Masques et pandémie – Les gains vertigineux de la grande distribution

Les millions d’euros en témoin de la réalité de ce que signifie l’économie, l’argent : l’absurdité, le déséquilibre, l’incohérence, le choc mental qui rend la société cruelle par le pouvoir que les hommes donnent à l’argent.

Le mental de prédation s’exprime par la satisfaction immédiate qu’apporte l’argent, pendant que les politiques affirment que l’instauration de la gratuité est impossible.

La dette entrant en ce mental nocif, va piéger des populations durant des décennies. Elles seront redevables aux États, à l’économie qui revendiqueront les avoir sauvés d’une pandémie.

La contestation pacifique sera alors vue comme une agression faite à la « République » au sens défini par ceux manipulant, et étant dans le très dangereux abîme de l’inversion.

Sauver la vie ne peut pas être une valeur d’argent ! Cela ne peut-être une valeur de marché, de distribution. C’est la négation même de la force profonde de notre humanité, qui est cette capacité de survie, d’adaptation dans notre environnement.

C’est glaçant, attristant de savoir cette réalité de notre économie et les conséquences graves qui vont être et que nous vivrons, que les enfants vivront.

Nous voyons bien cette machine infernale, cette conception suicidaire de nos sociétés qui est en plus de nous faire croire que cela est l’unique système possible !

L’argent est un endoctrinement lourd, massif qui imprègne tous les domaines de notre civilisation.

Vertigineux milliards pour l’économie durant la pandémie et les millards décollent de Terre pour la conquête de Mars

En même temps que nous parlons des famines, d’une crise économique majeure, des milliers de morts du coronavirus aux États-Unis, dans le monde, nous exposons les milliards consommés et qui devront être pour la conquête de Mars et la mission « Mars 2020 ». Il est le départ, le 30 juillet du rover Perseverance de la Nasa chiffré à plus de 2 milliards de dollars et à son bord la caméra Supercam conçue à Toulouse .

Tout fait la fierté de cette industrie qui comme celle de l’armement est conçue, voulue comme étant le fleuron de nos sociétés intelligentes pendant que sur Terre des enfants n’ont toujours pas accès à l’eau potable.

Dans une conquête où le conflit s’ouvre avec la Chine qui lançait la mission Tianwen 1 à destination de Mars le 23 juillet et qui doit arriver autour de la planète rouge vers février 2021.

Nous sommes dans le contexte d’un bouleversement planétaire, un processus long, où il doit être en priorité la vie sur Terre.

Il est des enjeux géopolitiques très complexes qui sont actifs et déploient une énergie considérable pour des conflits hors norme pour la conquête d’une planète dont ils devront déterminer le possédant dominant.

Pendant ce temps, près de 3 millards de personnes étaient confinées dans le monde pour lutter contre la pandémie de coronavirus. Dans ce même temps, l’ONU alertait sur le fait que 3 milliards de personnes n’avaient pas accès à l’eau potable et au savon pour se laver les mains, première règle d’hygiène pour se protéger d’un virus et éviter des contaminations.

Tout s’annule, tout est dans l’incohérence, le déséquilibre

Au moment où cela était nécessaire, utile pour tous, en ce mois de mars 2020, il n’y a plus de masques, plus de gel hydroalcoolique, plus de tenues de protections dans certains hôpitaux en France. Il était le grave fait de la situation catastrophique des hôpitaux dénoncée depuis des années par les soignants, en vain. Il n’était que 5000 respirateurs et le manque de lits, de soignants spécialisés.

Ces conséquences de manque de moyens seront à l’hôpital de Cherbourg (Manche) contraint de fermer au moment des fêtes de fin d’année de 2019, alors que la pandémie était déjà active, un service recevant des malades souffrant d’un cancer. Ils seront déplacés parfois à plus de 100 kilomètres et parmi eux, des patients très fragiles décèderont. On comprend la peine, la colère légitime du personnel hospitalier.

Des médecins, chirurgiens-nes, soignants-es qui à l’hôpital de Cherbourg font un travail remarquable malgré le manque criant de moyens.

