LiberTerra – Lettre libre – Femmes libres

Adressons-nous aux prédateurs. Des épreuves douloureuses et les larmes coulent en silence. Une souffrance est là et il faut la dépasser pour vivre. La ressentir comme étant le fait de ne plus, être libre car il faut dépasser chaque jour, chaque jour dépasser la souffrance qu’a imposé l’endoctrinement par l’éducation patriarcale.

Notre corps a besoin de retrouver son entière liberté pour vivre ! La mémoire du corps, son intelligence et il nous dit qu’il a mal, qu’il est en peine car il a été agressé, violé. Notre corps témoin de notre vie, témoin de notre cœur qui bat.

Nous sommes vivant, nous somme imprégné de vie et la vie est un droit au bonheur et non à l’étrave des maltraitances, des cruautés qu’un prédateur commet, que l’absence d’amour révèle.

L’amour absent, c’est la cruauté qui déferle en une vague incontrôlable, incompréhensible. L’amour est seul révélateur de la vie, de son immense liberté. Être en lui pour être vivant. Aimer l’air sur nos visages, aimer la beauté d’une fleur libre dans un champ, aimer cette eau qui forme les veines de la Terre et donne vie. Elle nous, enseigne que lorsque nous, respectons sa pureté, nous, pouvons vivre libre et que lorsque la cruauté s’exprime par la cupidité, l’orgueil, notre illusion de puissance, nous polluons cette eau et qu’à ce moment notre vie devient impossible.

Nous ne pouvons boire une eau polluée. Nous ne pouvons respirer un air pollué et ce que nous récoltons est 67 000 morts par an en France par la pollution et des millions de morts à travers le monde.

Tout ce qui blesse l’amour, tue. Tout ce qui entrave la liberté de la vie, tue.

Un homme qui se fait prédateur et attaque la vie, tue.

Attaquer une femme, la Terre, attaquer la vie, un être humain, la nature est l’expression de la destruction, cette incompréhensible que des hommes portent en eux. Cet état suicidaire qui commande leur existence. Cette haine qui les nourrit et don’t ils ne voudrons jamais se séparer.

«N’en perdre aucun » est pour éviter ce drame de la destruction. Il faudrait alors dire aux prédateurs qu’ils ne tuent que la vie, toute la vie.

Nous ne pouvons vivre que par l’alliance avec notre Terre. Un homme qui blesse un être humain, blessé la Terre. Nous avons en nous en notre ADN, cette alliance avec la nature. Nous ne somme qu’un et part la liberté ce un se multiplie en une multitude de différences.

Le végétal, l’animal et l’être humain sont indissociables. Nous séparer de la nature, c’est être en souffrance. Nous, séparer car un frère choisi d’être un ennemi de son frère, nous, met en souffrance.

Depuis des décennies, la vie nous supplie d’Aimer pour vivre.

C’est l’amour qui nous maintient en vie.

Pour résister à l’atroce douleur de violences subies enceinte, il faut la force de l’amour. C’est lui qui sauve.

Une femme donne la vie et un prédateur lui impose l’angoisse de mort par la cruauté des violences qu’il commet sur elle . Pour survivre, l’amour ce fait le sang de nos veines. La vie nous porte et nous dit que nous avons le droit au bonheur, le droit d’être heureux et que la naissance signifie ce sens de vie.

Il n’est pas de renaitre, il est de donner ses droits à la naissance.

Des siècles que nous subissons par la mémoire collective, par la transmission de la mémoire de ce qu’a vécu notre famille, les guerres, la pauvreté, les blessures qu’imprime la violence subie, le drame de notre humanité en souffrance.

Les famines, le pire de savoir un enfant mourant de faim et cette illusion du bonheur d’être riche pour échapper aux drames de la pauvreté, des conflits, crises humanitaires. Nous avons consacré des siècles à élaborer une puissance guerrière, une puissance patriarcale, il est dans ce bouleversement, le temps de fonder une nouvelle civilisation qui sera sur le respect du verbe Aimer.

L’urgence climatique, c’est la conscience de l’urgence de la vie.

La conscience féministe est la conscience de respecter la vie, la conscience que le patriarcat est cela, il tue la vie.

