L’eau – Un droit fondamental universel

💦 L’eau, un droit fondamental universel

France – En 2017, il est près d’un million de personnes qui n’ont pas accès à l’eau potable.

Insalubrité de logements – Pauvreté et charges lourdes, le choix doit être entre manger, utiliser de l’eau, payer un loyer, assumer toutes les charges dans un pays riche qui exclut dans le pire, l’invisibilité de la pauvreté.

Squats – Bibonvilles – Campements de fortune – La rue – L’accès à l’eau potable devient une lutte et les plus vulnérables souffrent de l’absence de l’eau.

Dans le monde, plus de 2 milliards d’êtres humains privés d’eau pure, selon l’ONU

Près de 3 milliards de personnes sans accès à l’eau et au savon en pleine pandémie de coronavirus , selon l’ONU. Soit près de la moitié de l’humanité

Une urgence sans précédent au Yémen, des enfants en extrême détresse subissent la pandémie de Coronavirus. Quelle eau pour tous ces enfants ?

Famines , sècheresses, conflits, voilà la réalite de notre 21 ème siècle. Le progrès technologique est un mensonge de progrès comme l’humanite n’en a jamais affronté. Pour la première fois, nous sommes face à un bouleversement planétaire issu du déséquilibre profond que nous avons fondé.

Nous sommes dans un système à l’envers. Il devait être en premier le progrès humain par l’anéantissement de la pauvreté, du marchand et des guerres en système dominant. Toute notre énergie aurait du être pour réaliser ce défi, et non pour définir un progrès technologique en suprématie.

Pris dans la machine de l’artificiel, nous avons énormément de mal à construire une humanité fraternelle.

Tout notre système réclame une énergie nucléaire toujours plus puissante comme les armes qu’elle permet de fabriquer , comme la pollution de l’espace qu’elle permet, comme l’abandon de la Terre qu’elle envisage par la conquête d’une autre planète. Nous cherchons à nous fuir, dépassés par les événements que nous avons provoqués.

Notre humanité a soif d’eau pure pour se sauver

Notre Occident, nos politiques économiques se souciaient-elles de la problématique de l’eau lorsque cela touchait des populations pauvres hors ses frontières? Et maintenant que cela est à l’intérieur des pays riches, les économies sont-elles conscientes de la gravité de la souffrance de l’eau ?

Malgré les engagements, actions de l’Onu, d’ONG pour donner accès à l’eau potable pour tous, les pays riches continuent à oublier la source de notre vie, l’eau . Pourtant, depuis 1993, il est la journée mondiale de l’eau, il est les engagements à accomplir en programme décennal . 2030, sera-t-il de vivre l’engagement de l’eau pour tous ?

La vie cotée en bourse, l’eau en valeur marchande, c’est ce qui est réalisé pour le moment.

Nos richesses en misère

Aujourd’hui, les pays riches sont touchés par la pauvreté, les crises humanitaires qui se dessinent sur son sol, par la catastrophe que génère le capitalisme, système cruel qui met toujours en avant le PIB. Il est une crise économique qui dirige le monde et apporte chaque jour plus de misère.

Il est avant tout une crise humaine, humanitaire et les enfants en souffrance se fichent du PIB, des profits déments des lobbies, des pouvoirs d’hommes se faisant politique oubliant qu’ils sont de simples êtres humains comme nous tous et que ce rôle de pouvoir est la pire invention de l’homme, car aucun humain peut posséder un pouvoir sur des millions d’autres sans faire peser une souffrance sur des populations. Le pouvoir est une folie suicidaire qui nous conduit à mettre en danger la vie.

Contraint à ce système unique notre humanité plonge et il faudra un long temps avant que soit réalisée une autre civilisation mettant fin à l’argent.

Le mental prédateur y puise une arme redoutable dans le système du pouvoir que l’on donne à l’argent et la liberté s’achète au prix de devenir riche, très riche et de s’exclure de ce qui met en souffrance, l’impossibilité d’accéder aux droits fondamentaux dans toute leur ampleur.