Il était Castex, qui auparavant applaudissait la tarification à l’acte, le but de faire du profit qui fit une longue descente aux enfers du système hospitalier.

Un déséquilibre certain et cette tarification à l’acte qui introduit les hospitalisations de jour pratiquement généralisées et qui fait que par exemple, les hôpitaux publics prennent en charge les compliquations suite à une opération que les cliniques privées, elles, ne prendront pas en charge.

Aujourd’hui, il est Castex qui brandit la menace d’un confinement national et l’obligation des masques en extérieur sur notamment les sites touristiques.

Des départs en vacances qui sont identiques à l’année dernière malgré qu’il soit une crise économique grave que Macron lui-même annonçait.

Dans ce temps du déséquilibre, Amazon a enregistré 75,5 milliards de dollars de chiffre d’affaires en ce premier trimestre 2020, soit une hausse de +26 %. Les populations n’ont cessé de consommer et ne cesse de le faire alors qu’il était annoncé un ralentissement de la production, une pandémie, des mesures de confinement comme il en fut jamais dans notre histoire.

Rien ne touche, rien ne semble émouvoir, la conscience est et le déni demeure, l’indifférence plus puissante que tout. Il serait conçu comme sacrifice de ne plus consommer.

Tout est comme ces « pères » prédateurs, ayant traumatisé leurs enfants qui ne s’inquiètent jamais de leur bien être, ni même pendant une pandémie. Aucun sursaut d’humanité et pourtant les traités pour les droits de l’enfant sont depuis 1989 pour la première fois dans notre histoire.

Les violences faites aux femmes seront graves durant ce confinement et se perpétuent chaque jour. Des mères isolées abandonnées avec leurs enfants et pourtant il est la Convention d’Istanbul.

Mais le cœur manque, le désir d’aimer, la voix du cœur n’est pas écoutée alors qu’elle est l’origine de notre humanité qui sans elle se serait déjà auto-détruite.

Nous produisons, nous accélerons et le crucial, ce qui est vital pour que notre humanité perdure, s’oublie

À croire que les prédateurs ont trouvé leur Moïse en ce système, en ces politiques qui les conduisent vers leur Terre promise sans amour.

Il y a une telle surproduction, une industrie démesurée que nous pouvons appauvrir les ressources de la Terre et vivre confortablement sur notre consommation artificielle, nos loisirs constants, et acheter en profusion des masques en nous assurant par la peur de nous conforter, affirmer en notre système destructeur.

La guerre et le marchand dominent et domineront encore notre civilisation et les comportements de chacun d’entre nous.

Un constat, il n’est nul besoin d’un Ségur des hypermarchés, les gains des lobbies sont continuellement en courbe croissante.

Par contre, il est toujours une souffrance au sein de l’hôpital, au sein de notre humanité.

À nos masques !

Les masques de la poche au sac, mis et remis, la chaleur, la transpiration, la pollution, les poussières s’y collent, quelle réelle hygiène, protection ?

Puis, il va falloir les garder à vie car il est une autre pandémie qui tue chaque année près de 67 000 personnes en France et près de 9 millions de personnes dans le monde chaque année , la pollution.

Pendant ce temps là, plusieurs généralistes ne portent pas de masque dans leur cabinet et auscultent les patients sans aucune tenue spécifique même pas une simple blouse blanche !

Plus rien n’a de sens et tout se poursuit allègrement !

Une année 2020 qui poursuit le vide du système capitaliste alors qu’il est une formidable solidarité éveillée au sein D’ONG, associations et collectifs .

Une année 2020 qui peut se lire 0SOS. Un phare dans la nuit, un SOS lancé, c’est la lumière de la voix de notre cœur.

Les événements actuels et à venir vont modifiés considérablement le monde. Plus rien ne se verra de la même manière.

La pandémie est un de ces événements qui retentiront dans un long avenir et écrivent « Plus rien ne sera pareil ».

La guerre de l’Espace risque de signer un autre de ces événements.

© Fédora Hélène

Copyright © LiberTerra 2020 Tous droits réservés

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s