Pandémie – Violation du secret médical – L’atout des cercles de pouvoir – la liberté sous cloche , la cruauté en règle

Alerte ⚠ sur la violation du secret médical


Pandémie de mensonges et haute surveillance Big Data et IA

La stupidité de notre système qui détruit la liberté, saccage des vies dans l’omerta, le silence lourd, et ce milieu de bourgeois se prétendant l’unique système possible, celui devant lequel on doit abaisser nos vies.

Un milieu où brillent les « tordus » confient à LiberTerra journalistes et politiques ayant quitté ce milieu.

« Des gens très bien placés, tout blanc, sans reproches, si formidables et la réalité, des vrais pourris. » confie à LiberTerra un ancien journaliste d’investigation 

Nous arrivons à un moment très important où la liberté va perdre pied, la pandémie servant de vecteur pour instaurer une dictature redoutable que le numérique est capable de mette en place.

L’incontestatble vertu de lutter contre un virus et ce qui conçu va gravement impacté la liberté donc ce qui est l’énergie essentielle à la vie.

Des décennies que les mensonges, les paraître, la folie et violence de ce système s’accélèrent.

On ose dire et la souffrance se fait ce terrible silence, cette peur qui humilie et vous répète que votre humanité n’est rien, n’a aucune chance.

Le corps est ce qui mérite le plus grand respect, et pourtant celui-ci devient notre ennemi, celui qui peut porter le virus et nous tuer et tuer ceux qui nous sont proches, ceux qui sont dans notre environnement.

Un corps humain mis sous haute surveillance grâce à Big Data, à l’IA, aux fichiers construits depuis plusieurs années et aux caméras à reconnaissance faciale qui vont être déployées en masse dans le secteur public et privé.

Des fichiers ADN pour tous les bilans effectués par chacun d’entre nous dans les différents laboratoires et répertoriés, classés, hiérarchisés méthodiquement par les algorithmes conçus par des « Start-ups », nom générique, en lien avec les gouvernements, les structures afférant à la santé par l’exceptionnel des méthodes numériques permettant le stockage des informations et leurs analyses pourraient tout à fait exister dans une dimension de contrôle absolu.

Il suffit de solidifier les possibilités en faisant voter une loi sécuritaire sur le terrorisme par exemple pour ensuite évoluer au cœur de celle-ci vers d’autres spectres de contrôles des populations.

L’intérêt public brandi en conscience ouvre la possibilité des actions numériques qui n’auraient alors pas besoin de se constituer en débat démocratique sur la liberté pour être appliquées.

Les systèmes de lois et autorisations sont longs et contraignants et portent à la connaissance même si les lois sont votées en catimini.

Mais la modification des algorithmes permettant d’élargir la captation de données est tout à fait réalisable sans passer par la permission des lois et surtout par les questions que pourraient se poser des OMG ou tout simplement la population.

Tout état d’urgence qui se prolonge par nessécité puis devient une loi organique passe très facilement sous la pression de l’intérêt public apparaîssant comme vertueux et donc incontestable.

Les données sur la santé ou autres n’ont pas attendu la pandémie actuelle pour exister

En 2018 est le Cloud Act, loi fédérale américaine promulguée le 23 mars 2018. Les experts et avocats expliquent que cette loi vise la saisie d’emails, documents et communications électroniques localisés dans les serveurs de sociétés américaines et de leurs filiales à l’étranger.

Une loi qui prévoit également des signatures d’accords entre les administrations américaines et étrangères . Ces accords internationaux entre pays permettent facilement d’accéder à des données d’une « cible » sans que celle-ci en soit informée en captant directement les informations auprès des fournisseurs de services de communication, de traitement et de stockage électroniques des données de communication sans passer par des procédures compliquées des MLAT ou des commissions rogatoires internationales.

L’Union des libertés civiles américaines (ACLU) et l’Electronic Frontier Fondation (EFF), ainsi que d’autres associations de défense des libertés s’opposent fermement à cette loi facilitant la transimisions des données et ayant pour but expliqué, permetre toutes latitudes aux force de police, aux enquêteurs pour être dans l’efficacité et la rapidité lors d’investigations.

