France – Au ministère du viol – Quand la haine se fait loi, quand le crime symbolise la puissance

LiberTerra – Po aime en LiberT – Pourquoi agresses-tu la vie ?



Pourquoi agresses-tu la vie ?


Pourquoi me verrais-tu comme un être humain 
Mes cheveux longs sur mes épaules nues
Voile la courbe de mon corps
Tu vois l'envie de tes lêvres
Non le reflet de mon visage
Une émotion en parole
La peur, tes yeux froids
Le son de ta voix en lame
Tes mots sales

Elle était nue devant toi
Ses habits ne la couvraient plus
Ta violence déchire la paix
La rivière de perles
Qui ornait en imaginaire
Son corps nu devant toi
Elle pouvait se draper de noir
Ta violence déchire la paix




Pourquoi me verrais-tu comme un être humain 
Mes larmes dans les yeux
Quand tu te penches sur moi
J'étouffe, étouffe sous ton poids


Pourquoi me verrais-tu comme un être humain
Mon sourire en lumière de mon âme
Tu ne vois que ta force à voler l'innocence
Mes yeux fermés, je perds la vie
Sans respect, tu te fais le macabre
Là, dans ton salon en antre, le diable pose son manteau
Tu frappes, mords, balances
Mon corps au secours
La vie en sommeil sombre
Sous tes mains
Ta violence déchire la paix




Je te voyais comme un frère, un ami
Je regardais ta main
Pensais que tu prendrais la mienne
Pour traverser une rive
Pour se dire que le temps fait les notes
Deux êtres se rencontrent dans ces instants
Ces espaces où le souci s'enfuit
Ce temps où l'on peut croire
Que nous sommes à aimer
C'était sans savoir
Ta violence déchire la paix
Un être humain viole le cœur
Un homme viole une femme
Un frère qui quitte à jamais
Notre fraternité, notre humanité
Pleure les larmes que tu ne verses pas


Pourquoi, agresses-tu la vie ?
Ne vois-tu pas tes rêves
La beauté de la Terre
À détruire, ta haine
En raison de vivre
Ta violence déchire la paix
Les miroirs se fendent
Un homme apparaît en ombre
La moitié de toi en démence
De tout ce mal d'hommes de guerre
Tu as abandonné au charbon
Aux pierres brutales
Qui consumment le feu ardent
De nos prières qui soutiennent les innocents
Des hommes de guerre qui tuent
Le sens pour croire au vide
L'enfant endormi au monde
Ta violence déchire la paix


Pourquoi, agresses-tu la vie ?
Tu étais un enfant
Souviens-toi , éveille ta mémoire
Avant que se noie ton cœur
De trop de douleur, tu l'as tué
Lui, aussi en écrasant la fleur
Fleurissant l'espérance
Aux yeux qui voient d'autres couleurs
Que le noir de suie des hommes de guerre
La lune en révérence salue le malheur
Tes yeux aveugles du bleu merveilleux


Pourquoi me verrais-tu comme un être humain
Du lit des tortures où tu violes une femme
Tu n'entrevoies que la tombe des ombres
Des chances de l'avenir
Ta violence déchire la paix
Tout meurt sous ton pas
Coule, coule
L'eau à la source
Douce , console les peines
Les blessures , je suis en vie
Loin, loin des hommes de guerre
Eclatent les dernières nuit à l'orage
Il est fini la naissance du printemps
Il ne te reste que le néant
Ta violence déchire la paix
Et, le long sanglot de ta vie ruinée
Que tu as terrassée
Tout ton corps en mémoire de tes actes
Se courbe le chemin, et rude
Dévale la roche entraînant tout de toi


Pourquoi agresses-tu la vie ?


©Fédora hélène

Copyright © LiberTerra 2020 , Tous droits réservés

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s