Depuis des siècles la moitié de l’humanité subit des violences graves. Des violences qui s’intensifient durant la pandémie de coronavirus, niant l’humanité d’êtres humains, les femmes. Des violences qui impactent des enfants. Un prédateur est capable de voir naître son enfant et par la suite de le blesser, de le traumatiser, de lui faire peur et de violenter gravement la femme dont il a vu le corps donner naissance. Nous sommes dans l’horreur des prédateurs, dans cet enfer qui est sur Terre et qui appartient au mental de pervers narcissisiques, de psychopathes, de barbares semant la douleur.

Nous devons lutter contre ces prédateurs et être à l’engagement vertueux de l’ONU, de L’OMS, de la CEDH d’anéantir ces prédateurs pour que la vie triomphe.

Le 21 ème siècle doit être le triomphe de la vie.

© Fédora Hélène

À un prédateur qui gardera sa cruauté en arme

La reconnaissance, c’est la vie qui la donne.
Prédateur, tu vivras toute ta vie dans ta cruauté. Tu renies tout de ta vie pour protéger ta cruauté et tu as toujours conçu cela. Tu acceptes ta cruauté.


Regarde toi ! Regarde les actes que tu as commis ! Regarde l’amour qui a définitivement disparu de ta vie ! Tu as tué tout amour en toi, tu t’es déjà condamné. Ta condamnation est celle-ci. Là, tes manipulations sordides, ton verbiage, ton horreur n’a aucun effet, ton cœur reste lamentable à ta cruauté. 
Tu n’existes pas. Ce qui est, sont les conséquences de tes violences mettant tes proies en détresse, en souffrance intense. 


Si tu devais reconnaître tes actes de manière sincère, tu ne les  aurais pas commis. En les commetant, tu as tué ton humanité et tu défends ton inhumanité. 


Tu ne peux défendre que ce que tu es et tu es inhumain. 
Tu crois que tu peux martyriser des êtres humains et que cela ne transparaît pas ! Tu n’es qu’un prédateur et tu te crois très supérieur. Mais tout de tes actes te trahit. Tu sais, ta conscience sait, ta mémoire sait que tu as violé ta femme enceinte et cela, tu ne peux pas l’éteindre.

Tu es imprégné de tes actes barbares. Tu as fait ça, tu as violé ta femme enceinte, tu l’as martyrisée enceinte. Il n’y a aucun amour dans des actes de cruauté. Toute ta violence quand elle était enceinte ne signifie que ta volonté : tu tues un être humain. 


La preuve de la vie est sa vie, tout simplement.  La preuve de la vérité est son amour, sa vie. 


Tu avais la chance d’être aimé sincèrement pour vivre libre et heureux. Tu as rien vu de cela, jamais. Ça ne t’intéressait pas. 


Elle, elle a vécu quelque chose de vrai. Toi tu es le mensonge, la manipulation, la prédation. Tu es victime de ton macabre, tu as tué ton cœur. Et, tu acceptes cela, tu as choisi d’être ce prédateur. Tu vis dans ton enfer. C’est cela l’enfer de l’âme. Pas besoin d’attendre la mort, l’enfer est dans la vie. 


Elle a vécu des épreuves extrêmement douloureuses mais l’amour est en elle . 

Tu n’as même pas conscience, prédateur, de ce qu’est donner la vie et tu es là avec toute ton horreur.


Tu t’es interdit de vivre pour être à ton illusion de puissance car tu te savais capable de tuer un être humain ! 


Tu restes, pour nous, l’incompréhensible.
Tu es fou de méchanceté, de violences .


«Je ferme les yeux et je vois ma paix, mon enfant, ma joie intense en apprenant que j’étais enceinte. Je révis ce sourire qui était l’expression pure de l’amour. L’amour profond de la vie, l’amour pour mon enfant . L’incroyable joie de devenir mère. 
Ce qui est important est cet amour et c’est lui qui vaincra la souffrance intense des traumatismes que je subis. Prédateur, violeur,
tu n’es rien, tes mots sont rien, tu es définitivement évanoui»

L’amour combat un prédateur avec la paix, la vérité, la souffrance qui est car c’est l’amour qui pleure et la pureté de ses larmes ne pourra jamais être ternie par un prédateur.

L’eau à la source, à l’air que l’on respire, au sang de nos veines. Le droit au bonheur, le droit de vivre.

© LiberTerra

Copyright © LiberTerra 2020, Tous droits réservés

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s