La collecte des informations par Big Data serait imossible à réaliser aussi rapidement et en possédant un panel incroyable d’ informations sur une « cible » avec des moyens ordinaires.

Des accords peuvent être signés qu’avec des pays respectueux des droits humains et des principes de démocraties et les demandes de transmissions de données sont censées intervenir que dans le cas d’infractions graves tels que les actes terroristes.

Un accord pourrait être envisageable avec l’Union Européenne dans l’esprit du multilatéralisme au lieu de faire signer un accord avec chaque pays faisant partie de l’Europe. Il serait donc un accord commun de coopération sur les transmissions possibles des données dans l’intérêt public face à une menace ou une attaque. La dominante apparaissant semble être les États-Unis

Nous sommes dans un contexte de guerre car la guerre déplace des millions de dollars et d’euros alors que la paix ne dégage que très peu de moyens. Elle représente 1 % du budget américain.

En France est en 2019, au niveau de la santé, est le programme Healt Data Hub (HDH) qui est l’application de Big Data et de l’IA pour analyser les données de santé à haute échelle au niveau de la population et il serait prévu un stockage des données chez Microsoft Azure, cloud computing public du géant américain fonctionnant sur des centres de données du monde entier.

C’est assez démentiel, et difficile de prendre conscience que chacun de nous avons une identité synthétisée par l’IA évoluant sur les GAFAM (Facebook, Apple, Amazon, Google et Microsoft)

Le réalisable avec ce que capte l’IA d’une personne, son identité sociale, professionnelle, relationnelle, émotionelle et sur les caractéristiques de sa santé physique et mentale ainsi que sur sa sexualité, le tout analysé par Big Bata avec une efficacité et rapidité qu’aucun service de renseignements ne pourraient égaler. Des performances renforcées par l’intervention d’objets connectés tels que les portables ou bracelets connectés. Ils enregistrent des données, géolocalisent et traitent des élements de la santé par les applications notamment utilisées pour le sport, le contrôle du rythme cardiaque entre autres. Les personnes ont déjà intégré d’être suivies sans prendre conscience de l’ampleur que cela prendrait par l’opportunité de la pandémie de coronavirus.

Pandémies et guerres

Dans le cadre d’une armée européenne, si nous évoquons les termes de guerre, Emmanuel Macron déclarait qu’il fallait que l’Europe se protège « à l’égard de la Chine, de la Russie et même des États-Unis » en notant que ces derniers s’était retiré d’un traité de désarmement nucléaire datant des années 80.

Le contexte géo-politique très complexe, les enjeux économiques à leur paroxisme sont bien au delà de ce que nous pouvons envisager, et qui ressort entre les lignes de la crise sanitaire provoquant un état d’urgence, des Conseils de défense répétés.

Revenons à Healt Data Hub, créé officielement par Emmanuel Macron le 31 mars 2019. Lors d’un communiqué Agnès Buzyn alors ministre de la Santé, déclare « le Président a lancé un plan « intelligence artificielle » pour que la France devienne leader dans le domaine » , ajoutant qu’il sera désormais « une base de données médico-administratives exceptionnelle, de nombreux cohortes, registres et données hospitalières, ainsi qu’un écosystème de start-ups dans ces domaines très actifs»

Puis, Agnès Buzyn se veut rassurante lors d’un communiqué et indique « les bases de données dont nous disposons et de faciliter leurs utilisations par de nombreuses équipes de recherche et de développement avec un respect total de la vie privée des usagers des systèmes de santé ».

L’ex ministre de la Santé annonce que « la plateforme technologique sera ouverte et mis à disposition des chercheurs, mais aussi des associations de patients et de citoyens, des institutions, des starts-ups, et des différentes parties prenantes du secteur de la santé. » Tout en précisant « Cette plateforme bénéficie d’un haut degré de sécurité et ne pourra conserver que des données non nominatives ».

Puis, Agnès Buzyn quitte le ministère de la Santé en pleine épidémie de coronavirus et pleure sur les conséquences dramatiques que font gégérer la politique et le numérique ne ressucitera aucune vie prise par la pandémie de coronavirus.