Une pandémie, une crise économique majeure, et cette année encore nous continuerons à alimenter la finance, l’économie, à être lié à vie à la dette en milliers de milliards, courant après le redressement, la relance, la conquête d’une puissance économique.

Apeurés par les épidémies qui pourraient suivre, par l’urgence climatique, les sècheresses, la souffrance de la Terre qui a bout de souffle pourrait se mettre en sommeil et ne plus produire les cultures, nous appréhendons cette rentrée de septembre qui pourrait renouveler notre système destructeur .

Des décennies de pesticides, de pollution de l’eau, c’est peut-être cela qui va nous faire face

La mémoire du corps, des traumatismes qu’il a subi provoque son affaiblissement. Il fait alors apaiser, donner la possibilité de se reposer.

Les prédateurs en destructeurs interdisent cette possibilité d’apaisement et au contraire vont accentuer leurs violences.

Ne fais pas ce qui met en souffrance

Notre corps universel, qui nous permet de vivre, est notre Terre. Ce qui est notre cœur qui bat est le sien. Cette alliance est indéfectible.

Plus nos sociétés progressent vers un enrichissement d’argent, de lobbies , de milliardaires, plus l’urgence climatique est, plus les crises humanitaires sont graves.

Notre société chutera de la hauteur où se situe le point culminant de l’argent.

Il n’est plus de savoir que l’Occident ne sera pas la puissance bienfaitrice, ni même la puissance économique de notre avenir, il est certainement d’apprendre que c’est toute notre humanité qui sera bouleversée et que nous sommes face à une chance, la liberté.

Est-il un sacrifice d’aller vers elle ?

En 2050, il sera près de 3 milliards de véhicules sur Terre, selon l’ONU. Ce qui signifie que toute l’industrie, y compris l’agriculture industrielle seront en adéquation avec cette courbe exponentielle de croissance économique. L’argent sera en multiplication incessante jusqu’à l’extrême vertigineux.

L’humain sera contraint à hauteur de cette production et consommation gérer par l’IA et Big Data. La surveillance de l’homme par l’homme sera inégalée.

Une démographie à près de 11 milliards d’habitants sur Terre, une pauvreté aggravée, une pollution industrielle sans précédent, les véhicules électriques en second pollution catastrophique, une urgence climatique suivant cette courbe, l’esclavage humain est l’héritage qui permet à des Femmes et des Hommes de penser cette société comme acceptable et permettant une cupidité et orgueil toujours plus affirmés.

L’insécurité qui ne quitte plus les discours politiques depuis des décennies, oubliant que la pauvreté est la premier violence faite contre l’humain, va encercler nos cités de moyens technologiques de surveillance.

N’attendons pas d’avoir nos yeux rougis par des larmes pleuvant sans fin pour mettre le verbe Aimer au cœur de notre humanité.

Si l’homme est assez fou pour interdire l’accès à l’eau pure pour tous, pour entrevoir un avenir impossible pour donner le bonheur de la liberté aux enfants, alors qu’il se souvienne que l’eau de ses larmes est abondante et que cette eau est celle de la Terre, de notre alliance, de notre mer, et qu’elle a besoin de paix, d’eau douce pour vivre et faire perdurer la vie.

Nous disons l’eau douce et pas l’eau violente. L’homme devra cesser d’être ce prédateur, ce bâtisseur qui détruit quand il n’aime pas.

De l’eau douce pour un enfant, une volonté, une envie de vivre, un souhait que cela porte notre humanité.

© Fédora Hélène

On en parle dans LiberTerra

https://liberterrajournal.com/2020/07/30/eau-secours-bordeaux-et-ma-planete-bleu-eau-en-etat-durgence/

Copyright © LiberTerra 2020 Tous droits réservés

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s