la lutte contre le coronavirus qui est une pandémie, qui va selon les scientifiques perdurer.

Comme il serait louable que la presse française cesse de publier le chiffre relatant le nombre de décès à Wuhan alors que des enquètes très sérieuses mettent celui-ci très fortement en doute.

Les patrouilles confinement

LiberTerra a reçu le témoignage ce dimande 26 avril , de Bertrand, médecin anesthésiste retraité, qui après avoir marché et ayant des problèmes de santé s’est assis sur un banc public dans un village désert du Cotentin (50) pour reprendre des forces.

C’est alors que des gendarmes qui étaient en patrouille confinement, lui ont indiqué qu’il était interdit de s’asseoir et ils lui ont demandé de partir.

Celui-ci leur a expliqué que sa santé nécessitait qu’il fasse une pause en étant assis et les gendarmes sont finalement partis.

Encore un exemple de l’abérration de ce système nocif de surveillance de la population. En sachant que cet ancien médecin anesthésiste a passé plus de 30 ans de sa vie en chirurgie et qu’il maitrise les gestes barrières mieux que toute une compagnie de gendarmerie réunie !

Puis, en tant que médecin-anesthésiste, il sait combien l’hôpital public a été mis en souffrance par tous ces mêmes politiques qui aujourd’hui se permettent d’ordonner.

Puis, il est cette verbalisation par des gendarmes dans le Tarn , concernant une femme âgée de 79 ans qui vienait communiquer avec son mari en fauteuil roulant qui se trouve isolé en Ephad .

Tous les jours à 16 heures, munie d’une attestation, elle venait avec une ardoise , à l’extérieur de la maison de retraite, passer quelques messages à son mari nonagénaire, qui par ailleurs se trouve dans l’incapacité physique d’ouvrir la fenêtre.

Mais la dame âgée sera verbalisée et la préfecture du Tarn, selon l’AFP, a confirmé la légitimité de l’amende pour « non-respect du cordon sanitaire ». Finalement la procédure à l’encontre de la personne âgée a été annulée.

Lors de cette verbalisation, les gendarmes ont expliqué à cette dame qu’elle ne pouvait plus renouveler ses visites à distance de son mari. Sa fille a déclaré à la presse « Depuis, ma mère n’ose même plus sortir de chez elle. D’avoir été chassée comme ça, même si les gendarmes ont été très corrects, ça l’a bouleversée. »

Anna , 81 ans, nous transmet ce message concernant les verbalisations de personnes âgées  : « Ces personnes qui verbalisent ont dû naître dans les choux, car ils n’ont pas de parents ni de grands-parents, il faut les excuser car ils ne savent pas ce que sait d’aimer son prochain »

Nous souhaitons aux donneurs d’ordres et à ceux y obéissant d’avoir un jour la capacité d’aimer.

Comme Madame Macron qui est une personne âgée a de la chance de ne pas à avoir durant ces vieux jours à vivre un confinement en Ehpad, où complètement isolée et à devoir décliner son identité et à être verbalisée si elle sort de son appartement privilégié pour se promener dans l’Élysée.

Il n’est pas de remettre en cause un confinement pour protéger des vies mais l’application qui en est faite par un système de « confinement punition » envers ceux qu’il est censé protéger et qui finalement met en souffrance et détruit d’une autre manière.

Quand sont des gens confinés à la rue, quand il est une grande souffrance en France que subisse des personnes depuis de années et qu’il est un confinement durable par un système cruel qui fait 5 millions d’enfants pauvres en france et que ce même sytème continue à soutenir des entreprises stratégiques polluantes et qui donc mettent la vie en danger.

Ce qui détruit ne sauve pas , Emmanuel Macron.

© LiberTerra

copyright © LiberTerra 2020 Tous droits réservés

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s