Une pandémie prévisible

Tout était prévisible, les rapports de mission commandés aux scientifiques alertait sur les dangers du bio-terrorisme, sur les virus émergents et sur le fait que le systèmes de santé devait s’équiper d’infrastructures et de recherches capables de répondre à une catastrophe de l’ampleur du coronavirus.

Ce virus s’infiltrant lentement dans les pays, au coeur des populations et les gouverneemnts en attente et réagissant différemment , tout en étant en coordination sur les milliers de milliards d’argent qui surprendront et sortiront si soudainement des banques se positionnant au sommet d’un système pyramidal.

Des milliers de milliards qui non seulement laisseront être la pauvreté, les famines, l’urgence climatique mais qui au delà de cela l’aggraveront .

Le système met au point neutre les puissants lobbies qui continuent une circulation de l’argent car il faut que les veines financières des milliardaires, détenteurs des pouvoirs de la planète dominent.

C’est eux qui lanceraient le feu vert du déconfinement qui ne doit pas provoquer un arrêt jusqu’au mois de juin.

Le capitalisme n’est pas en crise économique, cet enchaînement est pour les populations qui par cette menace accepteront que leurs dorits, leur liberté soient remis en cause par la nécessité de l’intérêt public et pour éviter l’écroulement économique qui serait dramatique. Le Sauveur, les banques et leurs serveurs IA contrôlant les mouvements planétaires de l’argent, des marchés, de vos crédits et des financements des États, de la puissance de gouvernements répondant aux commandements des lobbies militaires, de la recherche spatiale, nucléaire, du contrôle interne des pays , de leurs frontières et connexions marchandes entre les grandes firmes dirigeantes et maintenant un régime politique en place.

Alors que des anciens soient prisonniers dans des Ehpads après que des personnes âgées y sont décédées du coronavirus dans la plus grande cruauté de ce système sur informé et qui d’un coup a ignoré les données des alertes données par les certificats de décès , constats de médecins.

Nous touchons l’horreur du système et que le respect de la vie est à une interprétation machiavélique.

Au début était annoncé la mort des personnes âgées et cela n’inquiètait personne car l’endoctrinement qui fait de l’humain un outil de production , ne concevait pas l’abominable qui était de laisser mourir des personnes sans qu’elles puissent recevoir de soins dignes de la connaissance médicale du 21 ème siècle et des capacités de données si bien vantées par les politiques. Agnès Buzyn peut pleurer, elle est médecin et politique, elle a certainement compris ce qui se passait et il sera de déterminer son niveau de conscience autant que celui d’Emmanuel Macron.

Aujourd’hui, il sera de constater le nombre de familles capables de laisser leurs propres parents prisonniers de ces Ehpads sans volonté de les sortir de cet enfer.

Il va ête temps pour sauver la liberté qui est l’énergie cruciale de la vie d’avoir le courage de dépasser nos peurs et d’affronter les politiques, les puissants et l’État.

Il devra être une absolue paix d’actions pour ne pas devenir la haine et la violence mais il faut se lever et ne plus accepter la cruauté qui elle n’a pas de limité ni de fin.

L’hôpital est laissé en souffrance, les masques ne sont toujours pas pour la population, les personnes sont maintenues sans respect des libertés dans des Ehpads, d’autres sont enfermées dans des hôpitaux psychiatriques pour cause de délires lors du confinement alors que ces mêmes personnes n’avaient aucune pathologie psychiatrique.

Il est des millions de personnes mises en vulnérabilité par une alimentation corrompue par les pesticides, lobbies alimentaires, des millions de personnes, d’enfants à la santé impactée par la pollution, la violence du système capitalisme qui détruit l’humain dans l’entier de son corps.

Aujourd’hui ce système vous inculque la certitude que votre corps devient l’ennemi, celui qui peut porter le virus, le transmettre et tuer et cela se configure par des caméras IA à reconnaissance faciale qui seront installées en masse. Lesquelles sont capables d’indentifier une carte d’identité de votre personnalité et de votre état physique par des capteurs pouvant prendre la température de 30 personnes en même temps et élaborer un schéma de votre état de santé.

Les enfants seront fichés par la captation des données de santé et plus pour ceux identifiés par les IA que l’on appelle caméra, et qui sont en réalité de la robotique IA déjà exploitée dans de nombreux pays et dictatures comme en Chine.

Les brigades sanitaires sont des fonctionnaires appliquant les circulaires qui ont été également par les Conseils de défense présidés par Emmanuel Macron et non par une valeur de débat démocratique public sur la liberté.

Les valeurs d’état d’urgence sont intégrées au définitif des lois comme perdure les lois urgence contre le terrorisme.

Les médecins généralistes appelés à délivrer les coordonnées des patients positifs et de leurs contacts au delà du cercle familial.

Des ordonnances , des examens, qui sont déjà conectés aux données Big Data. Les pharmacies, laboratoires, cliniques, hôpitaux, médecins enregistrent tout sur des logiciels et la première chose qu’un médecin fait est d’entrer des données concernant le patient avant même de l’osculter, puis il entre tous des actes médicaux, traitements, diagnostics. Des diagnotics qui peuvent être établis par des algorithmes indépendamment de l’intervention d’un médecin. Il est des pays européens où les médecins n’ont plus le droit d’écrire une ordonnance à la main . Ils doivent obligatoirement rentrer toutes les informations de traitements pour soigner un patient sur un logiciel.

L’absence de masques, de tests, des hôpitaux sous haute tension, deux mois de confinement et une sortie de confinement dans cette même urgence et brutalité, ne pouvaient qu’imposer la mise en œuvre à plus grande échelle des valeurs de contrôles et de ces famauses brigades pouvant saisir le juge des libertés et de la détention qui ne donneront aucun droit aux patients refusant l’isolement et/ ou le contrôle de ses contacts.

D’ailleurs en saisissant les opérateurs, les autorités pourront avoir accès à tous les contacts sans le consentemment de la « cible » terme pour définir une personne visée par une procédure d’investigation dans l’intérêt public manisfeste du fait de la pandémie.

Les avocats peuvent ranger leur code ! Puisqu’il est la loi d’état d’urgence sanitaire faisant intervenir la raison défense et de suprématie de l’État.

Seule la population peut exiger que soit le respect des droits humains et refuser une obéissance aux ordres capitalistes de reprendre une industrialisation massive et polluante qui ne fera que condamner les populations à un bouleversement planétaire qui pourra se déployer par d’autres virus issus du mystère mais non d’un marché comme nous pouvons en douter fortement, même si ce virus est d’origine naturelle. Notre biodiversité serait mise en déséquilibre selon des scientifiques.

Quand les populations refuseront d’abandonner leurs propres enfants dans des collectivités de masse comme les crèches et leurs parents dans des Ehpads, il y aura une lueur d’espoir.

À partir de lundi 11 mai , la technologie de surveillance des masses va entrer en action et se multiplier sur le vertueux principe de protéger la santé

Si les gouvernants avaient voulu protéger la santé, ils n’auraient pas mis en péril les hôpitaux publics, ils n’auraient pas laissé la population sans garantie de protection et si il devait y avoir de nouveaux cas à venir de coronavirus, tournez-vous vers le gouvernement qui a laissé pendant ce temps du confinement des gens dans des files d’attente et circuler dans des zones de supermarchés, métro, train, avion sans réelle proctection . Il est à espérer que les gouvernants ont voulu instaurer la peur, et qu’il n’y aura pas de nouveaux cas de coronavirus si ce n’est des cas positifs asymptomatiques ou cas non grave mais qui permettront un flicage par les brigades sanitaires au terme militaire.

Il serait dramatique que de nouveaux décès soient, de nouveaux malades en soins intensifs.

L’intérêt des données Big Data et IA

Une cartographie de la santé de la population mondiale, des orientations de recherches, des médicaments à venir, des impacts des polluants, des virus, du contrôle des émotions humaines et prise sur le psychisme, des interdictions de prêts bancaire ou à des taux très élevés pour les personnes à risque, augmentation de mutuelle et assurance, impossiblité de certaines filièrers d’études et d’emplois, un calibrage de l’outil de production que vont être plus de 8 milliards d’habitants sur terre.

Un fichage ADN, des possiblités séquentielles de mises à l’isolement dans l’intérêt public ce qui donne un champ d’action presque illimité.

Il y aura plus qu’à proposer la puce en fausse bienveillance pour contrôler l’état de santé des personnes et alerter, placer à l’isolement, interdire au moindre passage à l’orange et géolacaliser les personnes H24 7 jours/ 7 .

La technologie conçue ne l’est pas par hasard ni pour ne pas être utilisée. La pandémie va créer un marché fabuleux à hauteur de milliards et elle annule tout droit du travail, toute liberté et instaure le choc traumatique déjà subi par la mort de personnes abandonnées à leur domicile, dans les Ehpads ou dans la rue.

Le choc traumatique de devoir le 11 mai obéir aux ordres du capital en accélérant la pollution sans avoir le droit à un instant de liberté, de se ressourcer et d’ailleurs les autorisations de sorties restent en vigueur pour se déplacer à plus de 100 kilomètres.

Si vos parents demeurent à 110 kms à vol d’oiseau, selon le calcul estimé par Castaner, vous devrez justifier de votre déplacement.

Nos parents souffrent de solitude, d’interdits, de ne pouvoir voir librement leurs enfants , de les juger comme un risque de mort, mais nous pouvons nous acharner à gagner de l’argent et surtout à enrichir les Bernard Arnault poussant au cul les dirigeants de la planète pour conserver le sommet de son empire.

Jusqu’où ira l’ignoble, le sordide et le mensonge ?

Une société qui accepte la cruauté perd sa liberté et ne peut se nommer respectueuse des droits humains et répondre à ses engagements internationaux .

La France est membre de l’ONU, de l’Europe, de ces pays reconnus comme démocratiques et pourtant la liberté s’y effondre.

Pour notre bien pour lutter contre un virus ? Ce qui est bien pour l’un est mal pour l’autre et vice versa, comment déterminer le mal, le définir ?

Ne fais pas ce qui donne souffrance à un être humain . Si nous retenons cette définition alors la France qui est un régime capitaliste totalitaire et qui semble s’eloigner des droits humains fondamentaux et les morts isolés, là sans brigades sanitaires à leur secours, portent la vérité et il n’est de ne pas nier leur souffrance, ni celle présente ni celle qui sera à venir.

Nous marchons sur un sol où des personnes sont abandonnées à la pauvreté, à une catostrophe sanitaire car demain des familles n’auront pas de masques, car demain sont les familles endeuillées, car demain sont ceux oubliés et morts, car demain sont les soignants épuisés et zéro milliard pour l’hôpital.

L’écroulement

L’écroulement que les Étas craignent est le leur. Toute une jeunesse rêve de bâtir sa civilisation et de se libérer du malheur des politiques, des guerres, de la pauvreté, des famines, de l’errance de millions d’êtres humains devenant des réfugiés bousculés et considérés pour nombre d’entre eux sans plus de droits humains.

L’État tient sa puissance par la justice qui n’a jamais été séparée du politique, de la police et de l’armée par la puissance de l’armement activé depuis 2017 et qui ne cessera pas sa croissance dans le monde entier.

La Russie conçoit notamment des hauts programmes de fabrication industrielle de drones militaires nucléaires durant la décennie.

Un pressentiment de guerre, et celles qui n’ont pas cessé. L’appel du secrétaire général de l’Onu, Antonio Guterres, « Posez les armes, faites taire les canons, mettez fin aux frappes aériennes » lancé le 23 mars mais même si 70 États ont salué cet appel, aucune puissance gouvernementale n’a souhaité un arrêt des conflits, une pause des états de guerre.

Rien n’a cessé durant ce confinement si ce n’est de destabiliser les peuples , de leur anoncer la mise sous clé de la liberté en profitant de la grande vulnérabilité des populations.

© Fédora Hélène

© LiberTerra

Quand le gouvernement nous prend pour des cons

https://www.facebook.com/100005455236172/posts/1326796277512201/?extid=rWiFrfpqCTz7FOzD&d=null&vh=i

copyright © LiberTreea 2020, Tous droits réservés

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s